Home / CULTURE / Environnement / La phytoépuration: la nature dévoile des délices de ce qui étaient nos déchets,…

Environnement / La phytoépuration: la nature dévoile des délices de ce qui étaient nos déchets,…

La phytoépuration utilise les bactéries naturellement présentes dans les systèmes racinaires des plantes pour épurer l’eau. Les bactéries aérobies (c’est-à-dire des bactéries qui ont besoin d’oxygène mais qui ne dégagent pas de mauvaises odeurs) « mangent » les matières organiques. Elles les transforment alors en matière minérale accessible par les plantes. En retour, les plantes aquatiques fournissent de l’oxygène à ces bactéries par le biais de leur racine.

Comment fonctionne le filtrage des eaux usées par les plantes ?
Le fonctionnement du filtrage des eaux usées par les plantes
Dans la nature, les zones humides jouent un rôle important dans l’assainissement naturel des eaux des lacs, ruisseaux et rivières parmi d’autres. C’est de ce processus naturel qu’a été inspirée la phytoépuration, un système dans lequel les plantes filtrent les eaux usées. Une alternative intéressante par rapport aux stations d’épuration et aux systèmes d’assainissements autonomes. Ce qu’il faut comprendre dans le fonctionnement du filtrage des eaux usées par les plantes.

La phytoépuration : comme ça marche ?
Un système naturel et efficace, la phytoépuration, autrement appelée lagunage, utilise les bactéries présentes dans les racines des plantes pour épurer l’eau. Les eaux usées sont ainsi acheminées vers le filtre planté qui est composé de plantes végétales soigneusement sélectionnées pour leur capacité d’absorption des polluants contenus dans l’eau, d’un bassin artificiel et de substrat. Tous ces éléments réunis vont développer naturellement les micro-organismes indispensables pour filtrer les eaux usées par les plantes.

Filtrer les eaux usées par les plantes : le principe
Les plantes filtrent les eaux usées, plus particulièrement, certaines espèces de plantes aquatiques sont capables de transformer les polluants présents dans l’eau, tels que le chlore, le phosphore, l’azote et les métaux lourds. Ces éléments sont nocifs pour l’environnement, mais constituent cependant d’excellentes nourritures pour ces plantes aquatiques abritant de nombreux micro-organismes microscopiques participant à l’épuration de l’eau. Les bactéries vont ainsi transformer les matières organiques en gaz qui deviendra la nourriture des plantes. Ces dernières vont ensuite croitre et dégager de l’oxygène. Ainsi, les plantes filtrent les eaux usées grâce à leur photosynthèse, dont l’oxygène issue procédera à l’épuration de l’eau.

A Lire aussi  Le 22 avril: Journée Mondiale de la Terre, cette 49e édition a pour thème "la pollution plastique"

La mise en œuvre de la phytoépuration
Filtrer les eaux usées par les plantes présente de nombreux atouts, non seulement au niveau économique et écologique, mais également pour le côté esthétique de votre jardin. Formant un bassin dans le jardin, le lagunage peut constituer un ornement à part entière. Il pourra d’ailleurs accueillir autant de poissons que de faunes que l’on retrouve habituellement dans les bassins classiques. Ainsi, filtrer les eaux usées par les plantes nécessite avant tout la mise en place de trois bassins, avec le premier qui accueillera les eaux usées, qui se déverseront ensuite dans le second pour passer le premier filtre. L’eau passe ensuite dans une zone moins profonde sous terre constituant le deuxième filtre au sein du second bassin. Finalement, l’eau sera acheminée dans le troisième bassin qui accueillera l’eau épurée et servira également d’ornement. Les plantes filtrent les eaux usées de manière naturelle et écologique, ce qui offre de nombreux avantages.

La végétation qui borde les cours d’eau, appelée « ripisylve » joue un rôle important dans le fonctionnement de nos rivières. Elle :

Stabilise les berges : les racines des arbres et arbustes fixent le sol.
Protège contre les crues : lors d’une crue, les branches des arbustes se couchent formant ainsi un tapis protecteur du sol. Les arbres quant à eux, bloquent les bois flottants par effet de peigne.

About Mohammed Gherrabi

Check Also

Les énergies propres: le moteur à eau n’est plus un mythe, mais une réalité

Marc Renaudin, un Breton de 64 ans, a ajouté un simple petit kit à sa …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *