Home / POLITIQUE / Burkina Faso: Les partis de l’ex opposition s’engagent à œuvrer pour l’aboutissement de la Transition à bonne date

Burkina Faso: Les partis de l’ex opposition s’engagent à œuvrer pour l’aboutissement de la Transition à bonne date

Les partis de l’ex opposition s’engagent à œuvrer pour l’aboutissement de la Transition à bonne date

Le Président du Faso, Michel KAFANDO, a reçu en audience des représentants des partis politiques en début de matinée ce vendredi 03 avril 2015.

Le premier groupe à être reçu était composé entre autres des leaders de partis comme, l’Union pour la Renaissance/Parti Sankariste (UNIR/PS), Le Faso Autrement, l’Union pour le Progrès et le Changement (UPC), le Parti pour le Développement et le Socialisme/Parti des bâtisseurs (PDS/Metba) et le Mouvement du Peuple pour le Progrès (MPP).

A sa sortie d’audience, Etienne TRAORE du PDS/Metba a, au nom du groupe, dit être venu répondre à l’appel du Chef de l’Etat qui avait pour objectif « de nous indiquer un certain nombre de difficultés auxquelles est confrontée la Transition en ce moment et de recueillir en retour nos suggestions».

Mais de quelles difficultés s’agit-il ? « Il y a la question du financement des élections qui n’est pas bouclé, il y a la question de tenir le délai, il y a des discussions autour du contenu du Code électoral, du montant de la somme à verser pour aller à l’élection présidentielle, … Tous ces problèmes doivent trouver des solutions dans un délai assez bref », a-t-il répondu.

Et le premier responsable du parti « Le Faso Autrement », Ablassé OUEDRAOGO venant en renfort, a pour sa part, soutenu que « notre pays traverse des moments de perturbations. Et nous voulons seulement dire que tous les Burkinabè qui sont de vrais patriotes souhaitent que la Transition se termine dans le délai prescrit. […] Et les vrais patriotes que nous sommes devrons tout faire pour contrer tout ce qui peut être fait à contre-courant ».

Pour ce faire, les représentants du cadre de concertation des partis de l’ex opposition promettent de formuler des propositions concertées pour transmettre au Chef de l’Etat dans de brefs délais.

Notons que cette rencontre intervient à un moment de poussée de fièvre sociale marquée par des manifestations tout azimut.

 

« Nous sommes pour un processus électoral inclusif » dixit Léonce KONE

Le deuxième groupe à être reçu était composé entre autres des représentants du Congrès pour la Démocratie et le Progrès (CDP), de l’Alliance pour la Démocratie et la Fédération/ Rassemblement Démocratique Africain (ADF/RDA) et de l’Union Nationale pour la Démocratie et le Développement (UNDD).

A Lire aussi  L'UA| Union Africaine!!!!« le continent du désespoir».

A sa sortie d’audience, Léonce KONE, Président du directoire du CDP et membre de la délégation, a décliné l’objectif de la rencontre. « Nous venons d’être reçus par le Président de la Transition en tant que partis politiques et parties prenantes aux élections à venir et de la transition également pour voir l’évolution de la transition », a-t-il dit.

Et de poursuivre : « Vous savez que le climat social est un peu tendu et il (le Chef de l’Etat) a souhaité que les partis républicains contribuent à apaiser les choses en ce qui les concerne pour faire en sorte que la Transition se poursuive bien et aboutisse à des élections libres et transparentes ».

Il affirme alors la volonté et la disponibilité de son parti à aller dans ce sens : « Et en ce qui nous concerne au CDP, nous avons la volonté qu’il en soit ainsi pour aboutir à des élections libres, démocratiques, transparentes, inclusives et ouvertes à tous les partis ». Nous sommes pour un processus électoral inclusif tel qu’il est prévu d’abord par la Constitution et tel qu’il est prévu également par la Charte ».

Léonce KONE dit approuver la démarche du gouvernement qui consiste à utiliser les moyens dont dispose l’Etat pour ramener la sérénité.

Me Gilbert Noël OUEDRAOGO, Président de l’ADF/RDA s’est préoccupé de la question de la révision en cours du Code électoral. « Nous souhaitons que cette révision (la relecture du Code électoral) se fasse en application de la Constitution du Burkina Faso et de la Charte elle-même », a-t-il soutenu.

 

 

La Direction de la Communication de la Présidence du Faso

About Mohammed Gherrabi

Check Also

2

Afrique / ONU: Mme Bintou Keita, de la Guinée, nommée Sous-Secrétaire générale aux opérations de maintien de la paix

Le Secrétaire général de l’ONU, M. António Guterres, a annoncé aujourd’hui la nomination de Mme Bintou Keita, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>