Breaking News
Home / CULTURE / Algérie: Faute de plan “B” au 5e mandat: les boucs émissaires, Miss Algérie 2019 et les «migrants arabes»

Algérie: Faute de plan “B” au 5e mandat: les boucs émissaires, Miss Algérie 2019 et les «migrants arabes»

Algérie: «Le pouvoir cherche à désorienter l’opinion publique et brouiller la vie nationale, et ceci sert l’agenda du régime», a affirmé le premier secrétaire du FFS.
Algerian President Abdelaziz Bouteflika’s brothers Said Bouteflika, right, and Nacer Bouteflika  (AP Photo/Sidali Djarboub)

Saïd Bouteflika a commencé à perdre de son influence les dernièrement et s’apprête à en perdre davantage dans les prochainement lorsqu’il se précisera probablement que l’ère temporelle de la présidence Bouteflika n’ira pas au delà du terme de son 4e mandat. Sauf à imaginer un blocage institutionnel déclencheur d’une crise politique majeure dans le pays. Saïd Bouteflika aurait il pu, face au déclin physique avéré de son frère, éviter cette hémorragie du pouvoir de la maison des Bouteflika qui se profile devant lui ?

Présenté comme le garant du retour de la concorde et de l’amélioration de l’image du pays, Bouteflika est aussi un acteur majeur du verrouillage de la compétition instituée, notamment en concentrant les prérogatives politiques et administratives. En effet, en raison d’une mécanique institutionnelle qui instaure un cycle des élections et une centralisation de la décision, le présidentialisme contribue à une glaciation politique (Linz, 1990).

L’émiettement de l’opinion

L’évolution d’une société, auparavant politisée, vers une société  thématisée.

Abdelaziz Bouteflika a cherché à tourner la page des années 1990.
Isabelle Adjani a répondu à une question dans un entretien à Libération.
Le président algérien répète qu’il faut savoir tourner une page. Pensez-vous que l’Algérie peut aujourd’hui le faire? “Quelle page? Il faut pardonner, c’est ça? On doit d’abord lire la page avant de la tourner. On ne cesse d’empêcher les Algériens de lire leur histoire.”Isabelle Adjani

« Il n’y a que les sots et les morts qui ne changent pas d’avis », écrivait Rivarol.

En effet, l’individu a gagné toujours plus en singularité depuis la Renaissance, il s’est délivré des magistères qui le guidaient auparavant. Il se forge désormais ses opinions à la carte en fonction des sujets. Homme doté de facettes multiples, ses opinions varient en fonction de la casquette qu’il porte. En tant que consommateur, il fait son plein d’essence chez Total, mais en tant que citoyen il peut s’indigner de l’attitude de cette même entreprise dans l’affaire de l’Erika. En une même personne ne recèle plus une mais plusieurs opinions, souvent contradictoires entre elles.

«Le président doit terminer ce qu’il a commencé. Le système est en train de se réformer en profondeur», un proche de la présidence, en admettant que l’après-Bouteflika n’est pas «clair». «Il faudra trouver un candidat qui fasse consensus (entre tous les courants qui décident, NDLR). Mais aujourd’hui, nous ne l’avons toujours pas.» Seule certitude: l’Algérie se dirige tout droit, comme l’a tweeté le journaliste Nadjib Belhimer, vers des «funérailles présidentielles».

A Lire aussi  Afrique / OIM: L’Algérie expulse un nouveau groupe de 1 500 migrants subsahariens

Cette désorientation signifie-t-elle la fin des idéologies, proclamée depuis si longtemps ? Rien n’est moins sûr car la nature humaine, aussi individualiste soit-elle devenue, aspire à partager une vision commune du monde agrégeant les individualités. Hier, Bouteflika regroupait le peuple algérien en s’affirmant comme le seul garant d’un retour à l’ordre après la guerre civile. D’autres éléments fédérateurs cimentent aujourd’hui les algériens. La théorie du complot en constitue un bon exemple, ou le “syndrome de la main étrangère”.

1e Plan “B”: Miss Algérie 2019 Khadija Ben Hamou.

De tout temps, la Femme fut un sujet qui fît couler beaucoup d’encre, elle fût la muse qui inspirât bien des écrivains, poètes et peintres en tout genre.

“Toutes les femmes sont belles, certaines le sont plus, certaines le sont moins, mais c’est la féminité présente en chacune d’elles qui fait qu’elles sont si spéciales.” Philippe Forget

Femme, objet de désir, est au centre de tant de poèmes et de chansons. “Béate d’être tenue et guidée, elle ignorait le monde, écoutait le bonheur dans ses veines, parfois s’admirant dans les hautes glaces des murs, élégante, émouvante, exceptionnelle, femme aimée…” (Belle du Seigneur)
La gracieuse et charmante Khadija Ben Hamou vient d’être élue Miss Algérie 2019. Originaire de la wilaya d’Adrar au sud du pays, cette jeune femme à la peau basanée, a remporté le titre de Miss Algérie après une rude compétition qui a duré 20 jours au cours de laquelle elle s’est confrontée à 16 autres candidates originaires des 4 coins du pays.

Cependant, rapidement on a assisté un déchaînement d’attaques racistes les plus insupportables.

Algérie / Adrar: «Khadija Ben Hamou» a couronné Miss Algérie 2019

2e Plan “B”: L’Algérie considère les «migrants arabes» comme «un danger pour la stabilité du pays».

«Quand certains migrants commencent à constituer un danger pour la stabilité du pays, l’Algérie doit bouger. L’Algérie fait face aujourd’hui à l’arrivée de migrants de Syrie, du Yémen et de Palestine, empruntant des parcours assurés par des groupes armés», a-t-il affirmé. Partant, le responsable a fait savoir que la décision d’Alger de ne plus permettre l’entrée de migrants arabes via les frontières du Mali et du Niger était «irréversible».

L’Algérie considère les «migrants arabes» comme «un danger pour la stabilité du pays»

About Mohammed Gherrabi

Check Also

WikiLeaks /Algérie: Ahmed Gaïd-Salah est cité comme étant «peut-être le fonctionnaire le plus corrompu de l’armée».

Les frères Bouteflika sont des «rapaces», Gaïd Salah «corrompu» et le Général Toufik qui sait …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *