Home / Business / Extraits d’un entretien avec un dirigeant juif sur les Africains

Extraits d’un entretien avec un dirigeant juif sur les Africains

.

INTERVIEWER:

Pourquoi les Africains sont si en arrière sur le plan économique?

LEADER JUIF:

La seule chose que les Africains comprennent est la consommation.

Importé sur le modèle des dandys européens du XIXe siècle, le goût des belles fringues a gagné Brazzaville dans les années 20, puis Kinshasa sur l’autre rive du fleuve Congo. Mais c’est surtout après les indépendances (1960) que la Sape –Société des ambianceurs et des personnes élégantes– s’est popularisée dans les deux capitales, puis parmi la diaspora congolaise à Paris et Bruxelles. Au point de devenir un art, une philosophie et même une religion : la religion Kitendi –“tissu” en lingala– dont Stervos Niarcos est le fondateur. “Les sapeurs ne sont pas des personnes aisées”, explique Yves Sambu devant une bière Nkoyi, dans une cacophonie de rumbas synthétiques et de discours télévangélistes. “Leur apparence et leur attitude sont seulement une manière d’exister et d’affirmer leur dignité. Le sapeur ne traverse pas l’avenue quand les voitures sont arrêtées au feu rouge. Pour se faire remarquer, il attend que le feu passe au vert. Parce qu’il est bien habillé, il ne se bat pas. La religion Kitendi a développé une spiritualité qui a fini par poétiser la ville.” Une religion dont Stervos Niarcos est aujourd’hui considéré comme le pape.

Les Africains ne comprennent pas l’importance de la création et de la construction de richesse.

La règle fondamentale est de garder votre argent dans votre groupe.

Nous les Juifs

– Construisons des entreprises juives,

– Embauchons juifs,

– Achetons juifs et

– dépensons juifs. Il n’y a rien de mal à cela, mais c’est une des règles de base que les noirs ne peuvent pas comprendre et suivre;

« Ils tuent leurs compagnons Africains tous les jours au lieu de vouloir la réussite de ces derniers  »

A Lire aussi  Algérie : un mouvement salafiste met en garde contre la réouverture des synagogues

93% des Afro-américains tués en Amérique le sont par d’autres Afro-américains.

Leurs dirigeants volent leur peuple et envoient l’argent à leur maître colonial dont ils empruntent le même argent .

Chaque Africain qui réussit veut dépenser son argent dans le pays de ses maîtres coloniaux.

Ils

– vont en vacances à l’étranger,

– Achètent des maisons à l’étranger,

– étudient à l’étranger,

– vont pour les soins médicaux à l’étranger, etc.

au lieu de dépenser cet argent dans leur propre pays au profit de leur peuple.

Les statistiques montrent que l’argent du juif va de mains en mains 18 fois avant de quitter sa communauté alors que pour les Africains, il l’est probablement au maximum une fois ou même zéro.

Seulement 6% de l’argent Africain rentre dans leur communauté. Voilà pourquoi les Juifs sont en haut et les Africains sont au bas de chaque échelle de société.

Au lieu d’acheter

– Louis Vuitton,

– Hermes,

– Voitures et maisons de luxe ect…

Les Africains pourraient

– Industraliser l’Afrique,

– Construire des banques et se débarrasser des institutions coloniales en les mettant hors des entreprises.

 

INTERVIEWER:

Alors, que peuvent faire les Africains pour se libérer

LEADER JUIF:

les Africains doivent assumer leurs responsabilités. Les Africains doivent s’unir. Et avec force lutter contre les dirigeants corrompus qui gouvernent leur pays, les mènent vers l’abîme et qui cours vers le FMI, comme si le FMI était le Père Noël.

Ils ont besoin de regarder vers l’intérieur sinon ils seront continuellement colonisés et perdront leur place dans l’histoire.

S’il vous plait transmettez ce message jusqu’à ce qu’il arrive vers tous les Africains.

Nous avons tous besoin d’apprendre nos leçons rapidement et de construire notre continent.

 

About Mohammed Gherrabi

Check Also

Entretien exclusif avec Houssam KAJJA, Président de l’UDJ

Bonjour Houssam Kajja, merci de nous avoir accordé un peu de votre temps pour cette …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *