Home / CULTURE / Larmes de Sable: le film qui met à nu les violations des droits de l’homme dans les camps de Tindouf

Larmes de Sable: le film qui met à nu les violations des droits de l’homme dans les camps de Tindouf

Larmes de Sable
Le film: Larmes de Sable
Le film “Larmes de sable” du réalisateur Aziz Salmy a fait sa sortie nationale dans les salles de cinéma à partir du 7 mars. Ce film est le premier long métrage marocain de fiction portant sur l’évasion des séquestrés dans les camps de Tindouf où ils étaient torturés et humiliés. En effet, il s’agit d’un thriller de 1h47min qui raconte l’histoire de l’évasion et le retour d’une dizaine d’otages de Tindouf qui ont été séquestrés, torturés et humiliés pendant plus de 30 ans et qui découvrent après leur fuite, une réalité sociale différente de celle dont ils ont gardé le souvenir. Leur passé à Tindouf surgit dans leurs cauchemars et obsessions jusqu’au jour où ils rencontrent leur ex-tortionnaire, devenu une personnalité importante après avoir bénéficié du pardon lancé par Feu Hassan II. Cette découverte les bouleverse et les obsède. Les principaux rôles de “Larmes de sable”, filmé à Casablanca et Ouarzazate, ont été interprétés, entre autres comédiens et comédiennes, par Mohamed Choubi, Saadia Ladib, Adil Abatorab, Mohamed Qatib, Abdellah Chakiri, Az Arab Khaghat, Fatima Harandi (Raouya), Naima Lamcharki et Abdellah Lamani. “Larmes de sable”, écrit par Aziz Salmy et produit par Arts films productions, est le deuxième long métrage de Salmy après “Amours voilées” (Hijab Al Hob), sorti en 2009.

A lire aussi:⇒ Inside Polisario’s prison

A lire aussi:⇒ LORSQUE L’ON RESSUSSITE LES TORTIONNAIRES ATTEDEZ VOUS A UNE MORT CERTAINE

Un appel insistant et urgent à l’ensemble des composante de la communauté internationale et organisations non gouvernementales pour intervenir et rendre justice aux séquestrés et pour punir les responsables qui ont fait duré leurs souffrances. Et ce qui est sûr c’est que l’Algérie ne sera pas loin de ces sanctions. En effet, parler des crimes du Polisario et de ses tortionnaires sans évoquer l’Algérie et les élément du service d’espionnage algérien et une erreur qui tend à tromper l’opinion publique internationale, pour écarter la direction algérienne de sa responsabilité à ce sujet. A rappeler ce qui suit :

A Lire aussi  Afrique / Le Maroc dans la cour des grands: Revivez le lancement du satellite Mohammed VI-A (Vidéos)

Les camps de Tindouf se trouvent sur le territoire algérien. Les prisons du Polisario se trouvent aussi sur le territoire algérien et plus de 50.% des tortionnaires du Polisario sont des éléments du service de renseignement algérien.

La Commission européenne vient d’être interpellée sur l’implication d’Alger dans l’hébergement et le financement de l’activité terroriste dans le Maghreb et la région sahélo-saharienne. Liaisons très dangereuses.

«L’Algérie est un des foyers du terrorisme dans le nord de l’Afrique». C’est en ces termes que l’eurodéputé français, Jean François Jalkh, s’est exprimé devant la Commission européenne, en réaction à un projet européen de libéraliser les visas aux ressortissants de ce pays.

Dans un question adressée à la Haute représentante de l’Union européenne pour les Affaires étrangères et la sécurité, Federica Mogherini, le député européen s’est inquiété que l’Algérie, matrice maghrébine de l’hydre terroriste, devienne «exportatrice» de ce fléau vers l’Europe.

«L’Algérie, qui a une histoire avec le terrorisme, a été mise sur la liste noire, notamment à cause de son rôle dans le financement du terrorisme», a rappelé l’eurodéputé français, relevant que le soutien algérien au terrorisme a été décrié par nombre d’observateurs internationaux.

Voilà, pour l’info. Maintenant, il paraît qu’il va falloir en penser quelque chose. Or, c’est un secret de polichinelle. Le soutien algérien au terrorisme a déjà été décrié par nombre d’observateurs internationaux. En 2012, une étude intitulée «Al-Qaïda au Maghreb, ou la très étrange histoire du GSPC algérien» pointait ces «liens» avérés entre le Département du renseignement et de la sécurité (DRS, renseignement algérien) et l’ex-Groupe salafiste pour la prédication et le Combat (GSPC), qui, rappelez-vous, devient en ce mémorable 25 janvier 2007 Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), après avoir prêté allégeance à Oussama Ben Laden…⇒  La suite

Café débat, Aziz Salmy nous raconte “Larmes de Sable”, film qui met à nu les violations des droits de l’homme dans les camps de Tindouf.

Larmes de Sable – Bande Annonce

About Mohammed Gherrabi

Check Also

Migration / Algérie, des relais solidaires pour les migrants sur la route du retour

Si les migrants d’origine subsaharienne, qui arrivaient en Algérie en attendant de pouvoir passer en …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>