Home / CULTURE / France: “gilets jaunes”, pendant que presse française répand (violences, extrême-droite et blablabla), la presse étrangère semble mieux inspirée.

France: “gilets jaunes”, pendant que presse française répand (violences, extrême-droite et blablabla), la presse étrangère semble mieux inspirée.

Pendant que la grosse presse française répand ses fausses nouvelles (violences, extrême-droite et blablabla), la presse étrangère semble mieux inspirée.


Le Times mentionne le caractère inédit de la mobilisation et l’impuissance de l’Etat à le juguler. Le quotidien souligne que le mouvement n’est pas constitué des “manifestants habituels”. L’absence de syndicats, interlocuteurs ordinaires lors des mouvement sociaux, provoque “l’angoisse” d’un pays qui se dirige “vers l’inconnu, alors que les ministres tentent de comprendre ce qu’il se passe”. Pour démontrer qu’une forme de chaos s’est emparée de la France, le journaliste anglais décrit donc un mouvement “tentaculaire et amorphe”.

Le New York Times explique à ses lecteurs le système des cotisations sociales en France, ce système mutualiste qui permet de “couvrir les soins de santé, l’assurance chômage et d’autres services” et “peuvent aller jusqu’à 40% du salaire” brut. Alors, selon le quotidien américain, pour ceux qui vivent hors des grandes villes et loin des services publics, “il est souvent difficile de sentir qu’ils en ont pour leur argent”. Dans son édition du 17 novembre le journal cite ainsi de nombreux exemples de structures administratives défaillantes, comme les hôpitaux ou les mairies, faute de moyens dévolus. Et considère que la colère des Français provient d’une taxation trop importante par rapport à la disponibilité des services publics dans les communes les plus rurales.

Aucun des deux quotidiens anglo-saxons n’estime que la hausse du carburant soit le réel problème des Français qui participent à la mobilisation, contrairement à l’Italie et à l’Espagne, qui titrent sur ces taxes. En Italie, où le carburant est plus cher qu’en France, La Reppublica, considère ainsi que “la rage d’une classe sociale sans avenir explose” à cause d’un carburant trop cher. Le quotidien, classé plutôt à gauche, décrit la mobilisation des Gilets jaunes comme “la colère de ceux qui n’ont plus rien à perdre”, des “exclus”.

De son côté, El País rappelle que, si le prix du carburant cristallise les problèmes des Français, la “liste des réclamations est longue”. Selon le journal espagnol, tout a effectivement commencé avec les “blessures des automobilistes” comme la vitesse réduite à 80km/h avant “d’aller plus loin”. Le titre de presse espagnol explique donc comment “la hausse des charges et la réduction de l’impôt sur la fortune en passant par l’arrogance supposée de Macron” sont toutes des raisons qui justifient la “colère contre les dirigeants du pays”.

A Lire aussi  Algérie: La communauté internationale est en devoir d’intervenir pour éviter "un génocide" des Mozabites

En Suisse, Le Temps évoque une “crispation typiquement française”. Le quotidien suisse est assez virulent avec un mouvement à l’aspect “irrationnel”. Dans son édition du 18 novembre, le quotidien suisse écrit donc : “Le fait que le prix du foncier soit bien moins élevé dans les campagnes et les villes moyennes que dans les métropoles – facteur clé pour le pouvoir d’achat – n’empêche pas le ressentiment d’une partie de la population française tributaire de sa voiture, et persuadée d’être ‘méprisée’ par les élites parisiennes.” Mais si le journal décrit des “jacqueries” et des “poussées de fièvre populaires, sociales et populistes” assez classiques au sein de la population française, il reconnaît également que, avec 25% d’opinions favorables selon tous les sondages, Emmanuel Macron est “aspiré vers le bas”. Et il lui revient alors de faire des “concessions significatives – et compréhensibles par tous – de son gouvernement”.

Du côté de la Belgique, la hausse du carburant a été la “goutte de pétrole qui fait déborder le vase taxatoire”, ose Le Soir dans un néologisme. Dans un pays où les Gilets jaunes se mobilisent également, le quotidien admet que “la voiture pollue. Et parce qu’elle pollue, tout doit être mis en œuvre pour que ses impacts négatifs soient réduits au maximum”, la taxe sur le carburant étant l’un des moyens de freiner le “gâchis environnemental”. Cependant, un éditorialiste du quotidien rappelle que cette affirmation ne peut “occulter les préoccupations des ‘Gilets jaunes’”, d’autant plus, conclut-il qu’il y a en France un “climat d’exaspération et d’écœurement ambiant” dans lequel “la moindre étincelle peut provoquer un incendie”.

France: des heurts entre gilets jaunes et police sur les Champs-Elysées

Avec, lesalonbeige

About Mohammed Gherrabi

Check Also

NOUVELLE ZELANDE – le terroriste Brenton Tarrant, a été inculpé pour “meurtre”. Son voyage en France, parmi les motivations de l’attentat

  Brenton Tarrant, principal suspect de l’attentat en Nouvelle-Zélande Un des auteurs de l’attentat en …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *