Home / CULTURE / RDC : violences post électorales, ont fait huit morts

RDC : violences post électorales, ont fait huit morts

 

@kmaupdates.com
Huit personnes, cinq civils et trois miliciens, ont été tuées jeudi lors des violences post-électorales en République démocratique du Congo électoraux donnant provisoirement vainqueur l’opposant Félix Tshisekedi, d’après un bilan définitif de la police.

Venu deuxième selon la commission électorale, le candidat de la coalition de l’opposition Lamuka, Martin Fayulu a contesté les résultats dénonçant un « coup d’état électorale » de la part la Ceni. Pour lui et ses partisans Tshisekedi est le plan B de Joseph Kabila et il aurait signé un accord avec ce dernier. Plusieurs manifestations ont eu lieu et les affrontements avec la police ont éclaté. Le Bilan actuel des échauffourées est de cinq personnes tuées et dix-sept policiers blessés, selon les médias.

Soupçonné d’avoir négocié son élection: “plan B de Joseph Kabila”
Le figaro: Martin Fayulu, l’autre opposant donné vainqueur dans les sondages, dénonce un «putsch électoral» organisé par l’UDPS et le clan Kabila. Dès avant les élections, Félix Tshisekedi rencontre le président sortant. Ces réunions se poursuivront pendant les décomptes des voix. De son côté, Emmanuel Ramazani Shadary, le candidat du Front commun pour le Congo – le parti de Joseph Kabila – n’a pas contesté la victoire. Reste que le leader de l’UDPS a tendu la main au président sortant: «nous ne devons plus le considérer comme un adversaire, a-t-il déclaré, mais plutôt comme un partenaire de l’alternance démocratique dans notre pays». Il est encore trop tôt pour affirmer ou infirmer la théorie d’une entente entre Joseph Kabila et Félix Tshisekedi, mais pour Thierry Vircoulon, cette victoire ressemble beaucoup à un «résultat de compromis, qui donne l’apparence d’une transmission de pouvoir».

Jean-Yves Le Drian, le ministre français des Affaires étrangères a déclaré jeudi que les résultats de l’élection en République démocratique du Congo annoncés mercredi n’étaient “pas conformes”.

L’Église catholique, très influente en RD Congo, a également mis en doute les résultats des élections, tout comme la France et la Belgique. Martin Fayulu, a juré de les contester devant les tribunaux. Le Conseil de sécurité des Nations Unies doit aussi siéger et discuter des élections congolaises.

Selon le Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations Unies , 12,8 millions de personnes souffrent actuellement d’insécurité alimentaire en RDC, dont 4,3 millions d’enfants malnutris, dont 1,3 million souffrent de malnutrition sévère cette année.

L’ONU travaillera “pour la consolidation de la paix, la stabilité et le développement” en RDC

«Le Secrétaire général appelle toutes les parties prenantes à s’abstenir de la violence et à faire en sorte que tout différend électoral soit soumis aux mécanismes institutionnels établis, conformément à la Constitution de la RDC et aux lois électorales applicables», a déclaré M. Guterres dans un communiqué publié par son porte-parole mercredi soir à New York.

Dans un appel direct à la CENI, à la Cour constitutionnelle, au gouvernement, aux partis politiques et à la société civile, M. Guterres les a exhortés à “assumer leurs responsabilités en matière de préservation de la stabilité et de maintien des pratiques démocratiques” en RDC.

Un couvre-feu a été décrété vendredi à Kikwit, fief de l’opposant Martin Fayulu qui conteste sa défaite à l’élection présidentielle en République du démocratique Congo, où au moins neuf personnes ont été tuées dans les protestations.

Il est interdit à la population de circuler de 20 heures jusqu’à cinq heures du matin. Seules les patrouilles mixtes policiers et militaires sont autorisées à circuler pendant ces heures jusqu’à nouvel ordre“, a déclaré à l’AFP Leonard Mutangu, le maire de Kikwit où cinq personnes sont mortes dans les violences post-électorales.

A Lire aussi  Le tweet de Donald Trump après les manifestations des "gilets jaunes".

Le maire est une autorité politico-administrative nommé par le président de la République en RDC.

« Dans l’opération de rétablissement de l’ordre public jeudi à Kikwit (ouest), le nouveau bilan est de cinq morts » parmi les civils, a déclaré vendredi le colonel Pierrot-Rombaut Mwanamputu, porte-parole de la police nationale congolaise.

« La police nationale congolaise dément avoir enregistré deux morts dans ses rangs, mais confirme la mort de l’épouse d’un inspecteur de police parmi les cinq personnes tuées », a-t-il précisé.

« La police compte aussi 17 blessés dans ses rangs » à Kikwit, a ajouté l’officier, indiquant que l’émetteur de la Radio télévision nationale congolaise (RTNC) avait été saccagé par des manifestants.

La veille, le chef de la police de Kikwit, le général Dieudonné Mutepeke, avait déclaré à l’AFP que deux policiers avaient été tués lors de la répression d’une manifestation des partisans de l’opposant Martin Fayulu, arrivé deuxième à la présidentielle et qui conteste les résultats provisoires. Son camp a revendiqué vendredi la victoire avec 61 % des voix.

Dans la province du Kasaï (centre), deux tentatives « d’incursions de miliciens » ont été repoussées par l’armée. Trois miliciens ont été tués, selon la police.

Les résultats de la présidentielle du 30 décembre en RDC ont été publiés jeudi et accueillis par des foules de jeunes en joie dans les rues de Kinshasa, Kananga, Mbuji-Mayi (centre), Goma (est), Lubumbashi (sud-est).

Mais les pro-Fayulu – réunis au sein de la coalition Lamuka soutenu par l’ex-gouverneur du Katanga en exil Moïse Katumbi et l’ancien chef de guerre et ancien vice-président Jean-Pierre Bemba –, ont protesté à Kisangani, dans quelques quartiers de Kinshasa et surtout à Kikwit, un de ses fiefs.

M. Fayulu annoncé qu’il allait saisir la Cour constitutionnelle samedi afin d’exiger le « recomptage des voix ».

Avec, sudinfo

About Mohammed Gherrabi

Check Also

RDC : l’Union africaine appelle Kinshasa à suspendre la proclamation des résultats des élections, la RDC rejette l’appel…

Motif de cet appel, le manque de crédibilité des chiffres annoncés par la Commission électorale …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *