Breaking News
Home / COOPÉRATION / Gambie: “Yahya Jammeh” propose à l’ONU “d’aller en enfer”

Gambie: “Yahya Jammeh” propose à l’ONU “d’aller en enfer”


Après qu’Amnesty International et l’ONU ont demandé l’ouverture d’une enquête sur la mort en détention d’un opposant à Yahya Jammeh, ce dernier a déclaré qu’il restera président « aussi longtemps que le peuple gambien le voudra ».


 

Gambie  Yahya Jammeh propose à l’ONU d’aller en enfer
Gambie Yahya Jammeh propose à l’ONU d’aller en enfer

« Ban Ki-moon et Amnesty International peuvent aller en enfer ! Qui sont-ils pour exiger cela ? » s’est exclamé Yahya Jammeh, interrogé par Jeune Afrique sur l’opposant Solo Sandeng. Ce dernier est mort en détention en avril, selon le Parti démocratique uni (UDP, opposition).

« Personne ne me dira que faire dans mon pays. Où est le problème ? Des gens qui meurent en détention ou pendant un interrogatoire, c’est très commun. Là, une seule personne est morte et ils veulent une enquête ? », a poursuivi le président gambien, qui dirige le pays depuis 1994 et est connu pour ses déclarations virulentes.

L’homme qui se considère volontiers comme « un dictateur du développement » se dit « fier » d’être qualifié de « dictateur » par les Occidentaux, « habitués à ce que les chefs d’État africains ne soient que des béni oui-oui ».

« Lorsque j’ai pris le pouvoir, ce pays était un des plus pauvres au monde, il ne l’est plus. Il y a une opposition, un parlement, un système de santé fiable… » a-t-il ajouté dans son entretien à Jeune Afrique.

La Gambie reste classée comme un des pays les plus pauvres de la planète mais « à quoi sert-il d’avoir un taux de croissance à deux chiffres quand la moitié des écoles sont vides parce que les enfants sont obligés de travailler ? » déclare-t-il. « J’ai un problème avec les institutions de Bretton Woods. Ma croissance, ma prospérité, c’est moi qui les définis », estime-t-il.

Yahya Jammeh est parvenu au pouvoir en 1994 puis élu en 1996, réélu tous les cinq ans depuis et candidat au scrutin présidentiel prévu en décembre.

21 PRESIDENTS AFRICAINS, ONT ETE ASSASSINES DEPUIS 1963

Depuis 1963 : Depuis 1963, plus de 22 présidents Africains, alors au pouvoir, ont été assassinés : beaucoup d’entre eux, gênent les puissances coloniales.

Voici la liste des 21 présidents Africains, alors au pouvoir, ont été assassinés :
– en 1963 : Sylvanus Olympio, président de la rép. du Togo

– en 1966 : John-Aguiyi Ironsi, président de la rép. du Nigeria

– en 1969 : Abdirachid-Ali Shermake, président de la rép. de Somalie

– en 1972 : Abeid-Amani Karumé, président de la rép. de Zanzibar

– en 1975 : Richard Ratsimandrava, président de la rép. de Madagascar

– en 1975 : François-Ngarta Tombalbaye, président de la rép. du Tchad

– en 1976 : Murtala-Ramat Mohammed, président de la rép. du Nigeria

– en 1977 : Marien Ngouabi, président de la rép. du Congo-Brazzaville

– en 1977 : Teferi Bante, président de la rép. d’Ethiopie
– en 1981 : Anouar el-Sadate, président de la rép. d’Egypte

– en 1981 : William-Richard Tolbert, président de la rép. de Liberia

– en 1987 : Thomas Sankara, président de la rép. de Burkina-Faso

– en 1989 : Ahmed Abdallah, président de la rép. des Comores

– en 1989 : Samuel-Kanyon Doe, président de la rép. de Liberia

– en 1992 : Mohammed Boudiaf, président de la rép. d’Algérie

– en 1993 : Melchior Ndadayé, président de la rép. du Burundi

– en 1994 : Cyprien Ntaryamira, président de la rép. du Burundi

-en 1994 : Juvénal Habyarimana, président de la rép. du Rwanda

-en 1999 : Ibrahim Barré-Maïnassara, président de la rép. du Niger

-en 2001 : Laurent-Désiré Kabila, président de la rép. du Congo-Kinshasa

-en 2009 João Bernardo Vieira, president de Guinee-Bissau

-en 2011 : Mouammar khadafi, président de la rep du Libye.

Avec, Source

About Mohammed Gherrabi

Check Also

Selon la CIA, le fabricant chinois Huawei serait financé par l’armée et le renseignement chinois

L’info The Times: D’après les informations du journal The Times, la CIA aurait récemment alerté …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *