Home / Non classé / Jean Ping convoqué par la PJ

Jean Ping convoqué par la PJ

Jean Ping, ancien président de la commission de l’Union africaine et candidat déclaré à la prochaine élection présidentielle contre Ali Bongo, convoqué par la police.

Convocation Jean Ping

L’ex- ministre des Affaires étrangères, de la Coopération et de la Francophonie de la république du Gabon et ses camarades du Fuopa (Front uni de l’opposition pour l’alternance) sont dans le viseur du pouvoir Bongo.

Ils sont sommés de se rendre dans les locaux de la police pour répondre de leurs actes selon Jean Ping.

« Aux lendemains douloureux, suscités par l’assassinat de nos frères morts en martyrs lors du meeting du 20 décembre, nous, les leaders du Front de l’opposition et moi même, venons de nous voir remettre des convocations à nous rendre, le mardi 23 décembre, au service des affaires criminelles de la police judiciaire de Libreville. », écrit le diplomate gabonais sur sa page Facebook ce jour.

Sur ladite convocation, on peut lire une mise en garde contre toute velléité de refus : « Le refus de déférer à une convocation vous expose à des poursuites judiciaires (Article 3 du Code pénal). Evitez le déplacement des agents. »

Un avertissement qui n’est pas de nature à intimider le principal opposant d’Ali Bongo. Bien au contraire ! Il est plus que jamais déterminé à aller jusqu’au bout de la lutte pour la liberté du peuple gabonais.

Convocation Jean Ping
« Aucune orchestration politique, ne saurait laver le sang versé de ces Frères Gabonais, qui au nom de l’absolue liberté des consciences dénonce un Pouvoir criminel qui martyrise son propre Peuple et fait de lui son ennemi intime.

Pour que l’assassinat de nos frères ne soit jamais vain et ne reste impuni, nous continuerons cette nécessaire lutte afin que nos libertés fondamentales qu’ils étouffent depuis si longtemps, redeviennent nôtres. », poursuit-il, toujours sur sa page Facebook, avant de marteler.

« Le Gabon n’appartient à Personne. Il n’appartient qu’à son Peuple. »

Le week-end dernier, des civils gabonais, avec à leur tête Jean Ping, sont massivement descendus dans la rue samedi à Libreville, pour protester à nouveau contre la Présidence à vie de Monsieur Ali Bongo. Des morts sont à déplorer. Mais les avis restent partagés quant à leur nombre. Le Procureur de la République a parlé de cinq (5) morts pour ne finalement retenir qu’un seul. Tandis que de son côté l’opposition, à l’origine de cette manifestation, parle de trois morts.

About Mohammed Gherrabi

Check Also

AFRIQUE / L’OCCIDENT ET NOUS ! : Lisez seulement.

L’OCCIDENT ET NOUS ! : 1. Quand ils font la guerre, elle devient mondiale 2. …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *