Home / Business / L’Afrique du Sud pourrait devenir le prochain grand promoteur du terrorisme et de la piraterie

L’Afrique du Sud pourrait devenir le prochain grand promoteur du terrorisme et de la piraterie

The South Africa of Mandela is over, and the country is increasingly signaling that it will decline into Zimbabwe version 2.0. (Halden Krog/AP)
The South Africa of Mandela is over, and the country is increasingly signaling that it will decline into Zimbabwe version 2.0. (Halden Krog/AP)
Lorsque le défunt activiste anti-apartheid Nelson Mandela est sorti de prison et est devenu le premier président noir de l’Afrique du Sud, il a soigneusement évité le radicalisme du passé marxiste du Congrès national africain et adopté une politique de modération et de responsabilité dans les affaires internationales. Plutôt que de précipiter le conflit, il a cherché à négocier et à résoudre. L’Afrique du Sud a gagné le respect général en tant que pays embrassant la paix et regardant vers l’avenir plutôt que de catalyser les causes radicales qui ont semé le conflit autour du continent et du monde plus large.

Hélas, Mandela était incapable de rendre ses changements permanents. Après son mandat présidentiel de cinq ans terminé en 1999, et surtout après sa mort en 2013, les dirigeants qui ont suivi Mandela-Thabo Mbeki et surtout Jacob Zuma et maintenant Cyril Ramaphosa ont dépensé le capital moral de l’Afrique du Sud pour des régimes et des groupes terroristes de plus en plus radicaux et causes.

En décembre 2017, par exemple, l’ANC a déclassé son ambassade en Israël et invité des représentants du Hamas à sa conférence du parti. Alors que l’Autorité Palestinienne existe parce qu’elle a en théorie évité le terrorisme et reconnu le droit à l’existence d’Israël, le Hamas s’oppose à la solution à deux Etats et cherche non seulement l’éradication d’Israël, mais aussi le génocide contre les Juifs. L’Afrique du Sud s’est également révélée être un lieu central pour l’acquisition et la contrebande de technologies sensibles vers le Hezbollah, un autre groupe terroriste. Les étudiants affiliés au syndicat étudiant de l’ANC à l’université de Witwatersrand ont fait l’ éloge d’ Hitler et brandi des drapeaux du Hezbollah. Liens bilatéraux entre l’Afrique du Sud et l’Iran sont à un niveau record et l’Iran a recruté des Palestiniens en Afrique du Sud pour mener un terrorisme contre Israël.

Le nouveau radicalisme de l’Afrique du Sud a maintenant débordé sur la piraterie. Il y a près d’un an, un cargo à destination des Îles Marshall transportant du phosphate a fait une halte imprévue à Port Elizabeth. A la demande d’un état fantoche, un groupe marxiste autocratique qui prétend à la fois diriger la soi-disant République arabe sahraouie, le gouvernement Sud-Africain a saisi le navire et sa cargaison. Le Polisario a affirmé que les phosphates extraits au Sahara marocain devraient vraiment lui appartenir. Lorsque le Front Polisario a essayé la même tactique au Panama, un tribunal panaméen l’a carrément rejeté .

Lire aussi:⇒ [Dossier] Algérie / Aqmi: «les liens incestueux entre l’armée algérienne et l’Aqmi».

Lire aussi:⇒ Détournement de l’aide humanitaire L’AIPD exhorte les Etats africains à retirer leur reconnaissance de la rasd

Mais les responsables sud-africains favorisent désormais les groupes terroristes et les causes radicales par rapport au droit international. Le 19 mars, il a commencé à vendre les marchandises et à transférer les recettes au Front Polisario, au même groupe qui, pendant la guerre froide, a séparé de force les enfants de leurs parents pour les former à Cuba et continuer à détourner l’aide humanitaire. En effet, le gouvernement et les tribunaux d’Afrique du Sud signalent maintenant qu’ils sont disposés à saisir des navires appartenant à des ressortissants de pays qu’ils n’aiment pas afin de saisir du fret.

A Lire aussi  "L'Ingerie Française: “Je ne vais pas m’excuser et je n’irai plus en Algérie” Geneviève de Fontenay

Il y a un nom pour ça: le piratage. Le mouvement sud-africain intervient moins d’un mois après que le Parlement ait adopté un projet de loi visant à saisir sans compensation les exploitations appartenant à des Blancs, la même politique qui a conduit le Zimbabwe à la ruine. En bref, le gouvernement et les tribunaux sud-africains semblent prêts à confisquer les fonds des investisseurs américains et occidentaux, car les activistes radicaux et les groupes terroristes utilisent les tribunaux sud-africains pour offrir une patine légale à de tels pillages.

De nombreux diplomates, journalistes et universitaires occidentaux considèrent depuis longtemps l’Afrique du Sud comme un modèle de tolérance et de développement. Ils ont investi largement dans tout le pays. Mais, l’Afrique du Sud de Mandela est terminée, et le pays signale de plus en plus qu’il va décliner dans la version 2.0 du Zimbabwe.

Les radicaux peuvent trouver des faveurs auprès des juges et des parlementaires sud-africains, mais de telles politiques auront un prix: une ruine pour l’Afrique du Sud et une résurgence du terrorisme au Moyen-Orient et au Sahara.

Avec, Version⇒ Originale

About Mohammed Gherrabi

Check Also

Migration: Le Mali a rappelé son ambassadeur d’Alger et son consul à Tamanrasset (Algérie) pour consultation sur la situation des Maliens vivant en Algérie..

« Nous appartenons à un même continent. Dire : « dehors les Africains », ça n’a pas de …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>