Home / COOPÉRATION / L’excision au Maroc : méconnaissance, une réalité inquiétante

L’excision au Maroc : méconnaissance, une réalité inquiétante

Journée mondiale de lutte contre l’excision

Le 6 février, c’est la journée mondiale de lutte contre l’excision. Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), plus de 130 millions de filles et de femmes sont victimes de mutilations génitales féminines dans le monde. En Somalie, selon les estimations, seules deux femmes sur cent n’en ont pas subies. Dans ce classement arrive ensuite la Guinée, deuxième pays au monde où les femmes subissent le plus de mutilations sexuelles.

 

L’excision

L’excision est une pratique païenne qui remonterait au temps des pharaons. Elle consiste à ôter le plaisir sexuel de la femme pour préserver sa virginité jusqu’au mariage. C’est un rite de passage à l’âge adulte des jeunes filles. L’excision se pratique entre l’enfance et l’adolescence, 15 ans. Sans excision, pas de mariage.
Selon certains témoignages elle favoriserait la fertilité, éviterait l’adultère voire la prostitution, renforcerait la santé…

Un rapport de l’Institut national d’études démographiques (INED), indique que la proportion de femmes excisées, qui variait de 1,4% au Cameroun à 96% en Guinée.

Considérée comme une violation des droits de l’homme, existe partout dans le monde mais est particulièrement répandue en Afrique subsaharienne et dans certains pays du Moyen-Orient.

Les mutilations génitales féminines (MGF), souvent pratiquées de manière très rudimentaires, peuvent entraîner des conséquences graves pour la santé des femmes qui les ont subies : des hémorragies ou des infections (notamment durant des accouchements très douloureux), la transmission de maladies telles que le SIDA ou l’hépatite, des sensations diminuées et des douleurs lors de relations sexuelles, l’incontinence urinaire (qui oblige des petites filles, honteuses, à abandonner l’école), des conséquences psychologiques et parfois la mort.

L’, une des causes de l’excision en Europe

L’excision étant une pratique importée en Europe et aux Etats-Unis, l’augmentation pourrait en partie être attribuée au nombre grandissant d’immigrés venus de pays où l’excision est monnaie courante.

Cette pratique se développe, allant de pair avec une immigration massive de populations inassimilables.

En Angleterre, le pays européen le plus touché par l’excision avec 137 000 victimes:

L’excision au Maroc :  méconnaissance

Le Maroc a été le premier pays d’Afrique du Nord à lancer une politique d’accueil des migrants. des milliers de sans-papiers, surtout originaires d’Afrique subsaharienne, ont été régularisés.

L’excision  n’existe pas au Maroc, alors que la quasi-totalité de la population est de confession musulmane. ne connaissent pas cette monstruosité . Mais attention , il n’est pas étonnant que des cas d’excision soient enregistrés,  donc, il est temps de passer à la Prévention et procéder à des Contrôles médicaux qui attesteront  l’absence d’excision des descendants d’immigrés de sexe féminin nés au Maroc.

About Mohammed Gherrabi