Home / COOPÉRATION / Convention des droits de l’enfant / Algérie/Polisario «ENFANTS-SOLDATS»

Convention des droits de l’enfant / Algérie/Polisario «ENFANTS-SOLDATS»

Les dirigeants de la planète s’engagent à construire un monde digne des enfants : le 20 novembre 1989 la Convention relative aux droits de l’Enfant est adoptée à l’unanimité par l’ONU. Pour la première fois de l’Histoire, un texte international reconnait explicitement les moins de 18 ans comme des êtres à part entière, porteurs de droits sociaux, économiques, civils, culturels et politiques – des droits fondamentaux, obligatoires et non négociables. 

Que contient la Convention des droits de l’enfant (CIDE)? 

54 articles, énonçant notamment…

  • Le droit d’avoir un nom, une nationalité, une identité
  • Le droit d’être soigné, protégé des maladies, d’avoir une alimentation suffisante et équilibrée
  • Le droit d’aller à l’école
  • Le droit d’être protégé de la violence, de la maltraitance et de toute forme d’abus et d’exploitation
  • Le droit d’être protégé contre toutes formes de discrimination
  • Le droit de ne pas faire la guerre, ni la subir
  • Le droit d’avoir un refuge, d’être secouru, et d’avoir des conditions de vie décentes
  • Le droit de jouer et d’avoir des loisirs
  • Le droit à la liberté d’information, d’expression et de participation
  • Le droit d’avoir une famille, d’être entouré et aimé

4 principes fondamentaux…

  • La non-discrimination
  • L’intérêt supérieur de l’enfant
  • Le droit de vivre, survivre, se développer
  • Le respect des opinions de l’enfant

3 protocoles facultatifs :
Le premier vise à protéger les enfants contre le recrutement dans les conflits armés.
Le deuxième concerne la vente d’enfants (à des fins de travail forcé, adoption illégale, don d’organes…), la prostitution ainsi que la pornographie mettant en scène des enfants.
Le dernier définit la procédure internationale qui permet à tout enfant de déposer une plainte pour violation de ses droits, directement auprès du Comité des droits de l’enfant des Nations Unies, lorsque tous les recours ont été épuisés au niveau national.

Algérie/Polisario «ENFANTS-SOLDATS»

Après le retentissant scandale des détournements des aides humanitaires, les dirigeants du front Polisario ont brillé par un nouveau scandale encore plus grave tant il implique des enfants de bas âge qui sont enrôlés de force par l’armée sahraouie.

Selon des sources sûres basées dans les camps de Tindouf, de ‘‘nombreux enfants sont enrôlés de force par les milices armées du Polisario » qui les entraient au maniement des armes à feu et leur font subir avec le concours d’instructeurs militaires étrangers et algériens, des cours d’endoctrinement idéologique pour les préparer à intégrer les rangs de l’armée de la république sahraouie «RASD».

A Lire aussi  Afrique / OIM: L’Algérie expulse un nouveau groupe de 1 500 migrants subsahariens

L’information a été confirmée par le Forum de soutien aux autonomistes de Tindouf (FORSATIN), un groupe de dissidents sahraouis qui militent en faveur de l’option d’une autonomie pour le Sahara que le Maroc propose comme solution négociée pour le règlement définitif du litige territorial qui l’oppose au voisin algérien par Polisario interposé.
Dans un communiqué, le Forum sahraoui qui compte des centaine de militants à Tindouf, précise que ces dizaines d’enfants-soldats ont été associés de force à des simulations de combats pilotés par les milices du Polisario dans le désert algérien, près des camps de Tindouf mais à l’abri des regards indiscrets des volontaires des ONG qui s’activent dans les camps.

Dans son communiqué, le FORSATIN a appelé les parents de ces enfants de se soulever contre de telles pratiques qui mettent en danger la vie de leur progéniture à travers le maniement des armes à feu et des explosifs.

Par le passé, les dirigeants du Polisario expatriaient ces enfants à l’étranger particulièrement à Cuba, où des instructeurs militaires bien rodés aux techniques de la guérilla, se chargeaient de cette sale besogne en contrepartie de généreuses rémunérations puisées dans les caisses noires du Département de renseignement de sécurité (DRS – Services secrets militaires) algérien.

Mais avec les nombreux scandales qui ont éclaboussé les dirigeants du Polisario et leurs parrains algériens, les pays hôtes n’acceptent plus de recevoir les enfants des camps de Tindouf qui étaient envoyés officiellement pour des études ou des colonies de vacances alors qu’il s’agissait d’un voyage d’endoctrinement.
Le Forum de soutien aux autonomistes de Tindouf a saisi cette occasion, pour interpeller les ONG internationales dédiées à la protection des enfants, les invitant à faire pression sur la direction du Polisario et le gouvernement algérien afin de mettre fin à cette exploitation «inhumaine» des enfants à des fins militaires et de propagande.

Avec, Source

About Mohammed Gherrabi

Check Also

L’ex Secrétaire général de l’ONU et Prix Nobel de la paix , Kofi Annan n’est plus (8 avril 1938 – 18 août 2018)

Kofi Annan, secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies de 1997 à 2006, est décédé ce …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>