Home / CULTURE / Algérie / UE: La journaliste Layla Haddad qui a diffusé jeudi une vidéo critique envers le pouvoir en place en Algérie, a été agressée à Bruxelles

Algérie / UE: La journaliste Layla Haddad qui a diffusé jeudi une vidéo critique envers le pouvoir en place en Algérie, a été agressée à Bruxelles

La journaliste Layla Haddad, qui a diffusé jeudi une vidéo critique envers le pouvoir en place en Algérie, a été agressée, ce lundi, près de son domicile à Bruxelles (Belgique).
« J’ai été victime le 4 juin 2018 au tour de 07h50 au pied de mon domicile personnel à Bruxelles, d’une agression verbale et physique par deux individus de type maghrébins », a annoncé Layla Haddad sur sa page Facebook. 
L’ancienne correspondante de l’Entv à la capitale européenne a précisé qu’« une enquête sera diligentée afin d’en déterminer les circonstances et les motivations de cet acte odieux et lâche contre ma personne ». Layla Haddad a qualifié l’agression de « tentative d’intimidation » qui ne  peut ébranler sa détermination.
La journaliste a diffusé jeudi, depuis le siège du Parlement européen, un message vidéo adressé au président Abdelaziz Bouteflika où elle lui dit, entre autres : «  Les barons du régime, dont fait partie votre propre frère, ce sont arrogés le droit de disposer de vous. Ne les laissez plus vous soustraire à votre humanité… »…

La journaliste note dans son communiqué qu’elle ne cèdera pas aux intimidations et que son agression ne fera que renforcer sa détermination à dénoncer les dérives du régime.

«Ma détermination à porter haut et fort mon message de citoyenne algérienne ne sera nullement ébranlée par cette tentative d’intimidation que je condamne fermement!», ajoute-t-elle.

La vidéo, qui a enregistré plus de 5, 3 millions de vues sur Facebook, a engendré une vive tension entre l’Algérie et l’UE.

La journaliste avait diffusé, jeudi dernier, une vidéo qu’elle a enregistrée sur les plateaux du Parlement européen dans laquelle elle critique sévèrement le régime de son pays.

«La dignité de tout un peuple est bafouée. Les Algériens sont devenus l’objet de risée du monde. Leur dignité a succombé à leur propre humanité pour ne former qu’une montagne de honte», avait affirmé la journaliste algérienne dénonçant une prise en otage de son pays par les «barons du régime».

Déstabilisées par cette sortie inattendue d’une citoyenne algérienne au cœur de la capitale de l’Europe, les autorités algériennes ont publié un communiqué dans lequel ils dénoncent cette « manœuvre » comme étant un acte de «subversion» et de « sédition » de la part de la journaliste, notant qu’elle a mis « servilement sa voix et sa plume mercenaires au service de puissances étrangères hostiles à l’Algérie ».

Dimanche, le ministère algérien des affaires étrangères a convoqué l’ambassadeur de l’Union européenne à Alger pour lui demander des explications et des mesures à l’encontre de la journaliste.

A Lire aussi  Algérie / 5eme mandat de Bouteflika: le scénario chaotique prédit par un média Britannique influent

Ce dernier a répondu dans un tweet que l’action de la journaliste relevait de la liberté d’expression et des médias.

«Nous avons souligné aux autorités algériennes que les journalistes accrédités auprès des institutions européennes ne parlent pas au nom des institutions mais en leur propre nom, en ligne avec les principes de liberté d’expression et liberté des médias», a tweeté le chef de la mission de l’UE à Alger John O’Rourke.

Cette réponse a attisé la colère d’Alger qui parle déjà d’une crise diplomatique avec l’Union européenne.

About Mohammed Gherrabi

Check Also

Algérie / Kabylie: le passé noir de Kamel Feniche le nouveau président du Conseil constitutionnel à Béjaïa (témoignage)

En effet, Aissa Arab, l’un des détenus du mouvement du 19 mai 1981, a livré …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *