Home / POLITIQUE / Boni Yayi réitère son engagement de quitter le pouvoir en 2016

Boni Yayi réitère son engagement de quitter le pouvoir en 2016

Bénin : Boni Yayi maintient son projet de révision de la Constitution.

Au Bénin, la question sur la révision de la Constitution est revenue au-devant de la scène cette semaine. Un an avant la fin de son deuxième et dernier mandat, Boni Yayi maintient toujours son projet de modification constitutionnelle.

Le chef de l’Etat du Bénin continue-t-il de caresser le rêve de briguer un troisième mandat? Il y a lieu de se poser cette question car sa famille politique Force Cauris pour un Bénin Emergent (FCBE), après un congrès extraordinaire organisé le weekend dernier, a envoyé un message clair au peuple béninois. A travers «une motion digne d’une bouffonnerie outrée dont la lecture s’est révélée un chemin de croix », selon André Dassoundo, l’idée de réviser à tout prix la loi fondamentale du Bénin sous la gouvernance Yayi Boni « a été défendue avec arguments à l’appui ».

Pourtant, la population était dans la rue le 29 octobre, puis les 10 et 11 décembre 2014 pour s’opposer à la révision de la Constitution. Cela ne fait toujours pas reculer Boni Yayi dans sa velléité de modifier la charte fondamentale du Bénin.

La Cour constitutionnelle s’est déjà opposée à la volonté du Président béninois de retoucher la constitution. Mais, certains observateurs craignent que la juridiction renverse son costume pour soutenir Yayi Boni.

Lors du congrès, la constitutionnalité de la Commission électorale nationale autonome (Cena), la constitutionnalisation de la Cour des comptes et l’imprescriptibilité des crimes économiques ont ressurgi dans la motion des FCBE comme des amendements incontournables à la loi fondamentale du pays. Mais, selon les souteneurs de Yayi Boni, l’absence de ces réformes constitutionnelles ne touchent pas aux fondamentaux de la Conférence nationale.

Malgré ces échecs répétés rencontrés par son projet, le chef de l’Etat ne veut pas reculer. En réalité, le congrès a été l’occasion de dire aux partisans du pouvoir de remettre en jeu la question de la révision.

Ce rendez-vous a servi juste de tribune officielle pour permettre à Yayi Boni de repréciser ses intentions.

About Mohammed Gherrabi

Check Also

« DONALD TRUMP ET L’AFRIQUE, LE CLASH »…A méditer !

« je n’ai pas besoin de vous harceler comme les présidents français le font disant que …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>