Home / POLITIQUE / Déclaration liminaire de SEM le Président du Faso à la rencontre des familles des victimes du crash du vol AH-5017 d’Air Algérie

Déclaration liminaire de SEM le Président du Faso à la rencontre des familles des victimes du crash du vol AH-5017 d’Air Algérie

Déclaration liminaire de SEM le Président du Faso à la rencontre des familles des victimes du crash du vol AH-5017 d’Air Algérie le vendredi 26 juillet 2014

Mes chers compatriotes,
Chers amis du Burkina Faso
Mesdames, Messieurs ;

En ces moments particulièrement douloureux, je voudrais avec beaucoup d’émotion, vous traduire une fois de plus, la compassion de la nation entière ainsi que nos condoléances les plus attristées à toutes les familles des victimes du vol AH 5017 d’Air Algérie.

Mesdames, Messieurs,

Dès que l’aviation civile du Burkina Faso a été informée à 08h17 mn de la disparition de l’aéronef, plusieurs actions ont été entreprises:

Pour retrouver l’aéronef,
Le gouvernement a activé son équipe de gestion de crise à l’aéroport international de Ouagadougou, compétente pour prendre en charge ce type de situation.

Cette équipe s’est retrouvée à l’aéroport et a commencé à réunir les informations en vue d’entamer les recherches.

A 13h 08 mn, l’équipe de gestion de crise a reçu la première information faisant état du crash de l’Aéronef à Boulekessi en territoire malien le 24 juillet à 01h50 mn.

Sur la base de cette information et des données fournies par le radar de l’aéroport de Ouagadougou, une mission de l’armée de l’air burkinabè a été dépêchée sur les lieux.
à 18h 23 mn la mission a repéré l’épave de l’aéronef et procédé à des prises de vue.

Cette information importante a été transmise à nos partenaires français et malien, ce qui a permis d’orienter les recherches vers la bonne direction et confirmé nos informations.

Le 25 juillet à 8h, une seconde mission s’y est rendue pour de meilleures prises de vues.

Le 25 juillet toujours à 13H 30, je me suis rendu personnellement sur les lieux pour constater l’ampleur de la catastrophe et marqué concrètement la solidarité du Burkina Faso avec toutes les victimes du crash et réaffirmé notre disponibilité à participer aux enquêtes pour la pleine manifestation de la vérité.

J’ai également donné des instructions pour vous assurer la meilleure prise en charge possible malgré la forte émotion collective.

Ainsi:
Le 24 juillet, l’équipe de gestion de crise a mis en place une équipe de psychologues pour la prise en charge psychologique des familles.

Le 24 juillet à 16h 44 mn, l’EGC a rencontré les familles pour donner les premières informations et les soutenir moralement.

Le 25 juillet à 10h, le Premier ministre, les membres du gouvernement et la Secrétaire d’Etat Français chargée du commerce extérieur et des français de l’étranger ont rencontré les familles des victimes à l’aéroport.

Le 26 juillet à 08h20, une délégation des familles et la presse internationale se sont rendues sur les lieux du crash, et une deuxième délégation de la presse se rendra sur les lieux dans l’après-midi.

Des points de presse ont été organisés par l’équipe de gestion de crise pour donner l’information juste aux familles, au peuple burkinabè et à l’opinion internationale.

Le gouvernement a également fait une déclaration, des communiqués et des points de presse.

Mesdames, messieurs,

Le Procureur du Faso de Ouagadougou a ouvert une enquête judiciaire le jeudi 24 dans la soirée pour la recherche des causes du crash.

L’enquête a été confiée à la Gendarmerie (Compagnie de Sécurité Aéroportuaire) qui a dépêché des Officiers de Police Judiciaire sur les lieux du crash.

Le procureur du Faso travaillera en étroite collaboration avec ses homologues du Mali et de France, pays avec lesquels nous disposons des accords de coopération.

Je vous remercie

About Mohammed Gherrabi

Check Also

AUNG SAN SUU KYI SE VOIT RETIRER LA PLUS PRESTIGIEUSE DISTINCTION (AMBASSADRICE DE CONSCIENCE EN 2009)

Le 11 novembre, notre secrétaire général Kumi Naidoo a écrit à Aung San Suu Kyi …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *