Home / Business / Des critiques dans le monde entier après la décision Donald Trump de reconnaître unilatéralement Jérusalem comme capitale d’Israël.

Des critiques dans le monde entier après la décision Donald Trump de reconnaître unilatéralement Jérusalem comme capitale d’Israël.

 Crédit Photo: REUTERS/Kevin Lamarque
Crédit Photo: REUTERS/Kevin Lamarque
Des critiques dans le monde entier après la décision de Donald Trump de reconnaître unilatéralement Jérusalem comme capitale d’Israël. Une décision qui conduira à « l’isolement » des Etats-Unis. Une décision qui favorisera la montée d’« un radicalisme religieux »

Déclaration conjointe à la suite de la réunion du Conseil de sécurité sur Jérusalem par les Représentants permanents d’Allemagne, France, Italie, Royaume-Uni et Suède – 8 décembre 2017

Nous sommes en désaccord avec la décision des Etats-Unis d’Amérique de reconnaître Jérusalem comme capitale d’Israël, et de lancer les préparatifs du déménagement de l’ambassade américaine de Tel Aviv à Jérusalem. Cette décision n’est pas conforme aux résolutions du Conseil de sécurité et ne favorise pas la perspective de paix dans la région.

Lire aussi:⇒ Donald Trump (procédure d’impeachment)

Le statut de Jérusalem doit être déterminé par des négociations entre Israéliens et Palestiniens, qui doivent conduire à un accord sur le statut final. C’est une position constante des membres de l’Union européenne d’affirmer que, dans ce cadre, Jérusalem devra être la capitale des deux Etats, Israël et la Palestine. En l’absence d’accord, nous ne reconnaissons aucune souveraineté sur Jérusalem.

Conformément au droit international et aux résolutions pertinentes du Conseil de sécurité, notamment les résolutions 476, 478 et 2334, nous considérons Jérusalem-Est comme faisant partie des territoires occupés palestiniens. Un accord sur les frontières des deux Etats devrait s’établir sur la base des lignes du 4 juin 1967, moyennant des échanges de territoire équivalents agréés entre les parties. L’UE ne reconnaîtra aucun changement sur les lignes de 1967, y compris s’agissant de Jérusalem, autres que ceux convenus entre les parties.

A Lire aussi  Second U.S. Ebola patient identified

Compte tenu de la situation instable sur le terrain, nous appelons toutes les parties et tous les acteurs régionaux à travailler ensemble à maintenir le calme.

Nous partageons tous la volonté de mettre fin au conflit. Nous prenons note de l’engagement du Président Trump de soutenir la solution des deux Etats si les deux parties parviennent à un accord sur ce point, et sa claire reconnaissance que les limites spécifiques de la souveraineté d’Israël sur Jérusalem doivent faire l’objet de négociations entre les Israéliens et Palestiniens. Nous sommes prêts à contribuer à tous les efforts crédibles pour relancer le processus de paix sur la base des paramètres internationaux agrées, devant conduire à la solution des deux Etats. Nous encourageons l’administration américaine à apporter désormais des propositions détaillées pour un accord israélo-palestinien.⇒ Source

Donald Trump persona non grata au Parlement britannique.

John Bercow le speaker de la chambre des Communes a annoncé qu’il refuserait d’inviter Donald Trump à s’exprimer devant le Parlement lors de la visite d’Etat du président américain à Londres, prévue cette année. L’ « opposition » de la chambre des Communes « au racisme et au sexisme » justifie ce rejet selon lui, de même que le soutien de l’assemblée des députés aux principes « d’égalité devant la loi et d’indépendance du pouvoir judiciaire ». Il a rappelé que l’invitation des dirigeants étrangers au Parlement n’était pas « automatique » mais « un honneur ».

About Mohammed Gherrabi

Check Also

Jamal Khashoggi: le Sénat US juge Mohammed ben Salmane (MBS) «responsable du meurtre»

Ces mesures ne devraient en effet pas être débattues à la Chambre des représentants, au …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *