Home / COOPÉRATION / Maroc: Conférence sous le thème “l’éducation à la citoyenneté…”

Maroc: Conférence sous le thème “l’éducation à la citoyenneté…”

_DSC0214

L’éducation à la citoyenneté englobe l’apprentissage de la démocratie, l’apprentissage de la coopération, l’éducation aux droits humains et à la paix.

Conférence sous le thème “l’éducation à la citoyenneté…” organisée par l’Association de protection de la famille marocaine et l’ISESCO.

La citoyenneté, dérive du Latin, CIVITAS, ensemble des citoyens et aujourd’hui elle peut se définir selon quelques axes qui recouvrent ce qu’il convient d’appeler, les anciennes et les nouvelles citoyennetés.

Ainsi, elle est, statut juridique conférant des droits égaux (civils et politiques, sociaux, économiques) et des obligations égales pour tous dans une communauté politique donnée avec la participation au pouvoir, à la décision et au contrôle.

Elle est aussi un ensemble de qualités morales, de devoirs civiques considérés comme nécessaires à la bonne marche de la cité, lieu ou chaque personne doit accepter la règle commune (le civisme).

Aujourd’hui la citoyenneté se définit de manière plus large comme un ensemble de rôles sociaux spécifiques où la personne a la possibilité de participer à des groupes qui défendent ses intérêts, ses idées comme les associations écologiques, associations de consommateurs, de défense des droits de la personne, associations de quartier etc. Donc, être citoyen, c’est être partenaire de plusieurs responsabilités communes auxquelles on participe en s’informant, en informant, en travaillant, en consommant, en produisant. En conséquence la citoyenneté, c’est la capacité de reconnaître les valeurs éthiques requises pour la vie en commun, d’effectuer et d’agir avec la conscience d’appartenir à un corps social organisé.

Il faut enfin signaler qu’elle est nationalité, mais elle peut constituer un statut transnational qui a le monde comme cadre d’expression, cela signifie une interdépendance entre nations entre les personnes ;ainsi les citoyens du monde accordent une importance au mondialisme, l’ensemble des idées et des actes exprimant la solidarité des populations du globe.

 

“Elle est un préalable à toute autre forme d’éducation, car elle concerne chacun dans sa capacité à connaître et reconnaître l’autre, à être par lui-même, et dans sa relation avec les autres. Elle traverse par essence toutes les autres formes d’éducation.

Dans l’éducation à la citoyenneté, deux éléments complémentaires s’enrichissent l’un l’autre : une formation à la civilité, une éducation à vivre les relations inter-personnelles dans la vie quotidienne. Parler d’éducation à la citoyenneté, c’est parler de respect des autres, de politesse, de liberté individuelle, de respect de l’environnement, etc. Nous nous côtoyons tous les jours, et il est nécessaire que les uns et les autres puissions être éduqués, jusqu’à la fin de notre vie, à vivre ensemble de manière harmonieuse et transmettre ces valeurs aux générations futures.

Le deuxième volet, trop souvent oublié, est celui de l’éducation à l’intérêt général. Une société n’est pas simplement une juxtaposition d’intérêts d’hommes et de femmes qui cohabitent sur un même territoire ; c’est aussi un groupe dont l’intérêt général est supérieur à la somme des intérêts particuliers. Cet intérêt général donne à une société une dimension nouvelle, collective, et aux individus qui la composent une valeur supplémentaire.”  Jean-Marie Montel

La citoyenneté, dérive du Latin, CIVITAS, ensemble des citoyens et aujourd’hui elle peut se définir selon quelques axes qui recouvrent ce qu’il convient d’appeler, les anciennes et les nouvelles citoyennetés. Ainsi, elle est, statut juridique conférant des droits égaux (civils et politiques, sociaux, économiques) et des obligations égales pour tous dans une communauté politique donnée avec la participation au pouvoir, à la décision et au contrôle. Elle est aussi un ensemble de qualités morales, de devoirs civiques considérés comme nécessaires à la bonne marche de la cité, lieu ou chaque personne doit accepter la règle commune (le civisme). Aujourd’hui la citoyenneté se définit de manière plus large comme un ensemble de rôles sociaux spécifiques où la personne a la possibilité de participer à des groupes qui défendent ses intérêts, ses idées comme les associations écologiques, associations de consommateurs, de défense des droits de la personne, associations de quartier etc. Donc, être citoyen, c’est être partenaire de plusieurs responsabilités communes auxquelles on participe en s’informant, en informant, en travaillant, en consommant, en produisant. En conséquence la citoyenneté, c’est la capacité de reconnaître les valeurs éthiques requises pour la vie en commun, d’effectuer et d’agir avec la conscience d’appartenir à un corps social organisé. Il faut enfin signaler qu’elle est nationalité, mais elle peut constituer un statut transnational qui a le monde comme cadre d’expression, cela signifie une interdépendance entre nations entre les personnes ;ainsi les citoyens du monde accordent une importance au mondialisme, l’ensemble des idées et des actes exprimant la solidarité des populations du globe.

L’éducation à la citoyenneté au sens large peut être entendue comme l’éducation à la fois à la capacité de vivre ensemble de manière harmonieuse dans la société et à la capacité de se déployer à la fois comme personne et comme citoyen, sujet de droits et de devoirs, libre, responsable, solidaire, autonome, inséré dans la société et capable d’esprit critique et de questionnement philosophique.

A Lire aussi  Extraits d’un entretien avec un dirigeant juif sur les Africains

Elle aborde les questions de citoyenneté au sens strict liées à la connaissance et à la pratique de la gestion de la « cité ». Elle touche également à la connaissance et aux questionnements relatifs aux religions et courants philosophiques. Elle comporte donc des approches éthiques et philosophiques.

L’éducation au bien-être constitue en outre un objectif inhérent au développement de l’éducation à la citoyenneté. Elle vise notamment, l’éducation aux relations affectives et l’acquisition de comportements de prévention en matière de santé et de sécurité pour soi et autrui.



About Mohammed Gherrabi

Check Also

Maroc / Croatie: M. Driss EL Yazami, président du CNDH effectue une visite de travail en Croatie pour s’enquérir de son expérience en matière des droits de l’Homme

M. Driss El Yazami, président du Conseil national des droits de l’Homme (CNDH) a effectué …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>