Home / POLITIQUE / Exclusif: La société civile Malienne dit: Non à l’ingérence de l’Algérie!!!

Exclusif: La société civile Malienne dit: Non à l’ingérence de l’Algérie!!!

A quoi joue le pays de Bouteflika finalement ?

L’Algérie n’a pas ce droit d’inviter celui qui lui convient pour venir parler du Mali et de surcroît sur une question à sensibilité nationale comme celle du nord du pays.
Cette prérogative appartient exclusivement au président du Mali et son gouvernement.
Il faut que les autorités Maliennes prennent courage comme l’a fait les autorités de la république Démocratique du Congo face à celles du Ruanda au sujet de leur conflit de l’est à la frontière avec ce pays.
Les autorités du Congo ont dit clairement que c’est le Ruanda qui est la base
de la recrudescence des conflits à leur frontière avec ce pays.Et avec cette vérité voila que la solution à cette crise congolaise apparaît petit à petit.
Les autorités Maliennes doivent aussi dire clairement à la face du Monde que c’est l’Algérie qui est à la base de cette rébellion Touareg au Mali.Et c’est sur cette base que le Mali devra entamer les négociations et l’Algérie ne devrait pas abriter à plus forte raison présider cette négociation.

Les Maliens l’ont dit depuis les premiers jours du retour de l’Algérie dans le dossier malien. Il est difficile de faire confiance à ce pays qui n’a jamais pu (ou voulu) trouver de solution à la crise malienne. 

Ses autorités, elles-mêmes, viennent de nous donner raison avec l’ouverture du second round des pourparlers d’Alger. Elles ont pris la décision, toutes seules, d’inviter le Dr Oumar Mariko et l’ancien ministre de la transition, le dénommé Yehia Ag Mohamed Ali, à venir participer aux discussions. Tout cela, sans en informer le Mali, ni officiellement, ni officieusement. Pour quelle raison l’Algérie, un pays sur lequel repose l’espoir de la majorité du peuple malien, joue à ce jeu là encore une fois ? Quel intérêt le pays de Bouteflika a-t-il à faire participer deux hommes dont on dit qu’ils ont des liens avec l’attaque de Kona et Iyad Ag Ghali à cette phase cruciale des négociations ? Quand on sait que l’ancien ministre vient de percevoir 80 millions de la part de l’Algérie et tout le reste, on ne peut s’empêcher de se poser des questions et être inquiet.

Il n’y a désormais donc aucun doute, le pays Bouteflika trouvera difficilement une solution à la crise malienne. D’ailleurs, on le sait depuis un certain temps. D’abord depuis que Iyad Ag Ghali y a élu domicile et que son ombre plane toujours sur tout ce qui se dit et se décide dans ce pays, ensuite parce que l’Algérie n’a aucun intérêt à voir un Nord-Mali sécurisé et en paix. C’est son Sud qui va en pâtir. Le seul intérêt de l’Algérie, c’est de contrôler le dossier malien, se rendre incontournable tout en maintenant la crise et les terroristes en dehors de ses frontières. N’est-pas elle qui a exporté son terrorismes et ses terroristes sur notre sol ?

N’est-ce pas ce pays qui a tout fait pour empêcher à ce que l’ancien président tienne sa réunion des Chefs d’Etats du Sahel ? N’est-ce pas l’Algérie qui nous a fait signer des accords bidon visant à dégarnir nos frontières ? C’est elle qui abrite le dangereux Iyad qui n’aidera jamais à la stabilité et au retour de la paix dans notre pays.

Aux dernières nouvelles, les invités spéciaux de l’Algérie devaient s’envoler mercredi matin pour Alger. Maintenant, qu’ils y aillent ou pas, ce qui est grave c’est l’acte posé par ce pays contre les intérêts du Mali et à l’insu du Mali.

maliweb

Comment Aqmi est-elle structurée?

Serge Daniel – Un Emirat national est basé en Algérie. Les patrons sont là-bas. Ce sont les vétérans, les anciens du GIA (Groupe islamique armé). On les surnomme les «Afghans» car ils ont combattus en Afghanistan. Ensuite viennent les émirats régionaux et parmi eux, les katibas —milices— du Sahel: Mauritanie, Mali, Niger.

Deux grosses katibas sortent du lot: d’une part la plus radicale conduite par Abou Zeid, l’homme qui a tué l’otage britannique Edwin Dyer en juin 2009. C’est dans sa katiba que l’otage Michel Germaneau, l’humanitaire français, a également été tué.

D’autre part, la katiba conduite par Moctar Ben Moctar, surnommé Malboro (en raison de son implication supposée dans des trafics de cigarettes). On le présente à tort comme un simple trafiquant de drogue. Or il est responsable de l’enlèvement de trois Espagnols fin novembre 2009. Il a pris neuf millions d’euros pour les libérer. Entre 2003 et aujourd’hui, les katibasont au moins empoché 50 millions d’euros.

Aqmi, c’est un cancer qui est train de se métastaser. A côté des katibas, a été créé al-Qaïda en Afrique de l’ouest. Ce sont des noirs. L’idée c’est de favoriser une jonction entre Boko Haram, la secte islamiste basée auNigeria et Aqmi.

Bémol. Une différence sépare les deux organisations. Pour l’instant, Boko Haram n’a pas fait allégeance à al-Qaïda maison mère. Sauf que Boko Haram se divise en deux branches, une interne qui veut instaurer la charia (loi islamique) et qui organise des attentats. L’autre branche formée par al-Qaïda au maghreb islamique.

C’est un Algérien Nabil Makhloufi qui a formé les combattants de Boko Haram à manier les explosifs. Il fait partie des vétérans algériens. Il était en prison en Algérie. Par exemple en commettant l’attentat d’Abuja (le 26 août 2011, un attentat suicide contre les locaux de l’ONU qui avait fait 26 morts), ils ont voulu dire aux cadres d’al-Qaida: vous nous avez formé, soyez fiers de nous.

Slate Afrique – Quel est le profil des membres d’Aqmi?

Serge Daniel – Ce sont des jeunes. Moyenne d’âge: 16 ans. Persuadés que Dieu va tout régler. Beaucoup de jeunes Mauritaniens. On les recrute majoritairement dans les madrassa (écoles coraniques).

Autre cas de figure: si vous apportez dix jeunes à Aqmi, cela vous rapporte entre 10.000 et 20.000 euros. Le dernier mode de recrutement reste Internet via des sites de tchat. En 45 jours, ils surchauffent le cerveaux de ces jeunes, prêts à prendre les armes au nom de Dieu.

On dit qu’Aqmi compte entre 300 et 400 combattants. Sauf qu’il faut prendre en compte les sous-traitants. Pour moi, ils sont au moins un millier, essentiellement des Mauritaniens. Les Mauritaniens ne supportaient plus d’être dirigés par les Algériens. Le chef d’al-Qaïda en Afrique de l’ouest, c’est un Mauritanien. La maison mère en Algérie a été habile en donnant plus de responsabilités aux katibas locales.


Algerie 2013 Reportage N°2 _ DRS = GIA et… par ArcEnCiell


Algérie 2013 Reportage N°1 _ DRS = GIA et… par ArcEnCiell

About Mohammed Gherrabi

Check Also

Migration: Atelier de réflexion sur la mise en œuvre du Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières au Maroc

A la veille de la Conférence intergouvernementale pour l’adoption du pacte mondial pour des migrations …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *