Home / COOPÉRATION / Algérie: Le procès de Salim Yezza militant pacifiste aura lieu ce mardi

Algérie: Le procès de Salim Yezza militant pacifiste aura lieu ce mardi

Il rentrait au pays assister aux obsèques de son père, très éprouvé par ce décès. Salim Yezza a été cueilli par la police algérienne sur le chemin du retour.

Il se trouve actuellement à la prison de Taghardayt où il va être jugé ce mardi. 

Il rentrait au pays assister aux obsèques de son père, très éprouvé par ce décès. Salim Yezza a été cueilli par la police algérienne sur le chemin du retour. Figure du mouvement populaire de Tkout, dans le masif des Aurès, en 2004, ce militant de la liberté, de la démocratie, de la justice sociale et du pluralisme culturel avait finalement été contraint à l’exil en France, en 2011, pour échapper à la répression. Il a été interpellé à Biskra, alors qu’il rentrait à Paris, sur la base d’un mandat d’arrêt daté du 10 juillet et délivré par le procureur de Ghardaïa qui demande son arrestation pour « incitation à la violence ».

A lire:⇒ Un génocide à huis clos programmé contre les Mozabites

Durant son bref séjour en Algérie, Salim Yezza n’a pourtant pas mis les pieds dans cette région… Alors, que reproche-t-on à ce militant pacifiste ? Il avait publiquement exprimé sa solidarité avec la communauté mozabite, en 2014 et 2015, au moment où le pouvoir algérien soufflait sur les braises de violences communautaires meurtrières dans la région de Ghardaïa. Il a participé activement à la campagne pour la libération du docteur Kamel Eddine Fekhar, un médecin, défenseur des droits humains, ancien militant du Front des forces socialistes (FFS) emprisonné durant deux ans à la suite de ces événements. Sans relâche, Salim Yezza s’élève contre l’arbitraire et la répression qui continue de frapper les militants d’une autre Algérie. Il est à son tour pris dans les filets d’un système prompt à bâillonner, à quelques mois d’une élection présidentielle opaque et verrouillée, toute voix de dissidence.

Son interpellation et sa mise en détention provisoire scandaleuses auraient été exécutées suite à un mandat d’arrêt du 10 juillet 2018, délivré par le procureur de Ghardaïa pour incitation à la violence (sic). On lui reprocherait sa dénonciation, sur une chaîne de télévision française, des injustices qui s’abattaient sur Tagherdayt en 2014 et sa solidarité avec le peuple Mzab.

L’Anavad appelle les organisations humanitaires internationales à prendre la défense d’un homme victime d’un délit d’opinion.

Avec ce qui vient d’arriver à Salim Yezza dont le seul tort est d’être un homme pacifique qui écoute son cœur, on devine largement le sort que ce pouvoir criminel réserverait au président du Gouvernement provisoire Kabyle s’il venait à rentrer chez lui. On comprend aussi à quoi veulent en venir tous les ennemis de l’indépendance de la Kabylie quand ils lui demandent de rentrer au pays pour y militer sur le « terrain » (sic).

A Lire aussi  Dans une émission, des penseurs algériens n'ont pas cessé de marteler le « septuagénaires » ministre algérien

About Mohammed Gherrabi

Check Also

La presse algérienne est sous le choc, suite la grande victoire du Maroc,la signature de l’accord agricole entre l’UE et le Maroc

Pas moins de six articles par jour est la moyenne de production dédiée au thème …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *