Home / Non classé / Migrants à Paris: des expulsions de camps, et après?

Migrants à Paris: des expulsions de camps, et après?



Depuis le mois de juin, les autorités françaises ont procédé à une série d’évacuations des campements de migrants installés à Paris. Selon la préfecture de Paris et d’Île-de-France, un millier de personnes ont reçu une proposition d’hébergement d’urgence. Un chiffre que les associations d’aide aux migrants tiennent pourtant à relativiser.



 

media

Le consulat du Maroc à Paris a été pris d’assaut lundi 20 juillet 2015 par sept individus tous d’origine subsaharienne.

L’ambassade du Maroc à Paris a été ce lundi le théâtre d’une vive altercation. Les médias rapportent que le consulat marocain a été pris d’assaut par un groupe de sept personnes toutes d’origine subsaharienne. Ces dernières ont crié des slogans dénonçant la politique migratoire du royaume chérifien.

On attendra la réaction de ce groupe pour cet événement:

Le 2 juin dernier, le camp de la station de métro La Chapelle, situé dans le nord de Paris, est démantelé. Quelque 477 migrants sont pris en charge. Certains partent en centre d’accueil de demandeurs d’asile. Pour les autres, trois jours d’hôtel puis c’est de nouveau l’errance.

Trois autres évacuations ont eu lieu depuis cette date, pour un résultat dont se félicite la préfecture de Paris et d’Île-de-France : pas moins de 1 020 migrants ont été reçus en hébergement d’urgence. Mais pour Cécile Poletti, de l’association Cimade, les autorités ont tardé à réagir.

« Pour certains, cela fait plusieurs mois, voire même une petite année, que ces personnes sont à la rue. Ce sont des bidonvilles, où les personnes vivent avec des conditions matérielles extrêmement précaires», explique-t-elle.

A chaque situation sa solution, avance-t-on du côté des autorités. Trois cent cinquante migrants sont ainsi hébergés en centre d’accueil pour demandeurs d’asile. Une logique d’humanité estime l’Etat. Pour Cécile Poletti, cette politique a néanmoins ses limites :

« C’est un peu la vision binaire du gouvernement actuel : il y a de bonnes personnes étrangères, qui seraient les demandeurs d’asile qui demandent une protection, et les migrants économiquesqu’il faudrait expulser»

Malgré les récentes évacuations de campements, les rues de Paris continuent d’abriter des migrants. Dans l’est de la capitale par exemple, près de la gare d’Austerlitz, ils sont encore 300 à dormir dehors.

→ Diaporama : Les migrants de La Chapelle et « leur » photographe
→ Lire aussi : Les Syriens invisibles de la porte de Saint-Ouen

About Mohammed Gherrabi

Check Also

Algérie: Les (BRI) ont fait irruption dans l’enceinte de la faculté de droit d’Alger…

Violation des franchises universitaires La police algérienne a violé les franchises universitaires. Les Brigades de …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *