Home / CULTURE / Afrique / Maroc: Déontologie du journalisme pro : outil stratégique pour bâtir une Société de confiance non de méfiance

Afrique / Maroc: Déontologie du journalisme pro : outil stratégique pour bâtir une Société de confiance non de méfiance

Pr Abdealtif FEKKAK
Pr Abdealtif FEKKAK

A la différence du journalisme des professionnels qui, est un système éducatif extra scolaire et universitaire, anticipatif, progressif, évolutif, voire historique au sens prométhéen de l’école de Frankfort comme une spirale culturel des sociétés de savoir et de l’économie de la connaissance et à la ressemblance du journalisme du caniveau selon l’expression anglo-saxonne qui détruit les valeurs de chaque société névrosée.

Ce type de société fonctionne plus avec les normes culturelles et tribales que les règles des Etats de droit moderne et démocratique, il y a un nouveau type de journaliste du dimanche, un journaliste de sensation et du sensationnel qui s’est développé avec la mondialisation sans frontière d’internet et les réseau sociaux que l’on appelle le ‘’Markéting iconographique de la violence des images violentes et sanguinaires, ne respectant ni code de déontologie de la profession, ni les valeurs traditionnelles de la société.

Du markéting de séduction des produits d’information et de communication, produits vendables et éphémères au « Maroc-kéting iconographique » des on a dit et des on a entendu’’ socio-culturel selon l’expression utilisée par le Pr Abdelatif FEKKAK lui même, images violentes et choquante les différentes brochettes de la société sans tenir compte des codes de déontologie des journalistes qui se respectent par leur obligation d’informer et les devoirs de vérifier l’autoroute des information, avec les réserves du pouvoir discrétionnaire du 4è pouvoir de la presse de savoir ce qui est publiable, ce qui ne l’est pas.

Le Maroc vit set se nourrit de la civilisation des images affreuses et sanguinaires du monde en guerre, en conflit artificiel des territoires, des enseignants battus par leur propre élève, les femmes battues par leur mari violent, des enfants agressifs et hyper actifs agressés par les adultes. La vie urbaine développe la criminalité, la violence de la circulation routière, la non assistance à personne en danger, les vols à l’arraché, des blessés agressés à l’arme blanche dans les bus ou les métros en plein jour.

A Lire aussi  Afrique / impressionnant : Le petit génie de la Côte d'Ivoire (vidéo)

Nous vivons dans de nouvelle société à risque politique, à risque de terrorisme aveugle à risque religieux sur fond islamique sans but politique, ni valeur humaine universelle. Que faire ? disait Lénine, face à la publication du ‘’Maroc-kéting iconographique’’ de violence insupportable pour les âmes sensibles. Le Pr Abdealtif FEKKAK me  disait dans la violence de la presse à sensation, sinon dans le journalisme de caniveau qui, reflète l’image de la société marocaine, donne une « thérapie de choc ».

Si la classe populaire qui, en raison du SMIG culturel relativement bas, retient le choc des images violentes, féroces et sanguinaires, voire spectaculaire, par contre, la classe élitaire retient ‘’la thérapie préventive’’ des nouvelles sociétés à risque de criminalité urbaine, des risques de violence de la circulation routière, des risques de terrorisme des sociétés mondialisées sans gouvernail pour la gestion des codes de déontologie, sans gouvernance de l’éthique politique, bref des sociétés qui profitent de « la liberté de presse » qui ne mérite pas.

About Mohammed Gherrabi

Check Also

Khalid Chafaqui

Maroc / journée d’étude au parlement: thème révision de l’article 2 de la loi 39-08

La société civile experte est déterminée à assainir le climat des affaires au Maroc et …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>