Home / COOPÉRATION / Algérie: L’armée algérienne menace, Washington exprime son soutien au peuple algérien

Algérie: L’armée algérienne menace, Washington exprime son soutien au peuple algérien

Robert Palladino, le porte-parole de la diplomatie américaine
L’armée vient a adressé une sévère mise en garde contre ceux qui, selon elle, veulent déstabiliser le pays. Les États-Unis, quant à eux, ont déclaré «soutenir le peuple algérien et son droit à manifester pacifiquement ».

Alors que plusieurs milliers d’étudiants ont encore défilé mardi contre la candidature du président Bouteflika à un 5e mandat, l’armée a adressé une sévère mise en garde contre ceux qui, selon elle, veulent déstabiliser le pays. Les États-Unis, quant à eux, ont déclaré « soutenir le peuple algérien et son droit à manifester pacifiquement ».

Les États-Unis ont appelé mardi l’Algérie à respecter le droit de manifester, alors que des milliers d’Algériens protestent depuis plusieurs jours contre la cinquième candidature du président Abdelaziz Bouteflika, rapporte l’agence AFP.

Le porte-parole de la diplomatie américaine Robert Palladino a appelé, hier mardi 5 mars, au respect du droit de manifester en Algérie, où les manifestations se poursuivent contre le cinquième mandat que souhaite briguer le président sortant Abdelaziz Bouteflika.

« Nous observons ces manifestations en Algérie et nous allons continuer à le faire », a déclaré à la presse le porte-parole de la diplomatie américaine Robert Palladino. « Les États-Unis soutiennent le peuple algérien et leur droit à manifester pacifiquement », a-t-il ajouté.

Il s’agit de la première réaction américaine depuis le début des marches populaires organisées quasi quotidiennement dans toutes les wilayas du pays. Washington ne s’est toutefois pas exprimé sur les motifs de ces protestations et sur la candidature du président sortant, Abdelaziz Bouteflika, au pouvoir depuis 1999.

De son côté, la Commission européenne a appelé l’Algérie à respecter « la liberté d’expression et de réunion ». « Quand on parle de manifestation, les droits de liberté d’expression et de réunion sont inscrits dans la Constitution algérienne », a déclaré Maja Kocijancic, porte-parole de la Commission européenne, lors d’un point presse à Bruxelles.

A Lire aussi  LE SAHARA: ORIENTAL OU OCCIDENTAL CELA N’A GUÈRE D’IMPORTANCE

Si la France s’est exprimée à plusieurs reprises d’une façon prudente, il s’agit de la première réaction américaine depuis le début des marches contre le 5e mandat pour Bouteflika.

Discours de Gaid Salah, « une mise en garde » de l’armée aux manifestants

« Parallèlement, l’armée a adressé une sévère mise en garde contre ceux qui, selon elle, veulent déstabiliser le pays. Le général Ahmed Gaïd Salah, chef d’état-major de l’armée, a averti que celle-ci serait la garante de la ‘’sécurité’’ et la “stabilité” face à “ceux” – qu’il ne nomme pas – qui veulent ramener l’Algérie aux années de guerre civile »

« La carotte semblant n’avoir pas fonctionné, le général Gaïd Salah a donc mardi agité le bâton », estime l’hebdomadaire sur son site, ajoutant que le chef d’état-major « a accusé la contestation d’être le fait de “certaines parties”, qu’il n’a pas nommées, “dérangées de voir l’Algérie stable et sûre” et désireuses de ramener l’Algérie aux ‘’années de braises” ». « Le général a ensuite appelé les Algériens “à s’ériger en rempart contre tout ce qui pourrait exposer l’Algérie à des menaces aux retombées imprévisibles” »

 

About Mohammed Gherrabi

Check Also

Niger: Une mission militaire américaine de haut niveau à Niamey

Cette délégation, qui comprend également le général de brigade, De Milliano, directeur-adjoint de la Stratégie …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *