Home / MONDE / Afrique / RDC / Justice : il faut de la détermination contre la corruption

Afrique / RDC / Justice : il faut de la détermination contre la corruption

Tous les hommes sont égaux devant la loi, en principe. Mais on reproche souvent à la justice d’être partiale, au service des plus forts, asservie au pouvoir, à la recherche de l’argent, en RDC, en Guinée, au Niger. Mais il y a de l’espoir. Certains magistrats résistent. Ils font grève à Madagascar et au Tchad. Et au Kenya
Afrique Renouveau: Lors d’une enquête sur la corruption réalisée au Ghana il y a deux ans, plus de 8 Ghanéens sur 10 (85 %) déclaraient que les juges et les magistrats faisaient partie des fonctionnaires les plus corrompus du pays. En tête de liste arrivait la police (89 %), suivie des représentants du gouvernement (86 %). Le pouvoir judiciaire occupait la troisième place avec l’administration fiscale du Ghana. L’enquête a été réalisée par Afrobarometer, un réseau indépendant non partisan qui effectue des enquêtes d’opinion publique en Afrique. Un journaliste local, Anas Aremeyaw Anas, a démontré que ce classement était justifié. Il a dirigé une enquête secrète explosive sur la corruption au sein du pouvoir judiciaire et levé le voile sur des juges acceptant des pots-de-vin pour abandonner des poursuites ou prononcer des peines plus légères. Les découvertes de M. Anas ont été diffusées à la télévision dans un reportage de deux heures : le résultat de deux années de travail. Ce documentaire a médusé la nation. Les Ghanéens se sont indignés à la vue de juges et autres officiers de justice acceptant de l’argent ou de la nourriture, y compris une chèvre dans un cas, en échange de faveurs.

En tant qu’institution, la justice traverse une crise. Elle est depuis quelques années au centre d’une vaste problématique, au milieu de nombreuses polémiques. En témoigne les procès retentissants concernant des groupes de presse, des hommes politiques ou des syndicalistes ou les contestations de décisions rendues en matière électorale. Un sentiment de méfiance voire de suspicion anime certains justiciables à l’égard de leur justice qui fait l’objet de nombreuses critiques de la part des citoyens, des hommes politiques ou des syndicalistes (qui doutent de son indépendance), des représentants du secteur privé et des bailleurs de fonds (qui doutent de sa transparence et de son efficacité). Il est vrai que la justice telle qu’elle fonctionne n’est pas exempte de tout critique. Les magistrats eux- mêmes partagent ce sentiment de malaise et le reconnaissent volontiers. Pourtant, si le débat est si vif, c’est souvent en raison non seulement des incertitudes qui entourent un système judiciaire confronté aux nouveaux défis que lui lancent une société en transition et un monde en pleine évolution, des difficultés de toutes sortes qu’il rencontre, mais aussi de la nature ambiguë des rapports qu’il entretient avec le pouvoir politique…⇒ La suite

Lire aussi:⇒ Kenya: Il refuse 5 millions de dollars pour corruption après l’annulation des résultats présidentiels … « J’ai mon salaire, ça me suffit »

About Mohammed Gherrabi

Check Also

Afrique: « Le malheur des uns fait le bonheur des autres ! »

Des guerres qui déstabilisent le continent africain Le continent africain est le théâtre d’un nombre …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>