Home / CULTURE / Qu’est ce qui se cache derrière derrière les tatouages des femmes berbères et les cicatrices ethniques?

Qu’est ce qui se cache derrière derrière les tatouages des femmes berbères et les cicatrices ethniques?

L’Afrique est restée longtemps méconnue des autres continents, notamment dans ses valeurs culturelles. Pendant plus de trois siècles, elles est restée sous domination coloniale et ses pensées et son histoire ont été ignorées, ou reléguées aux oubliettes faute d’explication rationnelle.

Un peuple peut-il être heureux et fier s’il ignore son histoire et ses valeurs culturelles ? La culture « c’est l’ensemble des structures sociales, religieuses, des manifestations intellectuelles et artistiques qui caractérisent une société ».

Qu’est ce qui se cache derrière derrière les tatouages des femmes berbères et les cicatrices ethniques?

Les tatouages des femmes berbères

L’origine de ce rite remonte à la période pré-islamique. A cette époque, les femmes portaient des tatouages dès l’âge de 5 ans. Elles étaient tatouées par des voyageuses gitanes dénommées Adassiayas. Certes, l’origine des Addassiayas a fait l’objet de spéculations et reste importable. Certaines disent que ces femmes viennent de l’Algérie, d’autres disent que les Addassiayas vivaient dans la région du Sahara…

Symboles :

Les symboles des tatouages sont faits avec une précision remarquable. Leurs fonctions diffèrent selon la géométrie peintes sur le visage. Autrement dit, le tatouage peut avoir un rôle de protection, de communication entre le monde des esprits et le corps humain ou encore de guérison.

Le tableau suivant révèle les principaux motifs décoratifs des tatouages berbères ainsi que leurs interprétations :
ce91e8dd3e9057d2b570a3e2c9e5c006

Motifs décoratifs des tatouages berbères ainsi que leurs interprétations
Motifs décoratifs des tatouages berbères ainsi que leurs interprétations

Significations :

Les tatouages berbères sont signe de distinction sociale. Certaines vielles femmes peuvent reconnaître la région d’origine d’une personne selon le nombre de traits sur le tatouage. Ce dernier peut également être utilisé comme signe d’appartenance à une tribu ou encore une région.

LES CICATRICES ETHNIQUES

Apparues au Il ème siècle, les cicatrices permettaient facilement la reconnaissance du groupe social qui les portait. Cependant, les versions divergent quant à l’origine de son apparition.

Les scarifications : une marque identitaire

Ce qui est sûr est que les cicatrices ethniques étaient à l’individu qui les portait, ce que la carte d’identité est au citoyen. C’était une marque de différenciation, de reconnaissance et d’appartenance ethnique. Au fil du temps, elles sont devenues une pratique coutumière traditionnelle …à la limite obligatoire, qui continue de nos jours. Aujourd’hui, l’identification de n’importe qui se fait de manière aisée sur la base d’un simple papier : « La Carte Nationale d’Identité ». Et beaucoup de jeunes qui portent les cicatrices en veulent aujourd’hui à leurs parents.

HISTORIQUE

1. ORIGINE

 

Les cicatrices du peuple mossi datent de Naba Oubri, entre le 11e et le 12è siècle. Sous son règne, il étendit Oubritenga par les armes, vers les contrées de Ouagadougou, Yako, Koudougou, etc… Les habitants des villages désireux d’éviter la lutte contre le puissant « chef » se firent les cicatrices, y compris les personnes âgées. Les cicatrices étaient destinées à permettre une reconnaissance aisée des personnes placées sous la protection de l’autorité de Naba Oubri. Lorsque les guerriers de Naba Oubri se présentaient devant ces villages, le port des cicatrices suffisait à assurer la paix de ceux-ci.

 

2. IMPORTANCE SOCIALE

 

D’autre part, les cicatrices permettaient une classification sociale, divisant la société en nobles, princes ou esclaves selon le type de cicatrice que l’on porte

A Lire aussi  [Vidéo]: MICHAEL JACKSON EST TOUJOURS VIVANT


LES DIFFERENTS TYPES DE CICATRICES

I – LES CICATRICES MOSSI

 

A- CICATRICES DISTINCTIVES

a/ Outre les cicatrices distinctives, les princes reçurent le droit de porter sur la partie droite du visage une cicatrice oblique descendant de la partie médiane du nez vers le menton.

b/ Quant aux princesses, elles portent cette même cicatrice oblique des princes, mais sur la partie gauche du visage.

B- CICATRICES ORNEMENTALES

A/ II y a également les cicatrices ornementales. C’est une série de petits traits horizontaux formant des sortes de colonnes le long des pommettes. Ces cicatrices sont seulement portées par les hommes. Elles sont interdites aux nobles.

B/ Les femmes portent des cicatrices obliques (deux ou trois) sur le menton partant des lèvres.

C/ Les femmes nobles (seulement) portent une sorte de croix sur la pommette gauche.

C – CICATRICES DE RECONNAISSANCE

Ce sont celles portées par les alliés, les descendants de Naba Oubri. Ce sont deux séries de trois lignes qui encadrentle visage. Aucun individu porteur de ces cicatrices ne pouvait être réduit en esclavage, vendu ou tué dans l’ancien empire mossi sans avoir été régulièrement jugé et condamné. Tout individu qui violait cette règle devait être mis à mort. Les étrangers vivant en pays mossi ne portèrent jamais de cicatrices; tel fut le cas des Yarcés, exceptés les Marensé venus de 1’Est ou du Nord et qui portèrent trois petites cicatrices convergentes vers le coin externe de chaque oeil.

 

II – LES CICATRICES GOURMANTCHE

De par leur proximité, d’avec les cicatrices mossé,nous essayerons d’établir à la fois la relation de similitude et poser l’équation de la différence car quelque part, les cicatrices gourmantché gardent quand même une originalité qui leur est propre. Dans leur originalité les cicatrices gourmantché se subdivisent en différents types : Chaque type désigne une histoire d’un groupe social ou d’une lignée parentale. La cicatrice en elle-même a sa signification toute particulière avant de se dissoudre dans l’ensemble. C’est donc cette originalité dans la diversité qui fait, l’une des richesses culturelles du Gourma.

III – LES CICATRICES BOBO

Les cicatrices Bobo sont particulières et ne se rapprochent ni des gourmantché, ni des mossi. Dans la plupart des cas, les cicatrices Bobo se caractérisent par trois traits qui quittent les joues pour se rejoindre aux deux coins des lèvres. Il y en a de bien différent et c’est justement cette différence que nous découvrirons à travers ce document. Nous essayerons de situer l’origine des cicatrices Bobo et leurs dérivées. Mais aussi leur différence. Comme plus haut, différents types de cicatrices caractérisent le peuple Bobo, lequel constitue plusieurs ethnies qui sont assez différentes les uns les autres. Chaque type ayant sa signification, mais aussi sa particularité. Le tout, dans un ensemble purement original, qui tire sa source de la vaste richesse du patrimoine Bobo.

Au Burkina Faso, nous avons une soixantaine d’ethnies, et plus de la moitié, porte des cicatrices ethniques. Mais avec l’évolution, les changements, beaucoup ont disparu et presque la totalité en voie de l’être.

About Mohammed Gherrabi

Check Also

2

Afrique / ONU: Mme Bintou Keita, de la Guinée, nommée Sous-Secrétaire générale aux opérations de maintien de la paix

Le Secrétaire général de l’ONU, M. António Guterres, a annoncé aujourd’hui la nomination de Mme Bintou Keita, …