Home / COOPÉRATION / Présidentielles en Algérie: “Les élections en Algérie, vengeance et intimidation” le quotidien chilien “diarioantofagasta”

Présidentielles en Algérie: “Les élections en Algérie, vengeance et intimidation” le quotidien chilien “diarioantofagasta”


Les prochaines élections présidentielles en Algérie sont marquées du sceau de la revanche et des intimidations, écrit le quotidien chilien électronique “diarioantofagasta”.

 Rachid Nekkaz candidat aux élections présidentielles 2019 en Algérie est signalé dans le monde entier par l’oligarchie algérienne comme individu dangereux, il est bloqué à l’aéroport de Marseille.

Sous le titre révélateur “Les élections en Algérie, vengeance et intimidation”, le quotidien relève que le régime algérien tente de baliser la route à Abdelaziz Bouteflika (81 ans) vers un cinquième mandat en éliminant l’ensemble de ses adversaires potentiels.
La garde prétorienne a décidé de couper court aux aspirations de Nacer Boudiaf, fils du défunt président Mohamed Boudiaf, qui a annoncé son intention de se lancer dans la course vers le Palais d’El Mouradia en 2019, souligne le journal chilien.

Face à cette situation, le ministère algérien des Affaires étrangères n’a rien trouvé de mieux pour écarter un candidat ennuyeux, que de le priver de son passeport diplomatique, précise-t-il.

La saisie en mai dernier à Oran de 701 kilos de cocaïne, dissimulés dans une cargaison de viande surgelée importée du Brésil, a déchaîné les démons et provoqué un règlement de comptes au sein de l’Establishment algérien connu pour son goût démesuré pour les dollars et les affaires juteuses même si elles sont d’origine douteuse.

Ainsi, une purge a été lancée. Le général Abdelghani Hamel, ancien patron de la police, Boudouaour Boudjemaa, ancien directeur du Comité du marché au ministère de la Défense nationale (MDN), le général Habib Chentouf, commandant de la première région militaire, ont fait les frais de cette lutte, fait observer le quotidien chilien.

A Lire aussi  Algérie / Rachid Nekkaz‎ : BOUTEFLIKA EST MORT.Voici la preuve

Cette purge sans merci menée pour baliser le terrain vers un 5ème mandat du “président-candidat” Abdelaziz Bouteflika, en prenant comme prétexte l’enquête sur ce méga-trafic de cocaïne, laisse présager, selon plusieurs observateurs, une nuit des Longs couteaux au sein des hautes sphères de l’armée algérienne, conclut le quotidien chilien.

«Pouvoir assassin», «Bouteflika dégage»… tels étaient entre autres les slogans scandés par des centaines de jeunes sortis spontanément, ce samedi 16 février, dans les rues de «Kherrata», une localité située à 60 kilomètres de Béjaïa, capitale du peuple kabyle, pour exprimer leur opposition à la candidature d’Abdelaziz Bouteflika pour un 5è mandat, compte tenu de son état de santé critique et son triste bilan à la tête de l’Etat algérien (1999-2019)!


Algérie: Les manœuvres de l’oligarchie algérienne pour maintenir au pouvoir une “momie”

About Mohammed Gherrabi

Check Also

Algérie / Présidentielles 2019: Face à l’inconstitutionnalité de la candidature de Bouteflika, les généraux enclins à cette “candidature”

30 janv. 2019: “l’Armée Nationale Populaire, faut-il le noter, dont la démarche est dictée par …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *