Home / COOPÉRATION / Mr Ahmed Lahkim à Dakar ce 21 juillet pour une visite économique et culturelle !

Mr Ahmed Lahkim à Dakar ce 21 juillet pour une visite économique et culturelle !

Le président du parti politique union démocratique liberté Égalité fraternité ( UDLEF ) le français Monsieur Ahmed Lahkim sera aujourd’hui samedi 21 juillet 2018 à Dakar pour une visite économique et culturelle , suite à l’invitation de son hommologue sénégalais le président Abdoulaye Mamadou Guissé du parti MCSS Fulla ak Fayda .

Monsieur Ahmed Lahkim sera à 20h à Sorano pour l’hommage rendu à l’icone de la musique feue Madiodio Gning et une tournée au pôle Diamniadio clôturera la visite .

Une déclaration commune mettra fin au séjour à Dakar du chef de parti UDLEF.

Le chargé de communication:

Ousseynou Cledor Fall

L’Union Démocratique pour la Liberté Egalité Fraternité (UDLEF), est un parti politique français qui concourt à l’expression du suffrage universel, selon l’article 4 de la Constitution du 4 octobre 1958.

Ses valeurs sont humanistes, libérales, sociales et européennes.

Ce mouvement rassemble, les femmes et les hommes qui partagent les valeurs suivantes :

  • Préserver les valeurs citoyennes de la France qui sont la liberté, l’égalité et la fraternité, ainsi que les principes fondamentaux de la constitution et notamment dans son préambule ainsi que la Charte de l’environnement de 2004 ;
  • Respecter les principes démocratiques de bases comme : la République est indivisible, laïque, démocratique et sociale, parité et égalité homme/femme et le refus catégorique des discriminations ;
  • Défendre la volonté de vivre ensemble en paix dans la diversité des convictions ;
  • Favoriser l’égalité des chances ;
  • Renforcer la diversité culturelle pour le dialogue et le développement;
  • Engager à promouvoir le développement durable ;
  • Protéger la nature et l’environnement ;
  • Renforcer la place de la France en Europe et dans le monde ;
  • Opter pour la construction d’une Europe fédérale toute en défendant les valeurs et les intérêts de la France.

Le 26 septembre 2016, Monsieur Ahmed Lahkim a été élu Président de l’Union Démocratique pour la Liberté Egalité Fraternité (UDLEF).

Le Mouvement culturel pour le Salut du Sénégal (MCSS / Fulla Ak Fayda), parti politique porté sur les fonts baptismaux le 21 juin 2012 enrichit le paysage politique du Sénégal. Vu la situation sociale et économique difficile, la crise des valeurs s’accentuant, la perte de repères s’aggravant, la politique dévalorisée, le MCSS se dresse face à ces dérives et appelle au ressourcement des valeurs culturelles et citoyennes positives. Le Mcss s’engage à réhabiliter l’éthique politique. Le Mcss affiche son ambition dans les dynamiques politiques, sociales et de développement. Le MCSS compte faire la politique autrement, opérant une rupture dans les orientations, les discours, les actions. Il s’agit aussi d’innover dans les activités. La culture est notre boussole, la politique notre action, l’objectif : le développement humain et économique du Sénégal. S’illustrant dans les activités sociales et de développement depuis plusieurs années, les fondateurs du MCSS font de la politique autrement, se démarquant nettement de la politique politicienne. Il s’agit de s’appuyer fondamentalement sur la culture, porteuse de valeurs et aussi de croissance économique. Façonnant notre conscience citoyenne et forgeant notre conviction patriotique, la culture charrie et éclaire notre démarche. A cet effet, la réhabilitation des valeurs rythme les activités quotidiennes du Mcss pour un développement humain. La culture, fondement de notre identité, cimentation de l’unité nationale, valorisation de notre patrimoine, contribue à l’éducation des citoyens, à inculquer le patriotisme chez les Sénégalais. Notre objectif entre autres, c’est de faire des Sénégalais de citoyens modèles, acteurs de développement. Évoluant dans le secteur de culture, les fondateurs du Mcss invitent les artistes, créateurs de toutes les disciplines artistiques et littéraires à prendre leur destin à main et à se démarquer des politiciens véreux. Le MCSS travaille à ce que les artistes et autres opérateurs culturels soient présents dans les instances de décision (assemblée nationale, Conseil économique et social, collectivités locales etc.). Dans son déploiement, le MCSS allie les activités politiques saines à celles de développement pour faire de la politique autrement, agissant pour l’intérêt général du peuple sénégalais, luttant contre la démagogie, les surenchères.
A Lire aussi  (Vidéo) Affaire DSK-Nafissatou Diallo: l’homme aurait été piégé, et la femme était l’actrice d’un scénario bien monté
Ancienne pensionnaire de l’ensemble lyrique traditionnel du Théâtre national Daniel Sorano, Madiodio Gningue, décédée à l’âge de 66 ans. Cette grande dame de la musique traditionnelle sénégalaise a été honorée durant sa carrière artistique par deux distinctions nationales : Chevalier de l’Ordre du Mérite et Officier de l’Ordre du Mérite. Distinctions qu’elle avait reçues respectivement en 1996 et 1998 et qu’elle aimait montrer avec fierté. Estimant qu’on ne peut pas payer un artiste, compte tenu du bonheur qu’il apporte à son peuple, elle se félicitait souvent de la volonté politique du gouvernement d’aider les artistes. « Le gouvernement a bien fait en pensant à la protection sociale des artistes. C’est très important pour les artistes », disait-elle dans une interview. Selon son entourage c’était une femme très gentille, disponible et très généreuse. Décédée le mardi 02 juillet 2013 à Dakar dés suites d’une longue maladie, l’ancienne divas de Sorano a chanté dans tous les registres avec des thèmes très éducatifs allant de l’amour à la famille, en passant par la vie sociale. Mais c’est avec le morceau «Louyass», titre éponyme au début des années 90, pour dénoncer la cherté de la location au Sénégal, qu’elle a surtout marqué les esprits. Madiodio aimait s’inspirer de la vie quotidienne des populations. Car 20 ans après «Louyass», la location est tout aussi chère au Sénégal, sinon plus encore. Madiodio Gningue était en phase avec ce dicton de feu Ndiaga Mbaye qui disait que «Way bu diglewul, yetewul ay naxatela» (une chanson qui n’enseigne pas ou n’éduque pas, n’est que tromperie). Selon les témoignages elle était une fervente musulmane et avait un sens de l’honneur. Rappelons simplement que ses amis et collègues artistes lui rendent un hommage à la hauteur de sa carrière musicale, ce samedi 21 juillet 2018 au théâtre national Daniel Sorano.

About Mohammed Gherrabi

Check Also

Ahmed Lahkim Président de l'UDLEF

Ahmed Lahkim, président UDLEF: « Le Souverain est aimé par son peuple et le Maroc fait preuve d’une grande stabilité »

Parlez-nous de la naissance de l’UDLEF, de sa raison d’être, des lignes qu’il défend. Ahmed …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>