Home / Business / Algérie: la Françafrique ou Protectorat à distance

Algérie: la Françafrique ou Protectorat à distance

Arrêté du 25 septembre 2015 accordant aux militaires participant à des opérations extérieures sur les territoires de la République islamique de Mauritanie, de la République du Sénégal, de la République du Mali, de la République algérienne démocratique et populaire, de la République de Côte d’Ivoire, du Burkina Faso, de la République du Niger, de la Libye, de la République du Tchad, de la République fédérale du Nigeria, de la République du Cameroun et de la République centrafricaine le bénéfice des dispositions de l’article L. 4123-4 du code de la défense…

 

 

 

 

 

 

 

Depuis l’installation d’Abdelaziz Bouteflika au pouvoir, en Avril 1999, dans les conditions abracadabrantes que l’on sait, la France conduite par Chirac d’abord, par Sarkozy ensuite et enfin par François Hollande, bénéficie ouvertement de la clause de la nation la plus favorisée.

Ces faveurs sonnantes et trébuchantes suscitent la convoitise des autres partenaires étrangers, désireux de profiter eux aussi de la manne financière de notre pays, essentiellement due au renchérissement des prix des hydrocarbures, qui constituent plus de 98% des exportations algériennes.

Une sorte de modus vivendi entre Alger et Paris, a fait que ce dernier est prié de fermer l’œil sur les dépassements du régime de Bouteflika, qui se distingue par une dérive autoritariste inquiétante et une régression dans de nombreux domaines, sans oublier une corruption généralisée, qui mine les différentes institutions de la République et des scandales financiers dans lesquels des membres influents du clan présidentiel sont directement impliqués.

En contrepartie, la France a obtenu des concessions majeures sur les plans politique, militaire, diplomatique, économique et culturel, qui en ont fait le premier partenaire de l’Algérie, temporairement détrôné par la Chine, il est vrai.

Cette forte dépendance de la France, que d’aucuns n’hésitent pas à qualifier de tutelle voire même de protectorat à distance, inquiète sérieusement le peuple algérien à qui les aventuriers du clan présidentiel ont imposé par la force et la fraude massive, leur candidat, lors de la mascarade du 17 Avril 2014, alors qu’il est manifestement dans l’incapacité physique, mentale et morale d’assumer correctement ses lourdes fonctions.

Elle nous rappelle les liens de sujétion organique, tissés après leur « indépendance », par certains pays africains avec les anciennes puissances coloniales. L’exemple du Gabon, entre autres, est régulièrement cité pour illustrer ce néo-colonialisme diplomatiquement appelé « Françafrique ». Qui va arrêter le « protectorat » de l’Algérie ?

2

 

1

 

Avec, Source

About Mohammed Gherrabi

Check Also

Photo crédit  / Vincent Bolloré © Abaca

La garde à vue du milliardaire Breton Vincent Bolloré prolongée

Les juges d’instruction tentent de savoir si le groupe Bolloré a utilisé les activités de conseil politique …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>