Home / POLITIQUE / Burkina/L’après Blaise Compaoré: les peulhs poussés au départ

Burkina/L’après Blaise Compaoré: les peulhs poussés au départ

Ziniaré, la ville natale du président déchu Blaise Compaoré, située à environ 37 km de ouagadougou, a été le théâtre d’une violente manifestation de colère des autochtones mossi contre les éleveurs peulhs hier mercredi 22 avril.
Ce mouvement d’humeur serait lié à un conflit inter-ethnique qui oppose éleveurs peulhs et agriculteurs mossi de ziga, un village rattaché au secteur 2 de Ziniaré. La difficile cohabitation entre ces deux groupes ethniques en zone rurale-les agriculteurs accusant les éleveurs de détruire les champs avec leurs troupeaux et les éleveurs se plaignant fréquemment de vols et de mise à mort de leurs animaux-, a atteint un niveau de tension extreme depuis quelques jours suite au vol de certains animaux, selon des témoins.
Les autochtones du village ont exigé le depart des peulhs de la localité. Un ultimatum de 3 jours leur avait été donné pour quitter le village. Et pour manifester leur colère, des barricades ont été dressées mercredi, à Ziniaré, sur la route nationale numéro 3 (Ouagadougou-Kaya), empêchant toute circulation dans les deux sens. La gendarmerie a dû user de sa force dissuasive pour venir à bout des manifestants. Le bilan selon des temoins serait de 05 blessés et de 05 personnes interpellées.
Selon les propos de Marc Tiendrébéogo prince dans la cour royale, rapportés par le quotidien Bf.com,  »il leur a été signifié qu’il n’avait pas le droit de faire déguerpir des populations. « Nous avons été estomaqués quand l’une des autorités a dit qu’au sein des agriculteurs, il y a aussi des voleurs », . Pourtant au finish, la communauté peulh a quitté le village le mercredi 22 avril 2015 en prenant le soin d’enlever les tôles des maisons, a-t-il précisé. Après avoir constaté leur départ, selon Marc Tiendrébéogo, les agriculteurs sont allés sur les lieux où ils ont constaté que les toits en chaume étaient toujours là. Ils ont décoiffé les cases et cassé les maisons, pour, a-t-il soutenu, éviter que les éleveurs ne viennent nuitamment s’y cacher pour leur faire du mal. Selon le prince de Pousg-Ziga, instruction a été donnée de ne rien brûler ».
Notons que les tentatives de conciliation entreprises par le chef de Ziga sont restées vaines. Le gouverneur de la région, le haut-commissaire de la province et le préfet de la localité ont tenté une médiation qui n’a pas marché. Pour l’heure un calme apparent règne dans la zone où la tension reste vive.

Nordsud24

About Mohammed Gherrabi

Check Also

Côte d’Ivoire / Pluie diluvienne à Abidjan :Communiqué de L’Office Nationale de la Protection Civile (ONPC)

Les averses de pluies débutées en milieu de nuit du 18 juin 2018 continueront de …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>