Home / COOPÉRATION / Maroc / Immigration: Qu’est-ce qui se passe dans le tissu associatif des migrants résidant au Maroc…???

Maroc / Immigration: Qu’est-ce qui se passe dans le tissu associatif des migrants résidant au Maroc…???

La stratégie  nationale d’immigration  et d’asile projet et vision mise en place par le ministère des marocains résidant à l’étranger et des affaires de la migration  ayant atteint ses objectifs administratifs  par la mise à disposition d’innombrables  outils quant à une intégration véritable  des migrants et des réfugiés dans les tissus socio-économiques du pays , cependant des canards boiteux, des bras cassés suite à des manœuvres dilatoires  dézinguent cette politique au grand dam de la vie et du bien-être des réfugiés et des migrants.

Qu'est-ce qui se passe dans le tissu associatif des migrants résidents au Maroc...
Qu’est-ce qui se passe dans le tissu associatif des migrants résidents au Maroc…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les problèmes ainsi posés sont de plusieurs ordres et à  plusieurs niveaux ils concernent dans un premier temps l’univers associatif spécialisé sur la question de la gestion des conditions des vies des réfugiés et des migrants et dans un deuxième temps les bailleurs de fonds ou les financiers satellites pour le grand nombre installés sur le territoire marocain.

Parlant du premier groupe il est stratifié à trois niveaux qui sont les associations de migrants chevilles ouvrières au contact direct des migrants et de leurs réalités, elle-même voulant s’organiser autour d’une plateforme dite d’association des migrants. Le deuxième niveau de stratification  est composé des associations dites associations d’accompagnement, c’est ce groupe qui est l’interlocuteur par excellence auprès des bailleurs de fonds, c’est ce groupe qui fait et défait la réalité de la vie et du bien-être du migrant. Il est organisé autour d’une autre plateforme qui se veut être tantôt  la plateforme  protection migrant  tantôt  plateforme national migrants en changeant de nom elle entend trouver la meilleur formule pour une excellente captation des fonds en phagocytant l’univers associatif de la migration au Maroc. Enfin nous avons le troisième larron, probablement le plus important, ce sont les bailleurs de fonds sur les questions de migrations au Maroc, ils sont connus: les plus présents ces dernières années sont la Coopération Suisse, la Délégation de l’Union Européenne au Maroc  le Haut Commissariat pour les Réfugie (HCR) et l’Organisation International de la Migration (OIM)

https://www.youtube.com/watch?v=z4N05BipIq4&feature=youtu.be

Nous allons faire la lumière à l’aide d’un ou deux faits d’actualités. En effet, à l’initiative  du conseil national des droits de l’homme (CNDH) et de son président Driss El Yazami, un projet de renforcement et d’appui des associations des migrants quant à leur professionnalisation  a vu le jour  il y a de cela plus d’un an autour de la table des associations de migrants étant allées souhaiter les vœux  au président du CNDH. . Celui –ci profitera de l’opportunité pour lancer une consultation évaluative des besoins des associations de migrants quant à un appui pour une optimisation de leur potentiel pour une réussite du programme national d’immigration et d’asile. De fil en aiguille, le président du CNDH  activera un plaidoyer pour une levée de fonds qui devait prendre en charge une maison des associations de migrants et un salarié fixe par association pour un budget  de 60,000  euros environ selon nos sources, initiative totalement louable jusqu’au moment où on apprend que le projet sera plutôt géré et administré par le GADEM, dire ici que c’est là que le bât blesse c’est faire référence à la cause d’une souffrance  d’une peine  pour la petite histoire. ……

Un projet qui a été pensé par le CNDH et la plateforme des migrants finit par être sous la tutelle  d’une association qui n’a pas le mérite de soutenir les migrants, pourtant il suffit de voir sa dernière campagne vidéo de lutte contre le racisme sur les réseaux sociaux qui n’est rien d’autre qu’une campagne de renforcement de stéréotypes sur les noirs, les subsahariens, une opinion partagée par plusieurs acteurs associatifs.

La question que posent plusieurs acteurs associatifs migrants: pourquoi cette nomination de deux administrateurs du projet

  • Une coordinatrice du projet de nationalité française ? Comment un réseau associatif de migrants sera désormais piloté et coordonné par  une européenne, qui en plus sera payée 9000 dirhams, pour faire quoi ? Selon nos sources, il s’agit d’une stagiaire française qui travaille en plus au GADEM
  • Un comptable qui pourrait être migrant payé également à 9000 dirhams? Quelle histoire sordide ?

Voilà trois questions sans réponse, nous devons trouver des éclaircissements tant qu’il est encore temps, en attendant vos réactions, nous transmettons le message de ceux et celles qui s’interrogent à plusieurs niveaux, notamment  au sujet du contrôle du GADEM, association composée en majorité de français ou de binationaux.

D’autre part, selon nos sources, deux acteurs associatifs migrants ont introduit au (HCR), une demande de changement de statut . Selon les mêmes sources,  les deux migrants jouissent d’un statut de résident au Maroc,  serait-ce le même scénario qui se répète, cette acrobatie eyant déjà été employée, la personne en question a été réinstallée aux USA.   Une affaire à suivre……


Lire aussi: ⇒ la face cachée, le cas du Conseil des Migrants Subsahariens au Maroc 2



Lire aussi: ⇒ la face cachée. Le cas du Conseil des Migrants Subsahariens au Maroc.1


 


Lire aussi: ⇒ UNHCR MAROC: Tel père tel fils. SOUMISSIONS POUR LA RÉINSTALLATION


 

https://youtu.be/4VRmVsQK368

Des documents nous sont parvenus à la rédaction:

 

 

About Mohammed Gherrabi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>