Home / CULTURE / Comment on écrit l’histoire, une comparaison entre le Maroc et l’Algérie.

Comment on écrit l’histoire, une comparaison entre le Maroc et l’Algérie.

1 - Copie

Voici quelques réalisations et projets qui ont marqué l’histoire de ces deux pays:

Histoire du Maroc depuis l’indépendance

Histoire du L’Algérie depuis l’indépendance

1956: le sultan et le gouvernement français annoncent officiellement l’indépendance du Maroc (déclaration commune franco-marocaine)

 

15 juin 1957 : à partir de Marrakech, un appel à la mobilisation de la jeunesse marocaine pour participer à cet immense projet destiné à relier le Nord au Sud du Royaume, et qui constitue un bel exemple de l’unité et de la symbiose entre le Trône et le peuple. La mise en œuvre de cette politique avait permis la réalisation d’une route de 80 Km reliant Taounate à Ketama baptisée «Route Al Wahda» pour souligner les valeurs de solidarité et d’unité nationale.
1958-1960 : Le gouvernement d’Abdallah Ibrahim, d’orientation socialiste, marque la volonté d’émancipation du Maroc qui se traduit diplomatiquement par son adhésion à la Ligue arabe et par son soutien au panafricanisme, et financièrement par l’abandon du franc marocain, indexé sur le cours du franc français, au profit du dirham.
1961: Membres fondateurs de l’Organisation de l’unité africaine, et abrite en 1961 un sommet auquel participent le Mali, la Guinée, le Ghana, la République arabe unie et le GPRA
Le 3 Mars 1961 : à la mort du Roi Mohammed V, le prince Moulay Hassan est proclamé roi du Maroc sous le nom de Hassan II.
 

1962 ; la reconnaissance de l’indépendance de l’Algérie.

1962 : Exode des Pieds-Noirs.

1962 : Ferhat Abbas est élu, en 1962, président de l’Assemblée nationale constituante et devient ainsi le premier chef d’État de la République algérienne démocratique et populaire. Il est forcé à la démission et mis en résidence surveillée à Adrar par Ahmed Ben Bella.

1963 : Un conflit militaire opposant le Maroc et l’Algérie peu après l’indépendance de celle-ci. Après plusieurs mois d’incidents frontaliers, la guerre ouverte éclate dans la région algérienne de Tindouf et Hassi-Beïda, puis s’étend à Figuig au Maroc. Les combats cessent le 5 novembre

1963 : Ahmed Ben Bella accède à la présidence de la République de 1963 à 1965. Renversé lors du coup d’État du 19 juin 1965, il est mis en résidence surveillée jusqu’en 1980

1963 : Un conflit militaire opposant le Maroc et l’Algérie peu après l’indépendance de celle-ci. Après plusieurs mois d’incidents frontaliers, la guerre ouverte éclate dans la région algérienne de Tindouf et Hassi-Beïda, puis s’étend à Figuig au Maroc. Les combats cessent le 5 novembre.

 

1965 : Houari Boumédiène aprés le putsch est devenu  président du Conseil de la Révolution de 1965 à 1976. Lors de son deuxième mandat entre 1976 à 1978, il devient le deuxième président de la République algérienne démocratique et populaire. Selon un médecin Soviétique, Houari Boumediène aurait été assassiné.

1969 : l’Espagne rétrocède l’enclave d’Ifni, onze ans après le territoire de Tarfaya (1958)

 

6 Novembre 1975 : Marche verte, le Maroc entame une récupération de ces territoires.

 

 

1978 : À la mort d’Houari Boumediène le 27 décembre 1978, Rabah Bitat assure l’intérim de la présidence de la République algérienne démocratique et populaire durant les 45 jours prévus par la constitution pour organiser l’élection présidentielle

 

1979 : Élu troisième président de la République algérienne démocratique et populaire le 9 février, avec 99,40% de voix, il est réélu le 7 février 1984 avec 99,42% de voix. Il procède à l’élargissement d’Ahmed Ben Bella16. À la suite des événements du 5 octobre 1988, il annonce l’instauration du pluralisme politique. Il fait adopter en 1989 une nouvelle constitution. Réélu le 22 décembre 1988 avec 81,47% de voix, Chadli Bendjedid démissionne en 1992 sous la pression de l’armée.

1980 : le roi Hassan II annonce la candidature marocaine à l’adhésion à la Communauté européenne, qui est déclinée par la Commission de Bruxelles. Le Maroc obtiendra en revanche un statut de partenaire avancé auprès des institutions européennes et sera un acteur incontournable du dialogue euro-méditerranéen.

 

 

1991 : La guerre civile algérienne (« décennie noire », « décennie du terrorisme », « années de plomb », « années de braise ») est le conflit qui opposa le gouvernement algérien, disposant de l’Armée nationale populaire, et divers groupes islamistes à partir de 1991

Le conflit commença en décembre 1991, quand le gouvernement annula immédiatement les élections législatives après les résultats du premier tour, (vote sanction) anticipant une victoire du Front islamique du salut (FIS), craignant de perdre le pouvoir et que ce dernier mette en place une république islamique. On estime que ce conflit coûta la vie à plus de 60 000 personnes ; d’autres sources avancent le chiffre de 150 000 personnes (avec des milliers de disparus, un million de personnes déplacées, des dizaines de milliers d’exilés et plus de vingt milliards de dollars de dégâts).

 

11 janvier 1992 au 16 janvier 1992, Vacance du pouvoir.

16 janvier 1992 : Mohamed Boudiaf prend la présidence du Haut Comité d’État. Six mois après son élection à la tête de l’État, il est assassiné le 29 juin 1992, lors d’une conférence des cadres qu’il tient dans la ville d’Annaba.

29 juin 1992 au 2 juillet 1992 : Vacance du pouvoir.

2 juillet 1992 : Ali Kafi succède à Mohamed Boudiaf comme président du HCE24. En 1994, le Haut Comité d’État est dissous

 

 

30 août 1993 : inauguration de la mosquée Hassan II est l’une des plus grandes mosquées du monde

 

 

30 janvier 1994 : Liamine Zéroual désigné chef de l’État par le Haut Conseil de Sécurité pour une durée de 3 ans. Élu quatrième président de la République algérienne démocratique et populaire, le 16 novembre 1995 avec 61,3 % des voix. Il rompt le dialogue avec les islamistes et mène une politique d’« éradication des groupes terroristes ». Il fait adopter une révision de la constitution en novembre 1996. Le 21 février 1997, il crée un nouveau parti politique : le Rassemblement national démocratique. En septembre 1998, il se retire de la présidence et annonce la tenue d’élections présidentielles anticipées pour février 1999.

 

1999 : Suite au décès, de Feu Sa Majesté le Roi Hassan II, accession de Sa Majesté le Roi Mohammed VI au Trône conformément à l’article 20 de la Constitution du Royaume.

 

27 avril 1999 : Abdelaziz Bouteflika Élu cinquième président de la République algérienne démocratique et populaire le 27 avril 1999 et il le restera il fait des va et viens entre le palais de la présidence et Val-de-Grâce

 

La rente pétrolière lors de ces années de pouvoir est évaluée à 1000 milliards de dollars, aujourd’hui les caisses sont vidées.

Le président algérien, arrivé au pouvoir en 1999, ne s’est plus adressé à son peuple depuis plusieurs années, ce qui ne l’a pas empêché d’être réélu en avril 2014, tout juste un an après sa longue hospitalisation en France pour un accident vasculaire cérébral (AVC) ayant sérieusement affecté ses facultés de mouvement et de parole.

 

2004 : La Moudawana ou Code du statut personnel marocain est le droit de la famille marocain codifié en 1958 sous le règne du roi Mohammed V. Ce code a été amendé une première fois en 1993 par Hassan II, puis révisé en février 2004 par le Parlement marocain et promulgué par le roi Mohammed VI le 10 octobre 2004. Cette dernière révision améliore entre autres les droits des femmes.

18 mai 2005 : Le roi a fait de la pauvreté l’une des préoccupations majeures de son règne, en lançant l’Initiative nationale pour le développement humain (INDH) le 18 mai 2005. l’objectif de l’INDH est d’améliorer l’ensemble des paramètres de l’indice de développement humain
2007 : TGV, signature du premier protocole d’accord;

2010 : signature du contrat définitif du projet ; 2010 : commande des rames le 10 décembre 2010 au fournisseur Alstom ;

2011 : fin des études d’avant projet et validation du tracé définitif,

le 29/09/2011 coup d’envoi des travaux d’infrastructure;

2017 : fin des travaux et tests ;

2018 : mise en service : la durée du trajet Tanger-Casablanca 2h1014;

2020 : construction de la deuxième section Kénitra-Casablanca : la durée de trajet Tanger-Casablanca passe à 1h30

2012 : inauguration du site de l’usine Renault-Nissan de Tanger.

 

 

2013 début  du projet  centrale solaire Noor une des plus grandes centrales solaires au monde.

 

29 Mars 2014: SA MAJESTE LE ROI MOHAMED VI que DIEU le glorifie, a procédé à l’inauguration de TANGER MED PORT CENTER, nouveau centre intermodal, et au lancement de la Nouvelle Zone Export du Complexe Portuaire Tanger Med.
2017 : le Maroc fait son retour au sein de l’organisation panafricaine.

 

2017 : l’adhésion du Maroc à la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (Cedeao) sera concrétisée lors du sommet de l’organisation qui se tiendra le 16 décembre prochain à Lomé, au Togo.

 

 

About Mohammed Gherrabi

Check Also

Khalid Chafaqui

Maroc / journée d’étude au parlement: thème révision de l’article 2 de la loi 39-08

La société civile experte est déterminée à assainir le climat des affaires au Maroc et …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>