Home / Environnement / FIJ / Affaire Layla Lefèvre-Haddad: La liberté d’expression en question en Algérie ?

FIJ / Affaire Layla Lefèvre-Haddad: La liberté d’expression en question en Algérie ?

Layla Lefèvre-Haddad
Layla Lefèvre-Haddad

La journaliste belgo-algérienne, Layla Lefèvre-Haddad, a été agressée physiquement à Bruxelles après avoir critiqué le gouvernement algérien. La FIJ¹, première organisation mondiale de la profession avec 600.000 membres, dénonce ces violences inacceptables et appelle les autorités algériennes à la raison. 

Dans une vidéo devenue virale, une journaliste algérienne accréditée auprès de l’UE qualifie le président Bouteflika «d’amas de chair» et s’en prend à son entourage. Une «offense» doublée d’un «détournement des symboles de l’UE» que le pouvoir algérien a promis de ne pas laisser passer.

«Vous voilà assis sur une chaise roulante, le regard hagard et la bouche béante (…) vous n’êtes plus qu’un amas de chair, immobile exposé au monde en dépit du mépris de toute une nation (…) les barons du régime dont fait partie votre propre frère, se sont arrogés le droit de disposer de vous (…) vous ne devez plus tolérer d’être traité comme un objet (…) Votre fonction vous a donné un immense droit, y compris de gracier des criminels et des voleurs, demandez leurs de vous gracier à votre tour», distille Layla Haddad dans un discours manifestement lu depuis un prompteur.

Layla Lefèvre-Haddad, journaliste belgo-algérienne travaillant pour BBC Arabic et Al Hiwar TV, s’est exprimée il y a quelques jours sur sa page Facebook en s’adressant directement au président de la République algérienne, Abdelaziz Bouteflika afin de critiquer ses 19 années de pouvoir. Elle a reçu par la suite des menaces physiques et morales nécessitant des mesures de sécurité spéciales dans sa ville de résidence, Bruxelles.

A lire aussi:⇒ 5eme mandat de Bouteflika tournée au Parlement européen

« Le ministère algérien des Affaires étrangères, relayé par de nombreux médias officiels en Algérie, a publié des propos blessants et diffamatoires à mon encontre, dit la journaliste en poste à Bruxelles depuis 32 ans. Ces derniers jours, plusieurs membres de ma famille en Algérie ont subi des intimidations et des menaces directes et commencent à craindre pour leur vie. »

A lire aussi:⇒ Layla Haddad a été agressée à Bruxelles

« Les agressions physiques dont a été victime il y a quelques jours à Bruxelles notre consœur Layla Lefèvre-Haddad sont inacceptables et nous demandons au gouvernement algérien de faire en sorte que cessent toutes intimidations à l’encontre de la journaliste, bien connue du parlement européen de Bruxelles », déplore Philippe Leruth, le président de la FIJ.

A Lire aussi  Convention des droits de l’enfant / Algérie/Polisario «ENFANTS-SOLDATS»

« Il est clair qu’il y a la volonté ici de faire taire une voix qui dérange, ajoute Anthony Bellanger, le secrétaire général de la FIJ. Mais la liberté d’expression et la liberté de la presse ne se négocient pas. Que nous soyons à Bruxelles ou à Alger. Elles s’imposent à tous les citoyens.»  

Avec, Source

¹: Fédération internationale des journalistes (FIJ). La Voix des journalistes

About Mohammed Gherrabi

Check Also

Crise politique en Algérie : Lakhdar Brahimi a- t- il déclaré forfait?

Il y a à peine une semaine, Lakhdar Brahimi était fier d’annoncer au peuple algérien …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *