Home / Business / France / Présidentielle 2007: Nicolas Sarkozy en garde à vue

France / Présidentielle 2007: Nicolas Sarkozy en garde à vue

Mouammar Kaddafi et Nicolas Sarkozy, à l'Élysée, en 2007. © AFP
Mouammar Kaddafi et Nicolas Sarkozy, à l’Élysée, en 2007. © AFP
L’ancien président de la République Française  Nicolas Sarkozy est actuellement entendu dans les locaux de la police judiciaire à Nanterre sur les soupçons de financement illicite qui pèsent sur sa campagne victorieuse de 2007.

L’ancien président de la République, Nicolas Sarkozy, a été placé en garde à vue ce matin dans les locaux de la police judiciaire de Nanterre, selon les informations du Monde. Il est soupçonné d’avoir fait financer une partie de sa campagne présidentielle de 2007 par la Libye.

Rattrapé par le dossier libyen

Après avoir été mis en examen dans l’affaire Bygmalion, puis dans l’affaire des écoutes, il est cette fois-ci rattrapé par le dossier libyen. C’est la première fois qu’il est entendu à ce sujet depuis l’ouverture d’une information judiciaire en avril 2013.

Un dossier qui n’a cessé de s’étoffer. En novembre 2016, le sulfureux intermédiaire Ziad Takieddine affirme avoir transporté 5 millions d’euros en espèces de Tripoli à Paris pour les remettre à Claude Guéant et Nicolas Sarkozy début 2007. Des propos confirmés par Abdallah Senoussi, l’ancien directeur du renseignement militaire du régime Kadhafi.

A lire aussi: ⇒ Une plainte contre Sarkozy

Enfin, les carnets de l’ancien ministre libyen du pétrole Choukri Ghanem, récupérés par la justice française, mentionnent également des versements d’argents au candidat Sarkozy.

Nombreux documents

Depuis plusieurs semaines, les enquêteurs disposent aussi de nombreux documents saisis au domicile d’un autre intermédiaire, Alexandre Djouhri. Cette garde à vue signifie donc peut être que la justice a rassemblé suffisamment de preuves d’un financement illicite de la campagne de 2007. Et à l’issue de cette audition, Nicolas Sarkozy pourrait être présenté aux juges afin d’être mis en examen.

Mais l’ex-chef de l’Etat n’est pas le seul ancien du quinquennat à être éclaboussé par cette affaire libyenne. Dans les mêmes bureaux de la PJ de Nanterre, son ami Brice Hortefeux, à l’époque ministre de l’Intérieur, est lui aussi entendu, mais en audition libre.

A Lire aussi  LIBYE: MESSAGE D'UNE LIBYENNE DU NOM DE SALWA NOOR

Prudence dans la classe politique

Cette nouvelle garde à vue est très commentée depuis ce matin dans la classe politique. Dans le camp de l’ancien président, les ténors des Républicains ne se bousculaient pas pour répondre aux journalistes. « Il a été très souvent sali mais il a été encore plus blanchi » riposte Nadine Morano quand Damien Abad appelle à la prudence. « Il faut laisser la justice faire son travail », répètent-ils en bloc.

A droite, à gauche et au sein de la majorité, on reste aussi prudent. Le Premier ministre Edouard Philippe s’est contenté de parler de son rapport humain avec Nicolas Sarkozy. « J’ai parfois eu avec lui des relations difficiles. Elles ont toujours été respectueuses. A chaque fois que j’ai eu des contacts avec lui depuis que je suis Premier ministre, ils ont été emprunts d’un sceau de respect mutuel. Je n’ai aucun commentaire à faire sur la procédure judiciaire. »

Rattrapé par les affaires

Six ans après avoir quitté le pouvoir, Nicolas Sarkozy est encore une fois ramené à ses casseroles judiciaires. Il avait pourtant su trouver une place de choix pour sa retraite. Son bureau reste un passage obligé pour les ténors de la droite. Il se voyait bien dans la peau du vieux sage, retiré du jeu politique mais jamais bien loin des arrières cuisines de son parti.

Il a été vu au Sénat pour parler de la révision constitutionnelle de 2008, dans la presse pour une campagne contre le cancer des enfants ou à la télévision pour partager ses goûts littéraires ou encore sa passion pour le sport. Mais ce mardi matin, il est donc de retour dans l’actualité judiciaire….RFI

About Mohammed Gherrabi

Check Also

Le programme spatial brésilien a été ciblé par la CIA entre 1978 et 1988

La CIA a utilisé des satellites d’espionnage au programme spatial brésilien et le complexe militaro – industriel du pays entre …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>