Home / Business / Chronique : Kemi Seba, l’heure de vérité.

Chronique : Kemi Seba, l’heure de vérité.

1 - Copie

Le printemps arabe a mis les peuples à genoux et les pays touchés sont encore plus sous la domination étrangère qu’auparavant. Quant aux matières premières, elles se négocient au plus bas par ces traîtres bien choisis. Le KO finit par se généraliser et ne cesse de s’intensifier.

A l’heure actuelle, l’Afrique francophone bouillonne et les symptômes sont similaires à ce printemps désenchanté.
Une jeunesse de plus en plus conscientisée s’organise pour défier leurs dirigeants trop faiblards et inconditionnellement soumis à la France. L’ennemi est identifié et il se sent menacé.

Kemi Seba est la caisse de résonnance de cette jeunesse africaine qui n’en peut plus de subir cette domination, et la monnaie du Franc CFA est son Cheval de bataille. Il se veut être le leader des damnés de la terre, une version 2.0 d’un mélange de : Thomas Sankara, Mouammar Khadafi avec le punch des débuts de Malcolm X.

Mais depuis que notre panafricaniste a brûlé volontairement le billet de 5000 Franc CFA, la foudre des puissants lui est tombée dessus. Pari réussi : le débat sur la question du Franc CFA est lancé mais Paris n’est pas contente. Alors notre courageux passe à la case prison : 1er avertissement.

Et là, les événements s’emballent, les leaders des différentes oppositions des régimes africains et la jeunesse, très active sur les réseaux sociaux, s’unissent autour de l’incarcération de Kemi. La pression est telle qu’au bout de 5 jours, notre leader est relaxé par la justice sénégalaise et relâché.

Par ce geste symbolique qu’il assimile à celui de Nelson Mandela qui avait brûlé son passeport sud-africain pour protester contre l’apartheid, Kémi Séba dit «vouloir dénoncer l’asservissement des Etats ouest-africains par la France». Selon lui, en continuant à se servir du franc CFA comme monnaie, les pays africains demeureront à voir leur économie pillée par la France.

La case prison a créé une nouvelle dynamique et une légitimité à Kemi Seba pour endosser le costume du nouveau leader incontesté africain. Son discours se durcit, il dénonce l’atrocité des conditions des prisonniers au Sénégal et le président Macky Sall est malmené. Kemi l’accuse de jouer “son rôle de noir” de l’intérieur à merveille.

A Lire aussi  Bénin: Les Urgentistes de Kemi Seba au secours de familles précarisées de Cotonou

Dès lors, une manifestation anti CFA est annoncée pour le 16 septembre. Ce rassemblement se veut être une démonstration de force du peuple face aux oligarchies.

Et c’en est trop pour les autorités sénégalaises et notre Kemi Seba se voit être déporté en France : 2ème avertissement !
Un choix politique désastreux qui ne fait que mettre dans une position, oh combien délicate, le Président sénégalais : une mort politique en perspective.

Ceux qui avaient certaines réticences au sujet de Kemi Seba se sont ralliés à sa cause après cette expulsion.

De Paris, via des médias alternatifs, le leader des Damnés de la terre motivent ses troupes pour ce fameux 16 septembre qui sera vraisemblablement un grand tournant de ce combat contre cette monnaie du CFA.

Néanmoins, des questions restent en suspens. Qu’est ce qui s’est réellement passé lors de ses jours de détention en prison : Kemi Seba a sûrement eu de la visite, et des discussions ont-elles eu lieu et avec qui ? Et qu’en est-il des longues heures d’interpellations dans l’aéroport de Dakar ? Et pendant la durée de son vol ?

Bref, Kemi Seba a t’il les reins, le cœur, la poche et la tête solide pour ce combat contre Goliath ?

A t’il su créer un noyau solide sans traitre autour de lui ? En somme, n’est-il pas en avance au rendez-vous avec l’histoire ?

Il lui faudra être sage, et s’il y a une révolution, le peuple en pâtira (mieux vaut la dictature du fer que l’anarchie de l’or. Proverbe germanique)

Est-il capable d’assumer et d’avoir du sang sur les mains?
Sachez que le camp adverse est prêt à toutes les manigances machiavéliques (et l’histoire ne cesse de le prouver) pour continuer de puiser les ressources des sols africains. Cela dépend aussi de leur survie.

Et, quand on a l’intention de retirer le repas du lion, il faut s’attendre à subir ses griffes et ses dents.

By: Thami Kamil
Écrivain

About Mohammed Gherrabi

Check Also

(VIDÉO) FCFA / Mohamed Konare traîne la France devant la cour européenne des droits de l’homme

L’indépendance des pays africains, soit. Mais pour les maintenir dans les fers de la dépendance, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *