Home / Business / Afrique du Sud: la descente aux enfers du géant électrique sud-africain Eskom fait craindre le pire pour l’économie

Afrique du Sud: la descente aux enfers du géant électrique sud-africain Eskom fait craindre le pire pour l’économie

(Photo Crédits : Reuters)
(Photo Crédits : Reuters)
L’entreprise publique Eskom ne semble pas prête de se dégager de la zone de danger, après que l’exécutif ait jeté l’éponge pour le renflouement de son ardoise. La faillite d’Eskom se profile comme un véritable scénario catastrophe pour l’économie sud-africaine. Pour S&P Global Rating, la compagnie publique encoure un « danger réel » de se retrouver en défaut de paiement, alors que le Trésor sud-africain vient de confirmer son incapacité à remettre à flot le producteur étatique d’électricité.

Le producteur public sud-africain d’électricité, Eskom encoure selon S&P Global Ratings, un « danger réel » de se retrouver en défaut de paiement de ses dettes. « Nous sommes très préoccupés par les problèmes de liquidité que traverse Eskom » a alerté Konrad Reuss, DG de S&P pour l’Afrique subsaharienne en marge d’un événement qui s’est tenu le 17 janvier à Johannesburg.

1,6 milliard de dollar pour stopper l’hémorragie

La compagnie est très lourdement endettée et au bord du manque de liquidité. Il lui  faudrait 20 milliards de rands (environ 1,6 milliard $), d’ici fin mars, pour se maintenir. Eskom comptait sur une hausse de 19,9% du tarif d’électricité pour amorcer cette sortie de crise, mais n’a obtenu qu’une augmentation de 2,2%. Elle a reporté, en décembre dernier, la publication de ses résultats provisoires et, au cours de cette semaine, la Johannesburg Stock exchange (JSE) sur laquelle elle est listée, a averti que la négociation de ses actifs sera suspendue si ces résultats ne sont pas publiés, d’ici le 31 janvier.

Du côté de l’exécutif, le ministre des Finances Malusi Gigaba a pour rappel déclaré que la situation d’Eskom le « tenait éveillé et qu’elle était sa plus grande inquiétude ». Sa dernière tentative pour que des prêteurs du service public volent au secours du producteur d’électricité qui date du 16 janvier a par ailleurs échoué. Preuve en est, son aveu d’échec exprimé le 18 janvier où Gigaba a signifié l’incapacité du Trésor public à assurer le renflouement d’Eskom.

A Lire aussi  La Nouvelle Afrique, «L'Afrique est devenue adulte»

Eskom dans l’œil du cyclone

Bien que le ministère des Finances s’est engagé dans la foulée à prendre prochainement des mesures non précisées pour maintenir à flot Eskom. Cette évolution de la situation d’Eskom pourrait déboucher sur une suspension du négoce de la dette de l’opérateur sur la Bourse de Johannesburg. Eskom doit en plus de ses déboires financiers, faire face à une crise de gouvernance et aux retombées des accusations de malversations et collusions avec des entreprises de la nébuleuse Gupta.

Cet « avis de tempête » de S&P vient ainsi confirmer l’alerte lancée en septembre dernier par Goldman Sachs, pour qui Eskom représente « le plus gros rique » pour l’économie sud-africaine, appelant au passage le gouvernement à remplacer la direction de l’entreprise publique. Une recommandation qui ne sera suivie que le 8 décembre dernier avec la nomination d’un conseil permanent pour Eskom Holding. Il n’empêche que cette décision s’est limitée à l’ajout de deux nouveaux membres aux 7 administrateurs existants.

Avec, Source

About Mohammed Gherrabi

Check Also

Afrique du Sud: L’Apartheid change de camps, des Blancs dans la rue contre la discrimination

L’histoire de l’Apartheid Apartheid est un mot afrikaans qui veut dire développement séparé. Les lois …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *