Home / COOPÉRATION / Algérie: le calvaire des migrants Africains… (Vidéos)

Algérie: le calvaire des migrants Africains… (Vidéos)

La question qui se pose:  pourquoi l’Algérie accueille depuis 42 ans sur son sol les milices et les mercenaires du polisario qui circulent partout dans le monde avec un passeport algérien des voyages payés par le contribuable des algériens en même temps elle maltraite sur son sol des frères migrants venus de pays africains. 

“Nous appartenons à un même continent. Dire : “dehors les Africains”, ça n’a pas de sens.”

L’Algérie passe à l’acte la note émanant du directeur des transports en Algérie d’interdisant aux migrants subsahariens d’emprunter les transports en commun. La note en question stipule que les transporteurs de voyageurs terrestres sont sommés de ne pas embarquer dans leur(s) véhicule(s), des migrants clandestins subsahariens sous peine d’un retrait définitif de leur permis de conduire !

Lire aussi: ⇒ Afrique: L’Algérie vient d’interdire aux migrants subsahariens de prendre les transports en commun

Lire aussi: ⇒ Maroc: lancement de la deuxième phase de régularisation des migrants en situation irrégulière

Dans cette affaire, il semble bien que le gouvernement algérien agît ici avec l’assurance de l’impunité démontrant à maintes occasions son mépris des migrants et réfugiés en provenance d’Afrique subsaharienne. C’est bien le croissant rouge algérien (un organisme parapublic) qui apporte sa caution humanitaire dans les expulsions à grande échelle menées sans respect des droits des personnes et dans des conditions inhumaines. C’est bien une directive du ministère des transports (vite retirée) qui voulait interdire aux chauffeurs de bus et de taxis le transport des « migrants illégaux » sous peine de sanctions. C’est bien le directeur de cabinet de la présidence (l’actuel Premier ministre Ahmed Ouyahia) qui accusait publiquement en juillet 2017 les migrants d’être « une source de criminalité, de drogue et de plusieurs autres fléaux » en Algérie. Alors que le ministère des Affaires étrangères les qualifiait de « menace pour la sécurité nationale ». Enfin, c’est bien Farouk Ksentini, un avocat qui présidait la Commission Nationale Consultative de Promotion et de Protection des Droits de l’Homme (CNCPPDH), un organisme dépendant directement de la présidence de la république et qui a été nommé par le premier magistrat du pays qui déclarait le 5 décembre 2016 : « l’expansion de ces migrants africains dans plusieurs communes d’Alger” peut “causer de nombreux problèmes aux Algériens”. Il a exhorté les autorités à “prendre rapidement les mesures nécessaires” pour rapatrier ces réfugiés, sachant que “certains d’entre eux se sont spécialisés dans le vol, la fraude et la sorcellerie”. Il a rajouté que les Algériens sont exposés “à la propagation du Sida et des maladies sexuellement transmissibles (MST)” avec la présence des migrants sub-sahariens. Mais Farouk Ksentini est allé encore plus loin, “estimant que ces maladies sont ordinaires à leurs yeux”

A Lire aussi  [Vidéo: Partie 3]/Investigation : La vulnérabilité des réfugiés au Maroc, un péril à la solde du HCR/Favoritisme

Une vidéo qui raconte le calvaire des migrants en Algérie:⇓

About Mohammed Gherrabi

Check Also

Football /Algérie: CABBA– MCA match gâchée par le hooliganisme

Plusieurs joueurs et supporters du MC Alger ont été blessés après le match contre Bordj …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *