Home / COOPÉRATION / Belgique: Zeebruges marquage à l’encre des réfugiés

Belgique: Zeebruges marquage à l’encre des réfugiés

Zeebruges est une localité belge appartenant à la ville de Bruges, située sur la côte belge, dans la province de Flandre-Occidentale en Région flamande.

la police de Zeebruges marque les réfugiés à l'encre indélébile
la police de Zeebruges marque les réfugiés à l’encre indélébile

Des bénévoles du groupe de solidarité avec les réfugiés Amitiés sans frontières ont été particulièrement choqués de découvrir que des réfugiés ont été numérotés à l’encre indélébile par la police à Zeebruge. Raoul Hedebouw, député du PTB, demandera des explications sur cette pratique inacceptable au ministre de l’Intérieur, Jan Jambon.

Lire aussi: ⇒ La liste de Schindler, Auteur « Robert Ménard »

Une délégation d’Amitiés sans frontières, le groupe d’action et de solidarité avec les réfugiés par le PTB, a apporté ce dimanche de la nourriture, des vêtements et des couvertures aux réfugiés dans un camp de Dunkerke. Sur le chemin du retour, ils se sont arrêtés à Zeebruges, où ils ont rencontré une quinzaine de réfugiés iraniens qui dorment sur le parvis d’une église. La rencontre a particulièrement choqué la délégation d’Amitiés sans frontières, qui a découvert que ces réfugiés avaient été marqués d’un numéro sur la main à l’encre indélibile par la police de Zeebruges.

Loïc Fraiture, responsable d’Amitiés sans frontière, témoigne : « Depuis quelques temps, ce groupe d’Iraniens dort dehors sous la pluie. Ils nous ont confié que la police passe régulièrement pour les arrêter. Ils profitent de leur absence pour « confisquer » leurs sacs de couchage. Et, tant qu’à faire, ils en profitent aussi pour les numéroter comme du bétail. Ils ont tous un numéro inscrit à l’encre indélébile sur la main. »

« Quel est le but ? Les humilier, les intimider, ou les compter ? Je n’en sais rien, mais cette pratique est choquante et inacceptable », insiste Loïc Fraiture.

Raoul Hedebouw, député fédéral du PTB, exige des explications et interpellera cette semaine le ministre de l’Intérieur, Jan Jambon (N-VA), au Parlement. Raoul Hedebouw : « Personne ne souhaite d’un Calais en Belgique. Mais il semble que tout soit permis pour maintenir les réfugiés à l’écart de la côte belge, même des pratiques illégales et inhumaines : des arrestations intempestives, le fait de jeter leurs biens personnels à la poubelle et maintenant le marquage d’un numéro à l’encre indélébile par la police. Il faut que le ministre fasse cesser ces pratiques. »

Avec, Source

About Mohammed Gherrabi

Check Also

« DONALD TRUMP ET L’AFRIQUE, LE CLASH »…A méditer !

« je n’ai pas besoin de vous harceler comme les présidents français le font disant que …