Home / Business / Affaire Carlos Ghosn: au menu, trois bols de riz par jour…

Affaire Carlos Ghosn: au menu, trois bols de riz par jour…

Arrêté lundi à sa descente d’avion à Tokyo, le patron du groupe Nissan-Renault vient de voir sa garde à vue prolongée de dix jours. Il est incarcéré dans le centre de détention de Kosuge, près de Tokyo.
Lundi, Carlos Ghosn a eu le droit à un comité d’accueil très spécial lors de son atterrissage à l’aéroport de Tokyo. Des agents de l’unité spéciale d’enquête du bureau du procureur sont montés dans son jet privé pour procéder directement à son interpellation. Le patron du groupe Nissan-Renault, soupçonné d’avoir fraudé le fisc japonais et utilisé des fonds du groupe Nissan à des fins personnelles, a été placé en garde à vue dans le centre de détention de Kosuge, en banlieue de Tokyo.

Ce mercredi, le tribunal de Tokyo a approuvé la prolongation de la garde à vue de Carlos Ghosn pour une durée de dix jours supplémentaires, soit jusqu’au 30 novembre, ont rapporté mercredi les médias japonais. Un de ses collaborateurs, Greg Kelly, interpellé simultanément, a également vu sa durée de détention étendue, toujours selon les médias.

Au Japon, les conditions de garde à vue sont très spartiates. Les détenus ont droit à un futon dans leur cellule et pour leurs repas, ils doivent se contenter de trois bols de riz par jour, selon RTL. Carlos Ghosn a juste droit à un traitement de faveur: il n’a pas à partager sa cellule, selon nos informations.

Mais ses possibilités de contacts avec l’extérieur sont très limitées. “Les suspects n’ont droit ni à un coup de fil ni à un e-mail. C’est la police qui contacte pour lui son avocat”, explique maître Masako Suzuki, avocat au cabinet Izumibashi, interrogée par les Echos.

Obligation de parler japonais lors des visites

D’ailleurs ce dernier ne peut pas assister son client lors de ses auditions chez le juge, il doit lui donner ses conseils lors de visites, qui ont lieu dans une salle à part.

Les visites de la famille sont autorisées, mais là aussi les conditions sont drastiques. C’est à l’avocat du du suspect de prendre contact avec un proche pour organiser sa venue. Les détenus ont droit à une visite par jour, en semaine, d’une durée maximale de quinze minutes. Une ou plusieurs personnes peuvent y assister. Mais selon la loi japonaise, “l’ensemble de leur conversation devra se faire exclusivement en japonais, devant un policier“, indique maître Masako Suzuki au quotidien. Or, comme le rappelle le Figaro, Carlos Ghosn parle très peu le japonais, et son épouse Carole pas du tout.

Le dirigeant franco-libano-brésilien va devoir prendre son mal en patience car sa garde à vue peut durer jusqu’à 23 jours au Japon. Si au bout des dix jours de prolongation, le procureur estime ne pas avoir encore suffisamment d’éléments et avoir plus de temps pour son enquête, il peut demander au juge un délai de dix jours supplémentaires.

A l’issue de cette période, Carlos Ghosn pourra être mis en examen, et placé en détention. Il peut en outre être arrêté pour un nouveau chef d’accusation, et le processus peut redémarrer.

Carlos Ghosn est pour l’instant entendu pour avoir dissimulé une importante partie de ses revenus aux autorités, mais selon Nissan il est aussi soupçonné d’abus de biens sociaux.

S’il est placé en détention, il pourra éventuellement demander à être libéré sous caution. “Mais cette caution n’est généralement acceptée que si le “suspect” reconnaît les faits, qui lui sont reprochés“, précise l’avocate. Il aura alors interdiction de quitter le territoire. La justice peut aussi décider de ne pas le mettre en examen, faute d’éléments suffisants. “Mais dans le cas de Carlos Ghosn, c’est très peu probable“, tranche l’avocate.

Pour ne pas avoir déclaré l’intégrité de ses revenus, Carlos Ghosn est passible de 10 millions de yens (près de 78.000 euros) d’amende et 10 ans de prison. Mais dans les faits, c’est souvent des peines de sursis qui sont prononcées.

Réalités brutales à propos de la prison au Japon

Les prisonniers étrangers sont souvent, mais pas toujours, placés dans des logements différents. Bien que certains aient dit que les étrangers disposent de lits, ils sont parfois simplement placés dans de petites cellules solitaires pendant la durée de leur séjour en prison.

Pour les non-initiés, cela peut sembler une bonne chose. Ce n’est pas. L’isolement d’être seul, sans personne à qui parler, jour après jour, semaine après semaine et mois après mois, peut être accablant. Certains détenus dans ces cellules solitaires non seulement y dorment et y mangent, mais effectuent également le travail qui leur est assigné. Ils ne sont autorisés à sortir des cellules que pour «faire de l’exercice», période pendant laquelle la communication avec d’autres détenus est interdite, ou pour prendre un bain, encore une fois, la communication est interdite

Quelles sont les règles?

Les règles définissent absolument l’existence minute par minute dans la prison japonaise. Si vous les suivez à la lettre, vous pouvez exister et même accumuler des privilèges supplémentaires. Si vous vous écartez de la longue liste de règles, vous serez puni, souvent de manière arbitraire et draconienne.

Certaines des règles incluent:

  • Où et comment placer chaque élément à l’intérieur de la cellule.
  • Où écrire n’importe quoi; uniquement dans les cahiers spécifiés qui sont inspectés. Pas sur un bout de papier ou dans un magazine, ni faire face à une punition.
  • Comment s’asseoir ou se tenir debout pendant l’inspection de la cellule et pendant les «loisirs»: Ne vous penchez pas, ne vous allongez pas et ne vous promenez pas au hasard dans la cellule.
  • Comment dormir Sur le dos ou sur le côté, jamais l’estomac. Ne couvrez pas votre visage pendant que vous dormez. Ne pas lire, parler ou se déplacer pendant le sommeil.
  • Comment marcher. Se déplacer dans la prison se fera en marchant. Les infractions entraînent des punitions.
  • Quand et comment parler Un silence strict est observé la majorité du temps.Pendant les loisirs, il faut parler à voix basse pour ne pas déranger les autres.Le plus grand respect doit être utilisé lorsque vous vous adressez à des gardes, sinon des punitions suivront.
  • Où regarder. Regarder un garde peut entraîner une punition. Regarder pendant l’heure du repas est punissable. L’ouverture des yeux pendant le «temps de réflexion» lorsque les yeux doivent être fermés est punissable.

Comment les détenus sont-ils punis?

Des punitions sont infligées pour avoir enfreint les règles de la prison, même petites et apparemment insignifiantes. Les punitions se présentent sous différentes formes:

  • Réprimande verbale, c’est-à-dire être crié.
  • Perte de privilèges en prison; pas d’écriture, lecture, dessin, exercice etc.
  • Réduction de la nourriture pour une semaine.
  • Isolement mineur pouvant aller jusqu’à deux mois.
  • Isolement majeur pendant sept jours au maximum.

Qu’est-ce que l’isolement cellulaire implique? C’est une bonne question.

L’isolement «mineur», la peine la plus souvent infligée, signifierait être placé dans une petite pièce et chargé de s’asseoir. Certains rapports disent que vous devez vous asseoir à la main, d’autres le style jambes croisées. De 07h00 à 17h00, c’est la position attribuée. Vous ne lisez ni écrivez ni entendez de la musique. Vous venez de vous asseoir. Vous n’êtes pas autorisé à vous lever, à vous étirer ou à vous promener dans la petite cellule. L’utilisation des toilettes est prévue. Ce qui suit l’explique bien:

La cellule dans laquelle j’ai été placée à cette époque avait la fenêtre bloquée et semée de pisse. Les murs étaient moisis et le sol entourant les toilettes aussi. Il y avait beaucoup de bugs pour me tenir compagnie. Tout a été retiré de la cellule, à l’exception d’un matelas sale. On m’a expliqué que je devrais m’asseoir au milieu de ma cellule et faire face à ma porte toute la journée [de 7h30 à 17h00]. On m’a dit de garder mes mains sur mes cuisses et de ne pas bouger. C’était mon existence pendant un mois entier!Le peu de riz et de soupe que j’avais précédemment reçu, mon lot quotidien, a été réduit de moitié. Si je voulais utiliser les toilettes, je devais attendre que le gardien envoie le signal deux fois par jour. Pas d’exercice et 1 douche de 15 minutes tous les dix jours!J’ai été surpris à plusieurs reprises en train de faire de l’exercice physique dans ma cellule et le temps a été ajouté à mon isolement cellulaire. Après environ 40 jours, 

Le terme «majeur», toujours dans les règles officielles de la prison de Fuchu, est défini comme suit: «en cas d’isolement cellulaire majeur, la cellule disciplinaire doit toujours être obscure et l’utilisation de la literie interdite».

A Lire aussi  JAPON: DES PLUIES DILUVIENNES, AU MOINS 20 MORTS ET 1,6 MILLION D’ÉVACUÉS

Il est également important de savoir que les «périodes de réflexion», le temps menotté, bâillonné et placé dans des «cellules de réflexion» sont identiques à l’isolement cellulaire , mais ne sont pas techniquement enregistrées en tant que punition par la prison.  

Quel est l’horaire quotidien?

Le programme officiel du gouvernement à la prison de Fuchu est le suivant:

  • 06h45 Réveil, literie rangée, nettoyant pour le visage, toilettes.
  • 7h00 appel et inspection de la chambre.
  • 7 h 30 petit déjeuner et déplacement pour se rendre au lieu de travail.
  • 0800 l’industrie pénitentiaire commence.
  • 1000 pause de quinze minutes.
  • 1200 déjeuners.
  • 14 heures 15 minutes de pause.
  • 1640 l’industrie s’arrête. Les prisonniers rentrent dans leurs chambres.
  • Appel à 17 h et inspection des prisonniers suivie d’un «temps de réflexion».
  • 1720 Dîner.
  • 1800 “temps libre”.
  • 2030 préparation pour dormir
  • 2100 sommeil

Pendant les heures de «l’industrie pénitentiaire», les détenus ont pour instruction de ne se concentrer qu’à 100% sur leur tâche. Ils ne doivent pas regarder les autres détenus ou les gardes, mais seulement regarder leur travail. Les repas sont pris rapidement et sans parole ni contact visuel avec les autres prisonniers ou gardes. Le «temps libre» peut être consacré à discuter avec d’autres détenus dans la même pièce, à jouer aux échecs japonais, à lire et à écrire ou à suivre des cours par correspondance. La plupart des détenus sont soumis à des fouilles corporelles deux fois par jour.

Quels sont les problèmes spéciaux pour les détenus étrangers?

Être étranger au Japon peut avoir des avantages et des inconvénients. Cependant, dans le système pénitentiaire, il s’agit clairement d’un inconvénient. Il y a diverses raisons à cela, certaines institutionnelles et d’autres pratiques, mais la réalité est que quelles que soient les conditions que les prisonniers japonais trouvent difficiles, vous les trouverez sûrement bien pires qu’elles.

Comme nous l’avons mentionné précédemment, bon nombre des expériences vécues par les détenus japonais; le mur de règles et de règlements et le mode de vie quotidien en prison ne sont que des versions plus strictes de ce qu’ils ont fait toute leur vie.   La vie des règles, des interactions structurées et de la similitude ne leur est pas étrangère , mais ce le sera pour vous.

Certains défis uniques pour les détenus étrangers sont:

  • La langue.  La seule langue autorisée en prison est le japonais.  Tout courrier sortant doit être rédigé en japonais ou traduit (à la charge du détenu). Après le japonais, la langue la plus parlée par les autorités pénitentiaires est l’anglais. Si quelqu’un dans le système ne parle ni le japonais ni l’anglais, ils ont des problèmes. Ne pas connaître la langue signifie ne pas pouvoir comprendre les commandes qui entraînent des punitions. Cela affectera également les visites.Toutes les visites sont surveillées et doivent être en japonais ou un traducteur doit être fourni aux frais du détenu. Sinon, les visites sont silencieuses.
  • Insultes raciales. Il y a eu plusieurs cas d’insultes raciales utilisées par des gardes pour s’adresser à des prisonniers étrangers. Le détenu ne peut vraiment rien faire à ce sujet, et s’exprimer contre les gardes provoquera une réaction violente. Un Nigérian, constamment appelé «gorille», lorsqu’il protesta contre son surnom, fut sévèrement battu par plusieurs gardes, ce qui entraîna une perte auditive permanente d’une oreille.

La conclusion…

Beaucoup d’étrangers viennent au Japon et ne respectent pas ses lois. Ils sont impliqués dans de petites infractions, ou des choses qu’ils considèrent comme petites, puis ils sont arrêtés et sont choqués de voir passer entre trois et dix ans dans une prison japonaise. En termes simples, n’enfreignez pas la loi au Japon si vous n’êtes pas prêt à affronter le Japonais dans des moments difficiles. Cela n’en vaut pas la peine.

Deux points de vue opposés sur le temps passé à Fuchu illustrent très bien cette réalité.

Quand je suis arrivé au centre de détention fédéral à Los Angeles, je me suis senti comme si j’étais mort et allé à Disneyland. La différence entre les deux systèmes pénitentiaires est incroyable!Le traitement que j’ai reçu dans la prison américaine était humain et tolérable. Le système japonais n’a aucune trace d’humanité. Je crois que le Japon doit changer beaucoup de choses à propos de son système carcéral. Le Japon est l’une des principales sociétés de haute technologie au monde, mais le système pénitentiaire est le reflet d’une société médiévale draconienne. Les prisons opèrent sous un voile de secret et de silence qui doit être levé. La vérité doit être connue. C’est pourquoi j’écris cet article. Même si je suis libre aujourd’hui, beaucoup de personnes souffrent quotidiennement dans les prisons japonaises. Oui, j’étais coupable de mon crime, mais j’ai le sentiment que personne ne mérite d’être torturé, maltraité, jeté,

Et la deuxième conclusion, également par un ancien détenu de la prison de Fuchu:

Bien que certaines des choses que Terrance ait dites soient correctes, il aggrave encore la situation. Tout d’abord, commettez un crime dans un pays étranger, soyez prêt à y passer du temps.Quand j’ai commencé à faire des activités criminelles, je me suis préparé pour la prison. C’est un fait de la vie pour tous les joueurs de drogue. Ne sois pas une telle chatte à ce sujet. J’ai été traité comme je les ai traités. Si vous ne pouviez pas jouer selon les règles, on vous disait les règles. Toutes les prisons sont comme ça !!! Je suis sûr que vous étiez en séparation au centre de détention de LA. Bescuase I a également joué dans Twin Towers, Glass House, South Bay, George Bailey et SD, mais tous étaient beaucoup plus viloent. Une chose à propos du système pénitentiaire du Japon est son fonctionnement. J’étais un criminel de carrière avant cela et ça m’a réveillé. Je remercie Dieu pour cela.Nous devrions avoir le même système en Amérique. Peut-être que nous n’aurions pas 10 millions de personnes dans les prisons américaines.

Avec, bfmtv

About Mohammed Gherrabi

Check Also

JAPON: DES PLUIES DILUVIENNES, AU MOINS 20 MORTS ET 1,6 MILLION D’ÉVACUÉS

Des pluies torrentielles s’abattent depuis quatre jours sur l’ouest du Japon. Les autorités nippones ont …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *