Home / MONDE / Migration/Maroc: la face cachée. Le cas du Conseil des Migrants Subsahariens au Maroc.

Migration/Maroc: la face cachée. Le cas du Conseil des Migrants Subsahariens au Maroc.

 

Suite à l’émission TIR DIRECT sur Radio Kulture Mozaik.

L’Afrique Adulteva faire toute la lumière sur cette affaire.Pour cela nous avons rencontré Mr Justin Ngwem trésorier du Conseil des Migrants  Subsahariens au Maroc.

 


Interview de Justin Ngwem trésorier du Conseil des Migrants  Subsahariens au Maroc.


 

Justin Ngwem
Justin Ngwem

L’Afrique Adulte. Merci  Monsieur  de nous accorder cet  interview  pour commencer  pouvez-vous vous présenter à nos lecteurs.

Justin Ngwem .  Je m’appelle Ngwem Justin  de nationalité  camerounaise, détenteur d’un   D.U.T  (diplôme universitaire des technologies) en science et génie des matériaux  de  l’université de Douala . Je travail au Maroc comme téléconseiller dans un centre d’appel de la place.

L’Afrique adulte. Depuis combien de temps vivez-vous au Maroc ?

JN. Depuis déjà 10 ans  je vis au Maroc, dont  d’ailleurs je profite de la tribune que vous me donnez  pour saluer  la bienveillance  de  Sa Majesté le Roi Mohamed VI, grâce à qui  bon nombre de migrants comme moi sont régularisés aujourd’hui et l’esprit  d’accueil du peuple Marocain en général.

AA. Vous êtes un acteur majeur au sein du Conseil des Migrants  quel rôle jouez vous dans cette association ?

 JN. Je tiens à préciser  que je milite au sein du conseil des migrants comme membres depuis quatre ans et depuis deux ans j’occupe le poste de trésorier.

AA. Quelle appréciation faites-vous de votre fonction de trésorier ?

J N.  je parlerais d’abord  de moi  en tant que trésorier. J’ai  énormément contribué  bien que de manière officiel,  jamais le poste de trésorier n’a jamais  joué réellement  son rôle sous le règne des anciens présidents du conseil des migrants car de tous temps la trésorerie au sein du conseil des migrants a toujours été sous le contrôle par des présidents ignorant frontalement  la déontologie associative qui sied  à chaque fonction.

AA. Étant informé de cela quel fut votre démarche pour rétablir le rôle dut à votre fonction ?

JN. Lors de mon élection ma premier démarche était de jurer transparence honnêteté  et clarté quand à la gestion des fonds du conseil des migrants. Même si cela devais me contraindre de faire face au président comme c’est le cas aujourd’hui.

AA. Est ce que vous avez atteint votre but de gestionnaire ?

JN. Je dirais qu’à titre personnel oui, j’ai fait valoir ce poste en gérant de manière objective le minimum de fond  qui m’a été octroyé durant mon mandat ce qui a permis de résoudre d’énorme problème.

A l’exemple du financement de certain déplacement de certains membres pour des événements important dans le monde de la migration. Et surtout l’élaboration de la documentation pour  l’obtention du  statut juridique que nous avons aujourd’hui.

AA . En parlant d’aujourd’hui, l’actualité fait état d’une gestion scandaleuse  des biens directs et indirects du Conseil des Migrants par son président « C.I ».

JN. Il faut d’abord rappeler que « C.I » est officieusement le président du conseil parce que en situation irrégulière au moment de l’établissement des dossiers de régularisation il a choisi de mettre le nom d’ « A.L » sa complice comme présidente soit aujourd’hui juridiquement « C.I »  n’est pas président  du conseil des migrants, il en est de même pour le poste de  vice président officiellement  c’est monsieur « S.K »  dont le nom figure comme vice président  par affinité.

De manière générale en parlant de gestion, il y a un nombre impressionnant de fait qui incriminent « C.I ».

Je prendrais l’exemple  du projet  du BIj qui a été élaborer il y a de cela trois ans  sous le règne de l’ancien président monsieur « BAK…» en partenariat avec  le parrain du conseil des migrants  monsieur  « S.N » président de l’association SOS Racisme de la Belgique. qui  aboutira sous le règne de Monsieur « C.I »,  qui conduira  à sa réalisation durant l’été  2015.

A Lire aussi  Côte d’Ivoire: ouverture du deuxième procès de Mme Gbagbo

En effet; au cour de cet événement le président actuel conduira le projet par une gestion   scandaleuse  qui  était monocamérale et personnel.  Abusant de l’intelligence des membres du conseil des migrants  et en particulier de la trésorerie qui n’a été tenu informé à aucun moment de la circulation des sommes octroyées pour la réalisation de cette événement. Soit aucun reçu, encore moins aucun bordereau de l’argent qui a été envoyé de la Belgique.

AA. De manière objective y a-t-il eu d’autre fait du similaire ?

 JN . Oui il y a eu plein d’autre fait qui pourrais nous prendre une journée si fallait en parlé, qu’a cela ne tienne j’évoquerais le cas du 10eme anniversaire  ou nous  avons eu un nombre important de partenaires à l’instar du Conseil National des Droits de l’Homme (CNDH), du GADEM ,  de CARITAS , du FMAS..etc  fin des courses une gestion  clanique.

Et très récemment encore monsieur « C.I »  s’est rendu  au Liban  et  ce n’est qu’une fois au Liban que les membres de l’association  apprennent  qu’un billet d’avion a été acheté   par le FMAS, que  l’impression des documents  de communication  de l’association a été payé par le GADEM  bref un manque de transparence  qui  ne peut  que cacher  des intentions malveillantes.

AA .  Aujourd’hui on entend parler  sur la toile d’une invitation, pouvez vous nous donné une illustration claire ?

JN . Effectivement concernant l’invitation  venant  de Calais qui  aujourd’hui fait débat, avec en prime un abus de confiance et une démarche d’escroquerie.

De prime abord  il faut rappeler  lorsque cette histoire vient au conseil  après une visite d’échange et de collaboration  internationale  nous sommes conviés par le président  officieux  monsieur « C.I »  en coaction avec  Camara laye,  le président exposera  l’opportunité d’un voyage en France à fin de porter notre contribution quand à la gestion de la médiation entre  association  et migrant. Une  offre de deux  invitations sera présenté.  D’après « C.I »  qui parlait  et exposait les faits ici il était question  de voyager mais seulement  chacun devait payer   7000 DH pour les membres soit disant pour la prise en charge pourtant le partenaire qui nous invitait  ici avait pris coutume  de payer  tous les frais c’est alors qu’alerté, sur les bons conseils de monsieur Serge Guemou, je me suis retiré,  finalement c’est sur « A.L » que la frappe passera car elle déboursera  6000 dirham pour  se voir le visa refusé auprès de l’ambassade de France pour une invitation purement et simplement falsifié. Alors même qu’elle était accompagnée de son bourreau « C.I ». C’est le même « C.I »  qui serai au cœur d’une histoire similaire donc son lieu de service je cite ici l’ALCS qui a vu un migrant revendiqué  le fait d’avoir été extorqué, dépouillé  pour la même raison par notre désormais  loubard, trafiquant des  invitations pour l’Europe.

AA. Pour finir pouvez-vous nous parler de la succession au sein du conseil des migrants

JN. En effet au vu de tout tous ce  qui précède, les   faits  sont quand même assez graves. L’idéal serait  que ce monsieur « CI »   se retire de la course à la présidence du conseil des migrants, sinon c’est devant les tribunaux de ce pays que ce litige va se terminer, que les vérités vont sortir en bloc  nous avons déjà entamé les procédures pour ce fait.

La rédaction

 

 

About Mohammed Gherrabi