JavaScript must be enabled in order for you to see "WP Copy Data Protect" effect. However, it seems JavaScript is either disabled or not supported by your browser. To see full result of "WP Copy Data Protector", enable JavaScript by changing your browser options, then try again.
Home / COOPÉRATION / Dossier: Le Ghana dépose une plainte contre l’algérien Smaïl Chergui, Commissaire à la Paix et à la Sécurité de l’UA

Dossier: Le Ghana dépose une plainte contre l’algérien Smaïl Chergui, Commissaire à la Paix et à la Sécurité de l’UA

Le Ghana dépose une plainte contre le commissaire à la paix et à la sécurité, Smail Chergui
Le Ghana dépose une plainte contre le commissaire à la paix et à la sécurité, l’algérien Smail Chergui.

Dans une lettre adressée au président de l’union africaine, le 29 avril dernier, l’Ambassade de la république du Ghana auprès de la république fédérale démocratique d’Éthiopie et la mission permanente auprès de la commission de l’union africaine et de la commission économique des nations unies pour l’ Afrique, dit « déposer une plainte officielle contre le commissaire à la paix et à la sécurité, Smail Chergui ». Les raisons de la plainte contenues dans la lettre rédigée en anglais que nous avons pris soins de traduire en français, évoque de graves accusations qu’aurait porté le commissaire à l’endroit de l’ambassadeur du Ghana auprès de la république fédérale démocratique d’Éthiopie …et ce dans le cadre des discussions sur le déploiement de troupes dans le région du sahel.

Voici l’intégralité de la lettre de l’ambassade de la république du Ghana auprès de la république fédérale démocratique d’Éthiopie et la mission auprès de la commission de l’Union Africaine et de la commission économique des Nations unies pour l’ Afrique

AMBASSADE DU GHANA ADDIS ABEBA SCR.GEA.25 / 1

L’Ambassade de la République du Ghana auprès de la République fédérale démocratique d’Éthiopie et la Mission permanente auprès de la Commission de l’Union africaine et de la Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique présentent leurs compliments au Président du Commission de l’Union africaine (CUA) et a l’honneur de déposer une plainte officielle contre le Commissaire à la paix et à la sécurité, SE Ambassadeur Smail Chergui. Dans la nuit du mardi 21 avril 2020, l’Ambassadeur du Ghana a reçu un appel du Bureau du Président du Ghana à l’effet que le Commissaire avait amené l’Ambassadeur Fred Ngonga, Chef du Département d’Alerte Précoce de l’AUPSD, à placer un appel au Bureau pour se plaindre que l’Ambassadeur du Ghana bloquait le déploiement de troupes dans la région du Sahel. C’était après la 920 réunion du Conseil de paix et de sécurité (COPS) tenue à 11 heures le même jour, 21 « avril 2020, pour examiner le renouvellement du mandat de la Force conjointe du G5 Sahel et la note conceptuelle stratégique (directives de planification) pour le déploiement de 3 000 soldats au Sahel. Le commissaire souhaitait que la CFP adopte une note succincte de présentation, qui a été considérablement modifiée. La délégation du Ghana a été sans équivoque dans son soutien au déploiement de troupes dans la région du Sahel. Cependant, certains États membres du COPS, dont le Ghana, ont constaté d’énormes lacunes dans le document et ont soulevé plusieurs questions. De l’avis de la délégation du Ghana, ces lacunes étaient cruciales pour la crédibilité et l’intégrité de la note succincte de présentation et du résultat escompté. La délégation était préoccupée par le fait que la procédure régulière n’avait pas été suivie conformément aux termes de la décision du Sommet (Assembly / AU / Dec. 792 (XXXIII). La décision du Sommet avait demandé à la Commission de l’Union africaine de consulter toutes les parties prenantes concernées telles que les ministères de la Défense des États du G5 Sahel et de la Commission de la CEDEAO avant le déploiement. La délégation du Ghana avait besoin d’éclaircissements sur la portée et la profondeur des consultations menées par le Département de la paix et de la sécurité. Les consultations avec les États du G5 Sahel avaient été interrogées par trois des cinq pays du G5 Sahel Cela a clairement miné la légitimité et l’intégrité de cette consultation et, de bonne foi, elle doit être réexaminée.

La décision du Sommet avait demandé à la Commission de l’Union africaine de consulter toutes les parties prenantes concernées telles que les ministères de la défense des États du G5 Sahel et la Commission de la CEDEAO avant l’exhibition. La délégation du Ghana avait besoin d’une clarification sur la portée et la profondeur des consultations menées par le Département de la paix et de la sécurité. Les consultations avec les États du G5 Sahel ont été remises en question par trois États du G5 Sahel sur cinq. Cela a clairement miné la légitimité et l’intégrité de cette consultation et, de bonne foi, elle doit être réexaminée. En outre, le paragraphe 38 du Manuel des méthodes de travail du Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine stipule que les États membres concernés doivent être invités cinq (5) jours francs à l’avance et doivent accepter de participer à la réunion du Conseil. Dans ce cas, cependant, ils ont été invités un (1) jour avant la réunion. Ainsi, ces États membres concernés n’ont pas pu recevoir d’informations appropriées de leurs capitales. Il s’agit d’une omission cruciale de la part du Commissaire à la paix et à la sécurité. Le processus est censé être piloté par les États membres. Cela nécessite des délibérations méticuleuses avant de prendre des décisions, ce qui garantira la sûreté et la sécurité des troupes. La délégation du Ghana s’est déclarée insatisfaite du manque de diligence raisonnable dans le processus, d’où son insistance pour que l’adoption de la note succincte de présentation soit reportée à une date ultérieure, lorsque toutes les questions connexes auront été clarifiées. Pour des raisons que lui seul connaissait le mieux, l’Ambassadeur Chergui semblait vouloir que le document soit adopté malgré les énormes lacunes apparentes dans les documents de travail du Conseil. C’est ce que la délégation du Ghana a jugé inacceptable. L’Acte constitutif de l’UA et le Protocole du CPS régissent le fonctionnement du Conseil de paix et de sécurité de l’UA en tant qu’organe décisionnel sur les questions de paix et de sécurité en Afrique. Selon ces documents, le travail de la CFP est couvert par un sceau d’intégrité et de confidentialité. Il incombe donc aux fonctionnaires et officiers de la CUA, qui sont liés par l’Acte constitutif et le Protocole du COPS, de préserver l’intégrité et la confidentialité des travaux du COPS. En particulier, en ce qui concerne ses délibérations à huis clos et ses projets de décision jusqu’à un moment et à un stade tels que le COPS décide de publier son communiqué. Agir autrement constituerait une violation des dispositions des textes juridiques de l’UA régissant le COPS et ses travaux. Il est enjoint aux responsables de l’AUC de garder toutes les délibérations du COPS sous scellés confidentiels et de NE PAS effectuer de suivi auprès des capitales des membres du Conseil pour révéler ce qui a été discuté lors d’une réunion donnée du COPS. Encore une fois, la Commission de l’UA soutient la CFP dans ses travaux et la Commission n’est en aucun cas conçue ou destinée à se substituer à la CFP. Par conséquent, si un fonctionnaire ou un officier se réfugie sous la Commission et utilise un tel abri pour délibérations sous scellés confidentiels et NON suivi avec les capitales des membres du Conseil pour révéler ce qui a été discuté lors d’une réunion donnée du COPS. Encore une fois, la Commission de l’UA soutient la CFP dans ses travaux et la Commission n’est en aucun cas conçue ou destinée à se substituer à la CFP. Par conséquent, si un fonctionnaire ou un officier se réfugie sous la Commission et utilise un tel abri pour influencer indûment la CFP, ou une partie de celle-ci, cette conduite constituerait une violation des textes juridiques régissant la CFP. Le COPS est l’une des principales institutions stratégiques de l’Union africaine et la décision du Ghana de siéger au COPS souligne l’importance qu’elle y attache. Par conséquent, le fait que le commissaire conclue et signale, à tort, que l’ambassadeur bloquait le déploiement des troupes est contraire à la fois à l’Acte constitutif et au Protocole PSC. C’était également une déformation flagrante de la délégation des préoccupations du Ghana lors de la réunion. Ce faisant, le commissaire Chergui a cherché à ternir la réputation de l’ambassadeur et à discréditer le nom du Ghana. Son action est considérée comme une tentative d’intimider et d’interférer dans le travail de l’ambassadeur et de l’empêcher de s’acquitter de son mandat. Par son action, le commissaire a également cherché à saper le gouvernement du Ghana, la confiance que le président avait en l’ambassadeur et l’autorité du président du Ghana. Cela a de graves implications politiques et connotations étant donné la sensibilité de la question du Sahel. Le Ghana est un partenaire honorable et fiable de la CFP et de la CEDEAO et ne ferait jamais rien pour saper l’une ou l’autre institution. L’ambassade du Ghana fait une grande exception à la conduite exposée par le commissaire Chergui qui, en tant que fonctionnaire international, devrait respecter les préceptes de sa fonction, respecter l’intégrité de l’Union africaine et la conduite de la CUA avec les États membres et ses procédures opérationnelles standard ainsi que l’étiquette diplomatique. La République du Ghana exige donc sans équivoque par écrit des excuses sans réserve au Président de la République du Ghana, au Gouvernement et au peuple du Ghana ainsi qu’à l’Ambassadeur. En outre, l’ambassade du Ghana exige que l’affaire soit examinée et que les mesures disciplinaires nécessaires soient prises pour éviter et empêcher toute répétition d’une telle violation de la conduite diplomatique, et le résultat de l’enquête communiqué à la RPC. L’Ambassade de la République du Ghana en République fédérale démocratique d’Éthiopie et la Mission permanente auprès de la Commission de l’Union africaine et de la Commission économique des Nations Unies en Afrique saisissent cette occasion pour renouveler au président de la Commission de l’Union africaine les assurances de sa plus haute considération.

Donc si nous résumons : réélu de justesse en trichant, sexisme, racisme, favoritisme, liens avec la Russie, incompétence, corruption…
Comment Smail Chergui est encore là ?!!!

Les scandales de Smail Chergui:

  1. Jeune Afrique
  2. Jeune Afrique
  3. Monde Afrique
  4. makaila.fr

Lire aussi:

Les jours Smail Chergui, à la tête de la Commission Paix et Sécurité au sein de l’Union Africaine sont-ils comptés?

Exclusif / Mali: L’Imam Mahmoud Dicko décortique la crise malienne. [Vidéo]

Alger a donné le feu vert à une intervention militaire  au Mali, l’Algérie se retrouve quelque part face à elle-même.

Dossier / Algérie Quand l’officieux devient l’officiel: « amendements constitutionnels pour permettre à l’armée algérienne d’intervenir à l’étranger. »

Avec, lemessager-actu

About gherrrabi

Check Also

Maroc – Liban : le hashtag «#Merci_Sa_Majesté_le_Roi_MohammedVI» qui inonde la Toile Libanaise

En réaction aux deux explosions qui ont secoué mardi 4 août Beyrouth et qui ont …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *