Home / MONDE / Algérie: Le Président Bouteflika est mort, son évacuation en Suisse ne le ramènera pas à la vie…

Algérie: Le Président Bouteflika est mort, son évacuation en Suisse ne le ramènera pas à la vie…

2

C’est finalement en Algérie, dans sa villa médicalisée de Zéralda que le Président de la République Abdelaziz Bouteflika rendra son dernier soupir. Il serait en état de mort cérébrale si l’on croit les différents fuiteurs de sa sphère privée ou certains médecins algériens qui secondent l’équipe médicale constituée de plusieurs spécialistes suisses et français notamment. Autrement dit Abdelaziz Bouteflika est en stade de coma dépassé, son cerveau ne fonctionne plus et n’est plus capable de respirer tout seul. En terme médical plus précis, le Président est cliniquement mort mais respire artificiellement.

SAID BOUTEFLIKA N’Y PEUT PLUS RIEN

Selon nos sources, l’équipe médicale aurait dissuadé Saïd Bouteflika de faire évacuer son frère en Suisse car « Cela ne servirait plus à rien et surtout pas à le ramener à la vie », affirmeront ses médecins. Said Boutefika souffrant lui-même de deux cancers, du rein et du pancréas, ne peut donc plus rien faire pour faire croire aux algériens que le Président est très alacre. Il est clair désormais de parler déjà au passé du Président de la République Abdelaziz Bouteflika qui n’est plus capable de respirer tout seul. Il faut le faire respirer artificiellement pour faire fonctionner son corps. Il est en somme dans la même situation de l’ancien 1erministre israélien, Ariel Sharon, qui a été déclaré en état végétatif chronique », et maintenu en vie à l’aide d’une assistance technologique pour respecter les enseignements du Talmud. Dans la religion juive, un mort cérébral ne doit être déclaré mort que quand le sang s’arrête d’irriguer ses organes vitaux, c’est à dire tant que la respiration artificielle ne fait pas défaut.

L’ABSENCE D’ACTIVITÉ CÉRÉBRALE SIGNIFIE EN FAIT LA MORT DE L’INDIVIDU

Contacté par nos soins, un spécialiste suisse de soins intensifs aux HUG à Genève, nous éclaire sur ce que signifie une « mort cérébrale » et si la mort était à échelle variable. Il explique: « Il y a deux définitions de la mort. La première, la plus traditionnelle, est d’origine cardiaque, lorsque le pouls ne bat plus. La seconde, est la mort cérébrale, aussi appelée « coma profond », lorsque, suite à un traumatisme, le cerveau est détruit. A l’instar des réflexes et de la respiration, il ne fonctionne plus, parce qu’il n’est plus perfusé. L’individu est alors artificiellement maintenu en vie grâce à des moyens mécaniques et médicaux (maintien de la respiration et de la pression artérielle). Par contre, les organes sont encore fonctionnels. Mais l’absence d’activité cérébrale signifie en fait la mort de l’individu »…… Lire: ⇒ La suite

About Mohammed Gherrabi

Check Also

Maroc / Séminaire International: Jeunesse, Émigration Irrégulière et Développement

Sous le thème « Jeunesse, Émigration Irrégulière et Développement », le Ministère de la Jeunesse …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>