Home / Non classé / MANGEMENT, COUCHEMENT ET COUILLEMENT pour « Baba-Koumantan »

MANGEMENT, COUCHEMENT ET COUILLEMENT pour « Baba-Koumantan »

Savez-vous ce que cela signifie ??? Si non, découvrons une pente caché de notre histoire:
Pendant la période coloniale, nos enclos coloniaux étaient administrativement subdivisés en Cercles (Cantons). Chaque cercle était dirigé par un Commandant de Cercle (que nos populations appelaient «PAPA-COMMANDANT» pour ceux qui comprenaient un peu le Français et « BABA-KOUMANTAN » pour le reste de la plèbe locale).

Le Comandant de Cercle (Baba-Koumantan) était un gros pacha Blanc qui passait son temps à siroter du whisky, à faire des tournées dans les villages, à jouir de nos femmes et à intimider les indigènes. Pendant sa tournée le Comandant de Cercle (Baba-Koumantan) était accompagné par une délégation d’au moins 9 administrateurs coloniaux, en plus de ses gardes et ses sous-fifres noirs, tous chargés de soumettre et de terroriser les populations indigènes.

Avant l’arrivée de la délégation dans chaque village, un émissaire était d’abord envoyé au Chef du village pour négocier le M2C (MANGEMENT,
COUCHEMENT ET COUILLEMENT) pour Baba-Koumantan. Qu’est-ce que cela signifie en clair ???

MANGEMENT = Le Manger : préparer la meilleure nourriture possible pour Baba-Koumantan et sa délégation. Tuer le plus gros bouc et le plus bélier ; et faire le meilleur plat par les meilleures cuisinières du village.

COUCHEMENT= L’Hébergement (bonnes nuitées): préparer le logis le plus propre, le plus sécuritaire pour Baba-Koumantan et sa délégation.

COUILLEMENT= Le Sexe : chercher et mettre à la disposition de Baba-Koumantan et sa délégation, les 9 plus belles femmes du village. Eh oui, ce pan de notre histoire est bien caché comme une maladie honteuse, car c’est évidemment bien honteux pour nous que nos femmes (souvent mariées) aient été livrées à Baba-Koumantan pour les violer. Incroyable, mais c’est vrai (une très vieille victime me l’a raconté); Baba-Koumantan devait coucher avec la plus belle femme du village (peu importe à qui elle appartenait), et cela était directement négocié dans le vestibule du Chef de village. Neufs (9) femmes étaient offertes au viol à chaque passage de la délégation. Parfois des grossesses inattendues y apparaissaient et Baba-Koumantan exigeait soit de liquider les enfants dès leur naissance, soit de les récupérer dans un Centre (Foyer des Métisses) à Bamako (pour le cas du Mali). Ces enfants métisses avaient un statut social supérieur aux indigènes.

A Lire aussi  Ouagadougou / Barcelone: (Poids plume et poids lourds) deux poids et deux mesures

De nos jours de nombreux hommes politiques français restent encore dans cet Africanisme de « Baba-Koumantan »

 

About Mohammed Gherrabi

Check Also

Afrique: « Le malheur des uns fait le bonheur des autres ! »

Des guerres qui déstabilisent le continent africain Le continent africain est le théâtre d’un nombre …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>