Home / COOPÉRATION / Cherkaoui Roudani : Le retour institutionnel du Maroc à l’Union Africaine tournera une page et écrira une autre plus ambitieuse pour tout le continent…

Cherkaoui Roudani : Le retour institutionnel du Maroc à l’Union Africaine tournera une page et écrira une autre plus ambitieuse pour tout le continent…

1

L’Ambassade du Royaume du Maroc à Bamako, en partenariat de la Fondation Balazan pour la Gouvernance et la Stabilité, a organisé le 3 décembre 2016, à l’Hôtel Radisson Blu à Bamako, une journée de réflexion sur les enjeux et les défis du retour du Maroc au sein de l’institutionnel panafricain, l’Union Africaine. Cette conférence-débat s’est fixé comme thème autour d’un thème d’actualité africaine : Maroc-Union Africaine, les enjeux du retour d’un acteur stratégique. Une rencontre très importante qui a rassemblée plusieurs hommes et femmes politique de ce pays, avec lequel le Royaume du Maroc entretient des relations stratégiques.  Il est à noter que cette rencontre coïncide avec la commémoration du centenaire du Président Modibo Keita. L’objectif, de cette journée de réflexion est de cerner tous les contours et les impacts du retour d’un acteur stratégique, qui est le Maroc, au sein des institutions de l’Union Africaine.

Cette journée a connu la participation de l’ancien Président de la République du Mali par intérim Dioncounda Traoré ainsi que plusieurs membres du gouvernement à l’image du ministre des Maliens de l’étranger Abdermane Sylla, le Ministre des affaires religieuses, Thierno HAss Diallo, le ministre de l’Artisanat et du Tourisme, Nina Wallet Intallou. La rencontre qui s’est déroulé au sein de l’Hotel Rabinson Blu a connu aussi la participation du coté marocain outre l’Ambassadeur de Sa Majesté Hassan Naciri, les deux experts marocains de l’Afrique Messieurs Cherkaoui Roudani et Khalid Chegraoui. Lors de son intervention le Président Doincounda Traoré a mis l’accent sur le rôle qu’a joué Feu Mohammed VI dans la mise en place de l’Organisation de l’Unité africaine. Outre le refus de la balkanisation que connu le continent, l’ancien président n’a pas hésité de souligner l’importance du Royaume du Maroc dans le développement de l’Afrique. Dans ce contexte, il a signalé, que le continent a besoin du Maroc, se son expertise, de son savoir faire ainsi que son leadership dans beaucoup de domaine.

3

 

De son coté, l’Ambassadeur de Sa Majesté le Roi Mohamed VI à Bamako Hassan Naciri, a rappelé le rôle qu’a joué Feu Mohamed VI avec le Président Modibo Keita, Sekou Touré, Nkuramah ainsi que Jamal Abdel Nasser dans l’unité africaine. Monsieur l’Ambassadeur a rappelé que « Trente deux ans après son retrait de l’Organisation de l’Unité Africaine, le Maroc a annoncé, le 17 juillet 2016, sa volonté de reprendre« sa place naturelle» au sein de l’organisation continentale. Si Feu Le Roi Hassan II annonçait le retrait du Maroc de l’OUA en attendant «…des jours plus sages… », Sa Majesté le Roi Mohammed VI estime que ces jours plus sages sont arrivés. Monsieur Hassan Naciri a rappelé le discours de Sa Majesté à Kigali en citant : « On ne peut changer la géographie. On ne peut pas se soustraire au poids de l’histoire. C’est ce qui milite pour que le Maroc ne demeure pas en dehors de sa famille institutionnelle et puisse retrouver sa place légitime et naturelle au sein de l’Union Africaine ». En ajoutant que « Certes, le Maroc trouve un intérêt politique, diplomatique et économique à réintégrer l’organisation panafricaine, tout comme l’Union Africaine peut et doit se réjouir du retour de cet ancien et futur nouveau membre, de cet acteur stratégique qui possède de nombreux atouts, a soutenu Hassan Naciri. Lors de son intervention Monsieur Cherkaoui Roudani, a mis en exergue le rôle du Maroc et du Mali dans la genèse de l’intégration africaine. Ainsi, il a rappelé le rôle qu’a joué Modibo Keita auprès du Feu Mohamed V ainsi que Feu Hassan II dans l’organisation de l’Unité africaine.

L’histoire de toute construction nécessite une vision, un commencement, mais aussi le courage pour faire face aux aléas qu’entoure le changement. La construction du continent africain post-colonialisme n’a pas été une tâche facile, c’est l’œuvre des nations qui ont sacrifiées parfois leurs destins au détriment d’un projet commun, fédérateur de toute une génération assoiffée, dans le temps et aujourd’hui encore, par le changement, a soutenu Cherkaoui Roudani. Ce dernier a rappelé la chronologie de l’organisation de la Conférence de Casablanca ainsi que celle d’Adis- Abbéba en signalant les difficultés et les convulsions qu’a connu le chemin du deux conférences ainsi que le rôle qu’a été joué par le Maroc et le Mali dans l’élaboration de ses deux projets. En rajoutant « C’est pour ce continent unifié, solidaire et émancipé que Feu Mohammed V prit l’initiative en 1957 d’organiser la première conférence des Chefs d’Etats des pays africains indépendants à Accra, puis il ne ménagea aucun effort vers une organisation émancipée et fondatrice de l’intégration africaine. C’est le 4 et le 7 janvier 1961 à Casablanca, et sur invitation du Feu Sa Majesté le Roi Mohammed V, que fut la première grande réunion des Chefs d’Etats africains avec une participation brillante du Feu Modibo Keita » La genèse de l’intégration africaine, n’a pas été une tache facile comme imaginait certains, Pour construire l’Afrique, le contient doit être entendu et ses besoins doivent être soutenus, a rappelé Cherkaoui Roudani. Entre le passé et aujourd’hui ainsi qu’une conception responsable du futur le Royaume du Maroc a toujours été un catalyseur de la construction d’une unité africaine pérenne et solidaire a mis en accent Cherkaoui Roudani. Dans ce sens, il a rappelé toutes les étapes ainsi que les vicissitudes de la construction africaine. Dans ce sens, l’internationalisation des problèmes du continent est une étape nécessaire pour faire savoir les maux et les problèmes dans lesquelles s’engloutissent plusieurs pays, a bien élucidé Cherkaoui Roudani. C’est dans ce sens, a rajouté Monsieur Roudani, que le Royaume du Maroc a puisé dans ces tractations pour que que l’organisation de la Cop22 soit une occasion pour faire entendre les difficultés auxquelles fait face le continent. Le Sommet Africain pour l’Action ainsi que les initiatives louables de Sa Majesté le Roi Mohammed VI dans le continent ont été dans un objectif pour donner un fort élan à l’économie africaine, d’ailleurs le méga projet de gazoduc offshore entre le Maroc et le Nigéria ainsi que les projets lancés en Ethiopie et en Tanzanie témoignent du regard visionnaire de Sa Majesté pour une Afrique unie, solidaire et entreprenante, a rappelé Cherkaoui Roudani. Dans le discours qu’a eu lors de cette journée de réflexion, Cherkaoui Roudani a soulevé les défis et les enjeux du continent au niveau sécuritaire dans lesquelles s’engloutissent plusieurs régions ainsi que le rôle que joue le Royaume dans la stabilité et la paix dans le continent. A rappeler, que le Maroc a un appui très solide de la majorité des pays africains pour faire son retour au sein des institutions de l’UA. Plusieurs observateurs du continent et à l’échelle internationale considèrent que ce retour est stratégique et que le Maroc apportera, sans aucun doute, des outils et un savoir faire d’une grande importance.

https://youtu.be/yLT0gBP2FIQ

About Mohammed Gherrabi

Check Also

Acte 10 /Algérie: Dixième vendredi consécutif de manifestations contre les dernières manœuvres du pouvoir

Des appels similaires continuent d’être relayés sur les réseaux sociaux. Le sentiment d’avoir obtenu de …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *