Home / MONDE / Burkina Faso: le projet de Constitution « limitation des mandats présidentiels »

Burkina Faso: le projet de Constitution « limitation des mandats présidentiels »

Le président burkinabé, Roch Marc Christian Kaboré
Le président burkinabé, Roch Marc Christian Kaboré
Burkina Faso, l’avant-projet de la nouvelle Constitution présenté le 27 décembre limite à deux dans le temps le nombre de mandats présidentiels que ce soit de façon continue ou discontinue. Dans ses vœux de fin d’année, Roch Marc Christian Kaboré pourrait annoncer le calendrier de la mise en place des nouvelles institutions. Il pourrait aussi préciser si la nouvelle Constitution qui ouvre les portes de la Cinquième République sera adoptée par voie référendaire ou parlementaire.

Un article spécifique, le numéro 197, stipule clairement que Roch Marc Christian Kaboré pourra certes se présenter en 2020 mais sa carrière de président du Burkina Faso s’arrêtera là. Le nombre de mandats présidentiels est limité à deux.

Chose promise, chose due:

Le président Roch Marc Christian Kaboré avait promis une nouvelle constitution lors de la campane électorale de 2015. Elle « mettra fin à la IVe République actuellement en vigueur », qui date de 1991 et avait été instaurée par le président Blaise Compaoré, arrivé au pouvoir, par un putsch en 1987, a précisé M. Ibriga.

Lire aussi:⇒Algérie : Bouteflika, Vers un 5ieme mandat

Elle c’est ELLEN JOHNSON SIRLEAFF la présidente sortante du LIBERIA. Elle a fait ses 2 mandats.Elle n’a pas modifié la constitution de son pays pour se présenter pour un troisième mandat. Elle passe tranquillement la main à GEORGES WEAH celui-là même qu’elle avait battu en 2005 au second tour. Voilà une leçon de démocratie que vient de donner celle qui fut la première femme présidente en Afrique.

Au Burkina Faso, le rapporteur général de la commission constitutionnelle, le Pr Luc Marius Ibriga, a présenté l’avant-projet de la nouvelle constitution qui doit donner naissance à un « régime semi-présidentiel » avec une limitation à deux du nombre de mandats.

Selon lui, le président ne pourra plus soumettre au peuple une question par voie de référendum pour ensuite réviser la constitution.

La nouvelle Constitution prévoit également qu’ « en cas de haute trahison, le président peut être destitué par une procédure devant la Cour constitutionnelle ».

A Lire aussi  Burkina Faso: le 13, un chiffre maudit de tout temps

D’après le Pr Ibriga, le président doit requérir l’avis de l’Assemblée nationale pour la nomination aux hautes fonctions et celui du Conseil supérieur de la magistrature.

Le président Kaboré avait promis une nouvelle constitution lors de la campagne électorale de 2015.

Cette nouvelle constition mettra fin à la IVe République actuellement en vigueur qui date de 1991, instaurée par le président Blaise Compaoré, arrivé au pouvoir, par un putsch en 1987.

Après quatre mandats successifs, M. Compaoré avait tenté de se maintenir au pouvoir et de modifier la constitution en 2013.

Cette tentative a marqué le début du soulèvement populaire, fatal à son régime le 31 octobre 2014.

About Mohammed Gherrabi

Check Also

Un épais nuage de fumée noire pendant des attaques armées dans le centre de Ouagadougou, le 2 mars 2018 au Burkina Photo Ahmed OUOBA. AFP

Burkina Faso: le terrorisme a encore frappé la terre des hommes intègres

Selon le gouvernement burkinabé, au moins huit assaillants et sept membres des forces de l’ordre …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>