Home / POLITIQUE / Karim Wade : 7 ans de prison, selon le réquisitoire du parquet

Karim Wade : 7 ans de prison, selon le réquisitoire du parquet

Ni Karim Wade ni de ses avocats n’ont assisté à la séance du prononcé de réquisitoire.

Les avocats de Wade ne sont, du reste, plus présents plus aux audiences de la CREI. Ils protestent depuis la mi-janvier pour leurs droits.

Cheikh Tidiane Mara, procureur de la Cour de répression de l’enrichissement illicite (CREI, une cour spéciale) a également demandé l’interdiction de droits civiques à l’encontre de Karim Wade selon l’article 34 du code pénal sénégalais.

Cela devrait s’accompagner d’une confiscation des biens de M. Wade.

Karim Wade est jugé avec une dizaine de prévenus, “des complices” de son enrichissement illicite, selon l’accusation.

L’ex-président sénégalais Abdoulaye Wade, avait déclaré le 4 février, lors d’un rassemblement à Dakar, être “prêt à donner” sa “vie” pour empêcher une condamnation de son fils.

Plusieurs manifestations, dispersées par la police, ont été récemment organisées à Dakar par une coalition de l’opposition pour réclamer la libération de l’ancien ministre.

Les partisans de Karim Wade ont régulièrement accusé le président Macky Sall de vouloir le condamner pour l’empêcher de se présenter à la prochaine élection présidentielle prévue en 2017, ce dont le pouvoir s’est défendu.

Karim Wade est accusé d’avoir illégalement acquis 178 millions d’euros par le biais de montages financiers complexes du temps où il était conseiller puis ministre de son père.

D’après la défense, son patrimoine est d’environ deux millions d’euros, gagnés pour l’essentiel quand il était trader en Europe avant de travailler auprès de son père, qui a dirigé le Sénégal de 2000 à 2012.

(L’information reprise dans cet article provient de l’AFP).

About Mohammed Gherrabi

Check Also

Dossier N°2: Algérie / Migration: Génocide à huis clos est programmé contre les migrants… (les preuves)

L’Algérie via un communiqué émanant du directeur des transports en Algérie interdisant aux migrants subsahariens  …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *