Home / CULTURE / (AMRTV) a rendu un hommage sans complaisance à celui qui a été l’un des fondateurs et chefs les plus importants de l’Armée de Libération Nationale Mohamed Ajar (Saïd Bounaïlat)

(AMRTV) a rendu un hommage sans complaisance à celui qui a été l’un des fondateurs et chefs les plus importants de l’Armée de Libération Nationale Mohamed Ajar (Saïd Bounaïlat)

_DSC0167

Il est probablement l’un des derniers grands résistants encore en vie. Saïd Bounaïlat a successivement résisté à l’hégémonie française. Il a fait de la prison sous le protectorat et sous Hassan II. Le président du Conseil national des anciens résistants et anciens membres de l’Armée de libération, Mohamed Ajar, plus connu sous le nom Saïd Bounaïlat, est décédé mardi 24 octobre  2017 à Casablanca

L’Association médicale de réhabilitation des victimes de la torture (AMRTV) a rendu un hommage sans complaisance à celui qui a été l’un des fondateurs et chefs les plus importants de l’Armée de Libération Nationale Mohamed Ajar, plus connu sous le nom Saïd Bounaïlat à la Maison de l’avocat à Casablanca.

Abdelkrim El Manouzi  SG de l’Association médicale de réhabilitation des victimes de la torture (AMRTV) : La création de cette association est venue au détour d’un long trajet qui a historiquement débuté par les fameuses années de plomb. Durant cette période, qui correspond aux années 60,70 et 80, des dizaines de milliers de Marocains ont été victimes de graves violations des droits de l’Homme. À l’époque, vous le savez aussi bien que moi, une répression féroce a frappé tous ceux qui exprimaient des revendications syndicales, politiques ou associatives. Cette répression a engendré des cas de torture horrible qui ont eu des conséquences physiques et morales énormes sur les victimes. Nous, les médecins de ce pays, ne pouvions pas rester indifférents face à cette situation. Déjà, au milieu de ces années, un noyau dur de médecins volontaires et bénévoles dont je faisais partie agissait clandestinement en faveur de ces victimes pour les prendre en charge d’une manière informelle.

_DSC0136

Bounaïlat, Nationaliste, militant et résistants’est d’abord distingué comme l’un des fondateurs et chefs les plus importants de l’Armée de Libération Nationale. Actif également dans la résistance armée à Casablanca, il se lance aux côtés des Algériens lors de leur guerre contre la France. Incarcéré à plusieurs reprises sous le Protectorat, il l’est à nouveau sous le règne de Hassan II lorsqu’il devient un cadre incontournable de l’UNFP et membre actif de son bras armé. Il est condamné à mort suite à l’affaire du «complot de 1963» et livré par Franco alors qu’il était réfugié en Espagne. Une nouvelle condamnation l’attend lors du procès de Marrakech en juin 1971. Après les années de plomb, il est élu président du Conseil du Haut Commissariat aux Ancien Résistants. L’Histoire perd l’un des ses derniers grands témoins.

About Mohammed Gherrabi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *