Home / POLITIQUE / Algérie: Le DRS revient en force à la Présidence el Mouradia

Algérie: Le DRS revient en force à la Présidence el Mouradia

 : le général Bachir Tartag, un protégé du général Toufik, nommé conseiller

Le “bombardier” est de retour : il a été mis à la retraite et éjecté du DRS, mais il signe son retour à la Présidence ! Un général du DRS nommé à la Présidence. Qui a dit que le DRS est fini et son influence sur la vie politique et économique appartient au passé ? Tartag surveillera Bouteflika ou Toufik ? 

 

Un général qui en remplace un autre ? La situation est en réalité plus complexe. Le général Tartag a dirigé entre 2011 et 2014 la fameuse Direction de la sécurité intérieure (DSI, une division  chargée des écoutes téléphoniques, des volets contre-espionnage et de la lutte contre la subversion, considérée pendant longtemps comme la colonne vertébrale du DRS avant que le service de renseignement algérien ne soit restructuré à la lumière des manœuvres opérées au cours de cette année.  Écarté et mis à la retraite, beaucoup ont cru que le général Tartag était fini et que personne n’entendrait plus parler de lui. Il aura suffi de quelques mois pour que ce personnage sombre, mais ô combien influent, retrouve les lumières. Et contrairement à ce que raconte une certaine propagande médiatique relayée par quelques organes de la presse algérienne, le général Bachir Tartag entretient toujours une relation intime avec le patron du DRS, l’inamovible général Toufik.

“Ils sont amis et se fréquentent depuis de longues années. Ils ont été formés ensemble. Il est complètement mensonger d’affirmer que le général Tartag aurait été choisi par la Présidence pour surveiller et traquer Toufik.  Bachir Tartag ne trahira jamais Toufik”, nous révèle une source sécuritaire qui connait très bien ces deux personnalités.  La nomination de Tartag à la Présidence signifie donc, certifient de nombreuses sources concordantes, le retour en force du DRS. D’autant plus que cette nomination aurait été approuvée et suggérée aussi par Ahmed Gaïd Salah, Chef d’état-major de l’ANP. Ce dernier, hostile pendant longtemps à l‘influence exercée par le DRS sur la vie politique et économique du pays, serait revenu à de meilleurs sentiments vers le général Toufik et son entourage.

Les rapports de force au sein du régime algérien continuent d’évoluer dans le sens d’un apaisement de cette guerre de clan qui a ébranlé le sommet du sérail lors des mois qui précédèrent la candidature de Bouteflika à un 4e mandat.  Le DRS, restructuré et rajeuni, escalade à nouveau le sommet du pouvoir pour s’imposer comme un acteur clé. “Même quand on est un retraité du DRS, on demeure toujours un officier du DRS”, insistent et persistent nos sources.  L’arrivée du Général Tartag à la Présidence illustre bel et bien la force de frappe des décideurs du service de renseignement algérien, lesquels sont capables de revenir en haut de l’échelle en dépit de toutes les obstacles dressés à leur encontre. La chronique de la mort politique du DRS n’est au final qu’un leurre pour tromper les algériens.

algerie-focus

 

Rendez-vous demain pour:

 la nomination du général major Bachir Tartag comme conseiller auprès de Bouteflika. Vous connaîtrez qui est Othmane Tartag ( son enfance à El-Eulma, ses études supérieures, son engagement dans l’armée et son parcours détaillé dans les structures de la SM depuis 1975 avec les différentes fonctions occupées). Vous saurez comment Bouteflika avait demandé sa tête en 1999, comment le général Tewfik l’avait protégé, quel était son rôle dans la lutte antiterroriste et les opérations de représailles qu’il avait organisées, comment il avait réussi à libérer le couple enlevé au consulat de France à Alger en 1994 et comment il avait arrêté le commandant de la marine qui avait posé une bombe au mess des officiers du MDN en 1994. Vous saurez aussi comment Saïd Bouteflika a réussi à le récupérer et ce qu’il compte faire de lui.

About Mohammed Gherrabi

Check Also

Soudan du Sud, Le délirant train de vie de Munuki Salva Kiir le fils du président Sud-Soudan. Teodorín (Bis)

Famine Le Soudan du Sud, indépendant depuis 2011, est en proie à d’intenses combats depuis …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *