Home / POLITIQUE / Algérie: Amar Saadani aurait été auditionné par la police française

Algérie: Amar Saadani aurait été auditionné par la police française

Mis en cause par Mondafrique pour l’achat douteux d’appartements dans des quartiers chics de Paris, le secrétaire général du FLN, Amar Saadani aurait été interrogé par des policiers français le 21 août dernier. L’information révélée dans un communiqué signé par des députés, des sénateurs et des membres du comité central du FLN dont l’ancien secrétaire général Abdelaziz Belkhadem, a été rendue publique par le quotidien Al-Fajr et reprise par le journal « Algérie patriotique » lié au DRS (services secrets algériens). Une plainte avait par ailleurs été déposée en France contre Amar Saadani en avril dernier par un ex candidat aux élections présidentielles algériennes, Rachid Nekkaz.

Aux yeux des Algériens, le parti du FLN, artisan du déclenchement de la guerre de libération en 1954, représente un symbole sacré qui ne mérite pas le sort que lui réserve aujourd’hui son actuel secrétaire général, « un arriviste parachuté » aux yeux de la vieille garde.

Selon le communiqué des partisans d’Abdelaziz Belkhadem, l’ancien secrétaire général du FLN et grand rival de Saadani, ce dernier a été auditionné le 21 août durant 4 heures dans un poste de police à Paris alors qu’il savourait des vacances loin du tumulte d’Alger. Violemment secoué par la convocation de police, Saadani a vite pris attache avec Alger pour que lui soit dictée la conduite à tenir. Selon des proches, il craignait qu’il s’agisse d’un coup monté par un clan hostile au niveau du pouvoir. Il commençait à se remémorer l’épisode du général Khaled Nezzar en 2001 lorsqu’une plainte avait été déposée contre lui pour crimes contre l’humanité de la part d’anciens détenus des camps du Sud.

Une plainte contre Saadani

D’autres sources indiquent que Amar Saadani a fait quelques va-et-vient entre paris et Alger avant de se rendre au commissariat de police qui devait l’auditionner. Ayant reçu des assurances au plus haut niveau de l’Etat, le secrétaire général du FLN a fini par se rendre à la police française qui l’a auditionné sur PV comme n’importe quel citoyen. Sans lui accorder le moindre privilège.

Selon des sources généralement bien informées, l’audition d’Amar Saadani est la suite logique d’une plainte déposée par l’ex-candidat à la présidentielle algérienne du mois d’avril dernier, Rachid Nekkaz qui avait défrayé la chronique en renonçant à la nationalité française pour pouvoir prétendre au palais d’El-Mouradia.

Rappelons, que Rachid Nekkaz avait déposé plainte contre Amar Saadani en qualité de citoyen après avoir pris connaissance des révélations faites par Mondafrique sur les biens immobiliers du secrétaire général du FLN à Paris dans des quartiers huppés. Il avait mené de son côté des investigations qui lui ont permis de mettre la main sur les statuts du Société Civile Immobilière dont les actionnaires sont Saadani, ses sept enfants et son épouse. Une société évoquée par Mondafrique dans ses premières articles consacrés au sujet. Afin d’étouffer l’affaire, Saadani avait déposé plainte contre Mondafrique pour « diffamation et dénonciation mensongère ». Une plainte dont il savait qu’elle mettrait du temps avant d’être programmée en audience. Suffisamment pour faire oublier le scandale avant de finalement retirer la plainte en catimini dans un peu plus d’un an. Une stratégie de l’oubli mise à terre par la plainte de Rachid Nekkaz.

L’audition d’Amar Saadani par la police français connaîtra, à coup sûr, de nouveaux rebondissements, dans les prochains jours. Reste à savoir quelle sera l’attitude de la présidence algérienne qui a fait d’Amar Saadani son protégé. Continuera-t-elle à fermer les yeux sur un scandale qui a éclaboussé le symbole le plus cher aux Algériens ?

 

 

mondafrique

About Mohammed Gherrabi

Check Also

_DSC0214

Maroc: Conférence sous le thème « l’éducation à la citoyenneté… »

Conférence sous le thème « l’éducation à la citoyenneté… » organisée par l’Association de protection de la …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>