Home / COOPÉRATION / Afrique: Analyse de la gestion de l’information stratégique par ceux qui sont censés faire partie du dispositif de riposte stratégique

Afrique: Analyse de la gestion de l’information stratégique par ceux qui sont censés faire partie du dispositif de riposte stratégique

La gestion stratégique de l’information (GSI) est une approche ou une philosophie dans la façon d’acquérir, de colliger, d’organiser, de conserver, de protéger et de communiquer l’information, que ce soit sous forme de documents ou autres contenus informationnels, dans les organisations, notamment les entreprises.

Je voudrais humblement partager mon avis sur une situation très peu reluisante en matière de gestion de l’information stratégique et de façon plus élargie, de management de la connaissance

Mon propos découle d’une petite analyse de la gestion de l’information stratégique par ceux qui sont censés faire partie du dispositif de riposte stratégique par ce temps de guerre contre le terrorisme

En effet, étant tombé, au hasard des rencontres, sur un document jugé confidentiel et qui paradoxalement a pu fuiter pour se retrouver sur la place publique, notamment les réseaux sociaux, je me suis beaucoup interrogé

Le peu de choses que je connais de l’intelligence économique qui tire du reste ses origines des stratégies militaires (pour m’y être spécialisé à un moment donné de mon parcours et ma petite expérience d’enseignant d’IE) me convainc que les informations classées confidentielles devraient le rester et n’être diffusées qu’à une cible spécifiques en vue d’actions stratégiques à entreprendre pour anticiper et/ou prendre le dessus dans une situation donnée

Malheureusement, ce qui semble être le b-a-ba en matière de régulation de l’information stratégique semble avoir foutu le camp chez nos stratèges

Sinon, comment comprendre qu’une information d’une si grande importance, j’allais dire, si vitale pour la lutte antiterroriste se retrouve sous les yeux de non destinataires?

Tirons-en les conséquences: il faut nécessairement une taupe dans le circuit de transmission de l’information pour qu’elle connaisse un tel sort. Et si tel est le cas (pour ne pas dire qu’il y a certitude que c’est le cas), il faut impérativement déceler ces taupes et leur infliger une sentence proportionnelle à la gravité de l’acte posé

Du reste, il est aisé de savoir à quel niveau la fuite est intervenue rien qu’en analysant les éléments composant le document. La fuite n’est nullement intervenue à l’origine du document mais plutôt dans le circuit de distribution au regard d’accusés de réception matérialisés sur le document

De tels constats nous amènent naturellement à comprendre pourquoi l’ennemi est toujours bien au fait des mouvements de nos FDS et semble même prévoir à la perfection leurs réactions. Il y a tout simplement, mais de façon gravissime un sabotage du dispositif sécuritaire mis en place par des personnes impliquées dans la chaîne de contre-attaque qui fait que toute initiative est vouée à l’échec

De ceci il découle cela; quelque soit nos efforts pour contenir le mal, si le mal est en nous ou vient par nous, il est inutile d’administrer un traitement extérieur car le traitement doit être éminemment endogène

Le problème du terrorisme est beaucoup moins l’oeuvre de terroristes étrangers que de loups déguisés en agneaux parmi nous

À l’heure actuelle, ce n’est pas tant le filtrage des entrées aux frontières qui doit être l’ultime recours mais à cela, il faut plutôt coupler le maillage de nos villes et campagnes et la vigilance citoyenne car le ver et déjà dans le fruit

Ces créateurs de terreur ont certainement installé des cellules dormantes dans nos villes et campagnes et ils n’ont plus besoin de trimbaler toute une artillerie avec eux. Ouvrons donc l’œil et le bon encore une fois car ceux là s’ils ne dépiècent pas les armes pour les introduire partout où ils veulent, ce sont les mélanges tonitruant dont ils se fournissent les ingrédients ici même dans nos officines pharmaceutiques et dans nos marchés sous le regard naïf de revendeurs qui pour la plupart ne connaissent pas les usages possibles des produits qu’ils vendent à profusion à qui veut l’acheter sans aucun tri

En conclusion, quand ce qui est classé confidentiel se retrouve sur la place publique, il convient au public de se l’approprier et d’aider ceux qui auraient dû en préserver la nature confidentielle à mieux exécuter la mission attendue d’eux tous sans distinction aucune

Je reviendrai de façon plus explicite sur la question du management de la connaissance

Pour l’heure…

Malheur à ceux qui bâillonnent leur peuple !
Unis, nous vaincrons, désunis, nous périrons!
Nakelintouba Nikiema

About Mohammed Gherrabi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *