Home / COOPÉRATION / Orient / Le Qatar isolé et accusé de «soutien au terrorisme»

Orient / Le Qatar isolé et accusé de «soutien au terrorisme»

&

Le Qatar, le petit émirat du Moyen-Orient d’une superficie de 11 586 km² et une population de 297 602, les naturalisés sont inclus dans ce nombre.

C’est l’une des plus graves crises touchant les pays du Conseil de Coopération du Golfe depuis sa création en 1981. 3 pays du CCG¹, à savoir l’Arabie Saoudite, les Emirats-arabes-unis, Bahreïn, auxquels s’ajoutent l’Egypte, ont annoncé la rupture de leurs relations diplomatiques avec le Qatar.

Ce lundi, le Yémen, ainsi que la Libye, emboîtent le pas aux quatre pays précités dans leur condamnation du Qatar.

Ces décisions interviennent 15 jours après un voyage de Donald Trump à Riyad qui avait exhorté les pays musulmans à se mobiliser contre l’extrémisme, dont l’Iran, le rival numéro 1 de l’Arabie Saoudite serait le sponsor, de la Syrie au Yémen, en passant par la bande de Gaza.

La dépêche qui déclenche tout

« Le Qatar accueille divers groupes terroristes pour déstabiliser la région, comme la confrérie des Frères musulmans, Daech [l’acronyme en arabe de l’Etat islamique] et Al-Qaïda », a accusé Ryad.

Tout se serait enclenché le 24 mai, lorsqu’une dépêche de l’agence de presse officiel du Qatar attribue à l’Emir Sheikh Tamim bin Hamad Al Thani qui aurait critiqué la montée du sentiment anti-iranien. Parmi les autres sujets cités par cette dépêche figurent le Hezbollah, le Hamas et les Frères musulmans.

Des propos que des médias du Golfe se sont empressés de relayer, malgré les démentis de Doha qui ouvre une enquête et qui annonce que son agence de presse a été piratée par une entité inconnue. Quelques jours avant, le Qatar se le Qatar se disait victime d’une campagne mensongère qui l’accuse de soutien au terrorisme.

Le lendemain, le 25, le ministre qatari des Affaires étrangères, cheikh Mohamed ben Abderrahmane Al-Thani, dénonce «une campagne médiatique hostile à l’Etat du Qatar» à laquelle, dit-il, l’émirat «fera face».

Trop tard, le mal et fait, et les événements vont s’enchainer, isolant le Qatar. Le 28 mai, le ministre d’Etat émirati aux Affaires étrangères Anwar Gargash affirme que les monarchies du Golfe «traversent une nouvelle crise aiguë» et il somme le Qatar, sans le nommer, de «changer d’attitude et de rétablir la confiance et la transparence».

Le 2 juin, une source officielle à Doha indique que des enquêteurs du FBI américain aident le Qatar à déterminer l’origine d’un «piratage» présumé de son agence de presse officielle. Le 5, l’Arabie saoudite, les Emirats, Bahreïn et l’Egypte rompent leurs relations diplomatiques avec le Qatar, ouvertement accusé de soutenir «le terrorisme».

A Lire aussi  Israël : 2000 migrants africains menacés d'expulsion.

Quelles sont les mesures prises contre Doha ?

  • La rupture immédiate des relations diplomatiques. Bahreïn et les Emirats arabes unis ont ordonné à leurs diplomates de quitter Doha dans les 48 heures.
  • La fermeture des espaces aériens et maritimes. L’Arabie saoudite, les Emirats arabes unis et Bahreïn ont interdit leurs territoires aux vols de la compagnie aérienne du Qatar, Qatar Airways. Les liaisons aériennes et maritimes seront également suspendues dans les 24 heures. Les compagnies Saudi Arabian Airlines, Etihad, Emirates, Air Arabia et flydubai ont suspendu les vols sur Doha à partir de mardi matin.
  • La fermeture de la frontière terrestre. L’Arabie saoudite a fermé sa frontière avec le Qatar, ce qui bloque les importations de biens par voie terrestre via l’Arabie saoudite.
  • L’interdiction de séjour. En Arabie saoudite, aux Emirats arabes unis et à Bahreïn, il a été demandé aux ressortissants du Qatar, visiteurs ou résidents permanents dans les trois pays, de partir dans un délai de 14 jours. Seuls les pèlerins du Qatar peuvent se rendre sur les lieux saints musulmans en Arabie saoudite. Quant aux ressortissants des trois pays, ils ont interdiction de se rendre au Qatar.
  • L’exclusion de la coalition internationale arabe. La coalition militaire arabe, intervenant depuis plus de deux ans au Yémen sous commandement saoudien contre les Houthis, des rebelles chiites pro-iraniens, a décidé d’exclure le Qatar.

Comment a réagi le Qatar ? 

Le Qatar a rejeté une décision « injustifiée » et « sans fondement ». Celle-ci a été prise « en coordination avec l’Egypte », accuse Doha, et a un « objectif clair : placer l’Etat [du Qatar] sous tutelle, ce qui marque une violation de sa souveraineté » et est « totalement inacceptable », a affirmé le ministère des Affaires étrangères à Doha.

Le Qatar « n’interfère pas dans les affaires d’autrui«  et « lutte contre le terrorisme et l’extrémisme« , a assuré le diplomate qatari en chef. L’émirat prendra « les mesures nécessaires pour mettre en échec les tentatives d’affecter sa population et son économie« , a ajouté le ministère. D’ores-et-déjà, la compagnie Qatar Airways a annoncé qu’elle annulait ses vols à destination du royaume saoudien.

 

¹: Conseil de coopération du Golfe

 

Avec, Source

About Mohammed Gherrabi

Check Also

Daphne Caruana Galizia

Daphne Caruana Galizia, la journaliste d’enquête maltaise assassinée…

Daphne Caruana Galizia, journaliste d’enquête maltaise, a été assassinée par un attentat à la bombe …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>