Home / CULTURE / Ghana: Le gouvernement ghanéen dit « NON » aux vœux des occidentaux pour qu’il légalise l’homosexualité dans le pays.

Ghana: Le gouvernement ghanéen dit « NON » aux vœux des occidentaux pour qu’il légalise l’homosexualité dans le pays.

Le gouvernement ghanéen refuse de se courber face aux vœux des dirigeants occidentaux pour qu’il légalise l’homosexualité dans le pays.

Cette mise au point a été motivée par un appel lancé le mardi au sommet des chefs d’Etat et de gouvernement du Commonwealth à Londres par du Premier ministre britannique, Theresa May, aux dirigeants africains présents afin qu’ils dépénalisent l’homosexualité dans leurs pays respectifs.
L’appel de May a été suivi le mercredi dernier par celui du professeur Philip Alston, le rapporteur spécial des Nations Unies sur l’extrême pauvreté et les droits de l’homme qui a déclaré que le président du parlement ghanéen, le professeur Aron Mike Oquaye, a exprimé sa désapprobation devant la légalisation de l’homosexualité au Ghana.

En réagissant par rapport à ces deux déclarations celles du Premier ministre britannique et le rapporteur spécial des Nations unies, le ministre ghanéen de l’Information, Mustapha Hamid, a déclaré hier jeudi lors d’une conférence de presse à Accra que « l’homosexualité et le lesbianisme ne sont pas propres ghanéens ».
Sur le refus de se faire à se faire imposer l’homosexualité, le ministre a ajouté qu’ « il est inconcevable que l’occident veuille nous imposer des cultures étrangères. En ce qui me concerne … c’est un non-événement ».
En rappel, le président du parlement ghanéen avait déclaré que l’homosexualité n’est pas la bienvenue au Ghana et que c’est une activité étrange qui ne serait pas acceptée dans le pays.

 
2017- L’homosexualité n’est pas à l’ordre du jour au Ghana – Président Akufo-Addo: Le président du Ghana, Nana Addo Dankwa Akufo-Addo, a déclaré que la question des relations homosexuelles n’était pas à l’ordre du jour dans son pays. Cependant, il croit que son effet boule de neige atteindra bientôt l’Afrique. Bien qu’il n’y ait pas de lois spécifiques contre l’homosexualité au Ghana, le pays désapprouve tous les actes sexuels qu’il juge “non naturels”. Akufo-Addo s’exprimait dans une interview à la chaîne d’information , Al Jazeera, au cours de laquelle il a abordé une série de questions nationales, continentales et mondiales. Interrogé sur la raison pour laquelle l’homosexualité est désapprouvée au Ghana, le président a déclaré: “Je ne crois pas qu’au Ghana, une coalition suffisamment forte ait vu le jour pour avoir un impact sur l’opinion publique qui la changera; qui dira, il faut changer , créons  un nouveau paradigme au Ghana. ” “Pour l’instant, je ne ressens pas et je ne vois pas qu’au Ghana il y a un fort courant d’opinion qui dit que c’est quelque chose que nous devons même traiter. Ce n’est pas une question à l’ordre du jour. ” Un avocat de formation, le président a raconté ses jours en tant que jeune garçon en Angleterre où l’homosexualité était interdite et illégale, une époque où les politiciens pensaient que c’était un  anathème d’être homosexuel ,ajoutant  qu’il croyait que les mêmes processus entraîneraient des changements. “… J’ai grandi en Angleterre à l’époque où l’homosexualité était interdite là-bas. C’était illégal et j’ai vécu une période où les politiciens britanniques pensaient que c’était un sujet auquel ils ne pensaient même pas. “Mais soudain, les activités des individus et des groupes, une certaine prise de conscience, un certain développement ont grandi et se sont renforcés et ont forcé un changement de loi, je crois que ce sont les mêmes processus qui vont changer notre situation”.  Les Ghanéens, comme la plupart des Africains, sont connus pour être fermement opposés aux relations homosexuelles qui sont considérées comme étant contre les enseignements socioculturels, communautaires et religieux. (intellivoire)

La souveraineté des États africains remise en question

Ce qui est étonnant, c’est le fait de voir l’Europe et les États-Unis essayer d’imposer des lois, ou bien des opinions aux pays africains, sans tenir compte du fait que ce sont des lois, et qu’elles sont débattues et votées par une assemblée souveraine d’un pays autonome ! Aucune loi n’est idéale. Chacune s’adapte simplement au contexte socioculturel du pays ou bien de la région dans laquelle elle est promulguée, en tenant compte de la culture et des mentalités des gens qui y vivent – fussent-elles barbares. Ce sont de simples conventions qu’un groupe humain se donne pour pouvoir cohabiter.

A Lire aussi  Afrique / Foot: La Coupe d'Afrique des Nations (CAN), va - t - elle s'élargir et changer sa date d'anniversaire

D’où vient-il donc que certaines personnes ayant des cultures, des mentalités différentes, vivant des réalités différentes des nôtres se croient plus qualifiées que nous pour savoir ce qui nous sied ou pas ? Même si ces lois ne font pas l’unanimité, je crois bien qu’en démocratie, c’est la majorité qui domine.

Tout État étant donc régi par un certain nombre de règles conventionnelles – les lois, si vous voulez – auxquelles les individus qui y résident doivent se soumettre, il est inadmissible que certaines voix s’élèvent pour encourager un acte considéré comme une infraction au code pénal.

Laisser du temps au temps…

En Europe ou en Amérique, l’homosexualité n’a pas toujours été légale – sauf erreur de ma part. Il a fallu du temps. Il a fallu que les mentalités évoluent, que les habitudes changent. Jusqu’aujourd’hui, il existe toujours des personnes hostiles à l’homosexualité dans ces pays-là.

Alors, au lieu d’essayer de forcer pays africains à adopter des lois qui vont à l’encontre de ce que la majorité de la population veut, il serait mieux de laisser les mentalités africaines évoluer, lentement, progressivement. Il faudra que les réalités socioculturelles soient différentes, que la misère intellectuelle soit combattue. Après, on pourra remettre la question sur le plateau.

L’homosexualité est illégale et passible de peine de mort dans quatre pays en Afrique notamment la Mauritanie, le Nigeria (Etat du Nord), le Soudan et le Sud de la Somalie.

Avec, Source

Le statut de l'homosexualité dans les pays africains ©Vue Sur le Monde
Le statut de l’homosexualité dans les pays africains ©Vue Sur le Monde

About Mohammed Gherrabi

Check Also

Republique de Gondwana president fondateur Crédit photo: awaseydou.mondoblog.org
Partagez!

C’est où le Gondwana? (RTTDG) La République très-très démocratique du Gondwana.

Que ce soit par courrier ou de visu, les Gondwanaises et les Gondwanais me posent …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>